Marc Cormier souhaite préserver le patrimoine historique de Toronto

Élections municipales du 22 octobre

Marc Cormier

Photo de campagne de Marc Cormier (Photo : Hani JAJEH).


17 octobre 2018 à 11h00
Marc Cormier, résident torontois depuis 28 ans, se présente aux élections municipales du 22 octobre dans la 11e circonscription, University-Rosedale. Il évoque pour L’Express les mesures phares de son programme.

Une circonscription immense

Candidat dans une circonscription immense, qui s’étend de Chinatown à Rosedale, Marc Cormier sait à quel point il sera difficile de se démarquer. En effet, six autres prétendants seront présents à ses côtés sur le bulletin de vote, le 22 octobre, dont Mike Layton, le candidat sortant.

Marc Cormier
Marc Cormier lors du débat du 3 octobre.

Le conseiller municipal élu deviendra l’interlocuteur privilégié de 110 000 personnes, du jamais vu.

En tant que nouveau venu sur la scène municipale, Marc Cormier, aura nécessairement plus de difficultés à convaincre qu’un candidat sortant, travaillant à temps plein à sa réélection.

Les  idées avant tout 

Bien qu’il ne soit pas le grand favori, Marc Cormier souhaite mettre en avant ses idées. «J’aimerais que mes idées survivent à ma candidature», nous explique-t-il.

D’ailleurs, il a été remercié par Mike Layton lors d’un débat la semaine dernière. Le candidat sortant apprécie en effet sa volonté de faire campagne sur le fond, en proposant des idées intéressantes.

Kensington Market au patrimoine de l’humanité 

Inscrire le quartier de Kensington Market au patrimoine de l’humanité figure parmi les idées phares de Marc Cormier. «C’est un exemple parfait d’immigration et d’occupation d’un quartier par plusieurs générations successives. Ce quartier est une merveille», affirme-t-il. Un projet que Mike Layton, le candidat sortant, soutient également.

Marc Cormier
Débat pour les élections municipales du 3 octobre dans la circonscription University-Rosedale. Marc Cormier et Mike Layton y ont pris part (Photos: Shannonn Kelly).

Dans une perspective plus large, le candidat franco-canadien souhaiterait préserver le patrimoine historique et culturel de Toronto. «J’ai remarqué par le passé qu’il n’y avait pas le même respect qu’ailleurs à l’égard de ce patrimoine», ajoute-t-il.

Autres préoccupations 

Le candidat Cormier a également axé sa campagne sur les pollutions sonores, les problèmes de logements ou encore la question du transport.

Pour faire face à la spéculation internationale qui touche le marché immobilier torontois et pénalise les habitants de ville, Marc Cormier a une solution radicale. «Je souhaiterais que l’on taxe ces biens immobiliers achetés de l’étranger, et qui restent vides toute l’année».

Enfin, il milite pour la création d’une nouvelle ligne de métro qui viendrait désengorger le flux actuel.

Pourquoi lui?

«Je vis ici, c’est mon quotidien. Je suis très attaché à Toronto, je connais la ville et tout ses quartiers par cœur. En plus, j’apporte un regard extérieur sur la ville car je n’y suis pas né», argumente celui qui ne se présente pas comme un candidat francophone.

Également conseiller consulaire (élu par les Français de Toronto pour les représenter auprès du consul), Marc Cormier tient à ce que ses deux fonctions soient clairement dissociées.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

S’installer et vivre à Toronto: mode d’emploi

Vue de Toronto du lac Ontario
Dans le nouveau guide français « S'installer à Toronto », Nathalie Prézeau livre de précieux conseils aux expatriés souhaitant venir vivre dans la Ville-Reine....
En lire plus...

19 mars 2019 à 14h41

Les Raptors se relancent aisément face aux Knicks

Les Raptors de Toronto se devaient de réagir après avoir perdu à Détroit, pour la troisième fois en trois confrontations face à l’équipe désormais...
En lire plus...

19 mars 2019 à 10h45

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur