L’industrie du luxe passée au scanner

Partagez
Tweetez
Envoyez

Entrer au cœur du luxe. Voilà ce que propose l’exposition photographique LuxInside: les traces de l’homme, organisée par l’ambassade de France en partenariat avec l’Institut français, l’agence de promotion de la culture française à l’étranger. Laurence Picot, journaliste et commissaire de l’exposition, a passé plus de 20 ans à percer les secrets de cette industrie haut de gamme.

Du 22 mai au 16 juin au magasin Holt Renfrew de Yorkdale, elle vous propose de venir découvrir à votre tour ce qui se cache derrière quelques un des objets les plus emblématiques de ce secteur.

Pour créer ces photographies exceptionnelles, Laurence Picot s’entoure en 2008 d’un collectif réunissant non seulement un peintre graphiste et un créateur de logiciels, mais aussi un médecin radiologue et son scanner.

L’idée originale de mêler imagerie médicale et photographie permet alors aux artistes de pénétrer au cœur des objets, afin de révéler des clichés impressionnants. «L’idée est de redécouvrir ce qui se cache derrière l’apparence lisse du luxe, le travail et les finitions cachées.»

De l’escarpin Louboutin à l’appareil photo Leica, chaque photographie est accompagnée de l’objet original et d’un commentaire audio qui permettra a chacun de remonter aux origines de l’objet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Quand on connaît l’histoire et le génie qui se cache derrière un produit, le plaisir est supplémentaire. L’exposition permet d’avoir les outils pour rêver un peu plus autour d’un objet, et même parfois en rire», continue la commissaire de l’exposition.

Retrouver l’homme derrière l’objet

À travers ces créations, l’idée est aussi de revaloriser le travail humain à l’origine du luxe. «Qu’est-ce qui identifie un produit de luxe au final? Qu’est-ce qui fait le luxe? Ce n’est pas seulement la marque, c’est aussi le travail que cela implique en amont, c’est le talent industriel, manuel, scientifique, des hommes et des femmes qui contribuent à créer ces objets», explique Laurence Picot.

Grâce à l’utilisation de l’imagerie médicale, LuxInside pénètre au cœur de la matière et donne à voir le savoir-faire nécessaire à la réalisation de ces produits. L’industrie du luxe est depuis plusieurs années frappée par les délocalisations, réduisant peu à peu le nombre d’ouvriers dans ce secteur à un nombre critique.

«Par exemple, au début des années 90, le nombre d’ouvrières dans le secteur de la lingerie en France s’élevait à plusieurs millions, aujourd’hui, elles ne sont plus que quelques centaines. La provenance devrait pourtant être l’argument de vente numéro un pour les produits de luxe. […] Il y a là un savoir-faire spécifique qui risque de se perdre si les maîtres restent sans apprentis.»

Pour la journaliste, il s’agit donc aussi de défendre un secteur et une expertise historique, menacée par l’essor de la contrefaçon et la délocalisation des industries.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Graphiques, originales et engagées, les 14 œuvres de l’exposition LuxInside vous emmèneront donc dans un voyage inédit au cœur du luxe, pour redécouvrir ce qui fait l’essence de cette industrie si particulière.

Conférence

Pour accompagner cette exposition, Laurence Picot donnera une conférence à l’Alliance française de Toronto le mercredi 28 mai. Elle partagera à cette occasion les connaissances accumulées au cours de sa carrière en tant que journaliste spécialisée dans le design et le haut de gamme. En remontant aux origines de luxe, de Louis XIV à nos jours, Laurence Picot dévoilera quelques-uns des secrets les mieux gardés de cette industrie du rêve.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur