Marc Cormier souhaite préserver le patrimoine historique de Toronto

Élections municipales du 22 octobre

Marc Cormier
Photo de campagne de Marc Cormier (Photo : Hani JAJEH).
Partagez
Tweetez
Envoyez
Marc Cormier, résident torontois depuis 28 ans, se présente aux élections municipales du 22 octobre dans la 11e circonscription, University-Rosedale. Il évoque pour L’Express les mesures phares de son programme.

Une circonscription immense

Candidat dans une circonscription immense, qui s’étend de Chinatown à Rosedale, Marc Cormier sait à quel point il sera difficile de se démarquer. En effet, six autres prétendants seront présents à ses côtés sur le bulletin de vote, le 22 octobre, dont Mike Layton, le candidat sortant.

Marc Cormier
Marc Cormier lors du débat du 3 octobre.

Le conseiller municipal élu deviendra l’interlocuteur privilégié de 110 000 personnes, du jamais vu.

En tant que nouveau venu sur la scène municipale, Marc Cormier, aura nécessairement plus de difficultés à convaincre qu’un candidat sortant, travaillant à temps plein à sa réélection.

Les  idées avant tout 

Bien qu’il ne soit pas le grand favori, Marc Cormier souhaite mettre en avant ses idées. «J’aimerais que mes idées survivent à ma candidature», nous explique-t-il.

D’ailleurs, il a été remercié par Mike Layton lors d’un débat la semaine dernière. Le candidat sortant apprécie en effet sa volonté de faire campagne sur le fond, en proposant des idées intéressantes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Kensington Market au patrimoine de l’humanité 

Inscrire le quartier de Kensington Market au patrimoine de l’humanité figure parmi les idées phares de Marc Cormier. «C’est un exemple parfait d’immigration et d’occupation d’un quartier par plusieurs générations successives. Ce quartier est une merveille», affirme-t-il. Un projet que Mike Layton, le candidat sortant, soutient également.

Marc Cormier
Débat pour les élections municipales du 3 octobre dans la circonscription University-Rosedale. Marc Cormier et Mike Layton y ont pris part (Photos: Shannonn Kelly).

Dans une perspective plus large, le candidat franco-canadien souhaiterait préserver le patrimoine historique et culturel de Toronto. «J’ai remarqué par le passé qu’il n’y avait pas le même respect qu’ailleurs à l’égard de ce patrimoine», ajoute-t-il.

Autres préoccupations 

Le candidat Cormier a également axé sa campagne sur les pollutions sonores, les problèmes de logements ou encore la question du transport.

Pour faire face à la spéculation internationale qui touche le marché immobilier torontois et pénalise les habitants de ville, Marc Cormier a une solution radicale. «Je souhaiterais que l’on taxe ces biens immobiliers achetés de l’étranger, et qui restent vides toute l’année».

Enfin, il milite pour la création d’une nouvelle ligne de métro qui viendrait désengorger le flux actuel.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pourquoi lui?

«Je vis ici, c’est mon quotidien. Je suis très attaché à Toronto, je connais la ville et tout ses quartiers par cœur. En plus, j’apporte un regard extérieur sur la ville car je n’y suis pas né», argumente celui qui ne se présente pas comme un candidat francophone.

Également conseiller consulaire (élu par les Français de Toronto pour les représenter auprès du consul), Marc Cormier tient à ce que ses deux fonctions soient clairement dissociées.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur