L’Homme n’est jamais entièrement blanc ou noir

Partagez
Tweetez
Envoyez

Bernard Boucher se reconnaît comme un Gaspésien qui vit en Bretagne. De la petite histoire de la Gaspésie du Nord, il a tiré des personnages qui prennent vie dans Anthime et autres récits. À travers vingt textes finement ciselés, il nous transmet ce que les «ressasseurs des vieilles histoires» et «menteurs agréés» ont retenu du temps qui passe.

Le premier récit présente Anthime, «la sagesse incarnée». Cet arrière-grand-père du narrateur est un homme tout en nuances. Le narrateur farcit son texte d’expressions comme «j’imagine, j’extrapole, c’est ma déduction» et «c’est mon interprétation», pour en arriver à conclure qu’Anthime a toujours cherché à «rester fidèle à son moi profond».

Quand le petit-fils demande à grand-père Anthime pourquoi il parle tout seul quand il travaille, voici la réponse qui est donnée: «quant à être contredit par n’importe qui, aussi bien l’être par soi-même». Cela vous donne une idée du personnage éponyme.

Bernard Boucher utilise des expressions assez colorées pour dire des choses assez simples. À titre d’exemple, au lieu de dire «se faire élire député fédéral», il écrit «se gréer une chaise dans une chambre commune».

L’auteur aime émailler son texte de petites réflexions sur un ton pour le moins philosophique. Dans le récit intitulé Babine fleurie, il souligne que «toute la vie tournera autour de ce qu’il y a de plus vinaigré, les relations entre humains». Ou encore: «il n’était pas allé à l’école suffisamment pour apprendre à conjuguer le verbe aimer».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les récits se déroulent dans le Québec des années 1940-1960, mais certaines mœurs semblent de tous les temps. Le récit Chouclaques met en scène le curé Fleuve qui mêle onction et perversion. Un enfant de chœur dit à l’autre: «Comme ça, y t’a pogné l’cul, toi aussi, pis y t’a demandé de pas l’dire.»

Avec un style charmant qui évoque les soirées passées près du feu et les histoires racontées par les grands-parents autour de tables recouvertes de victuailles, Bernard Boucher fait de la Gaspésie un microcosme absolument convaincant, un centre du monde où vivent des personnages dignes de la légende. Ainsi, un trafiquant d’alcool semble avoir conclu un pacte avec saint Pierre, alors qu’un chasseur et l’orignal qu’il traque automne après automne nouent une étrange relation.

En racontant le vécu somme toute ordinaire de Roland, Esdras, Francis, Charles et compagnie, l’auteur nous décrit un Québec en mutation, coincé entre ses traditions et la modernité. Ses récits ne tombent jamais dans le misérabilisme parce que l’Homme que l’auteur se plaît à décrire n’est jamais entièrement blanc ou noir.

Avec toutes les tonalités de gris, Anthime et autres récits nous démontre que ce sont dans les histoires les plus près de soi que la vérité préfigure. En dernière analyse, la terre où on a grandi est souvent celle qui peut se charger de symboles… pour peu que l’on s’y attarde.

Bernard Boucher est l’auteur de huit romans aux Éditions Boréal junior, dont six dans la collection «Les triplets de Gradlon». On lui doit aussi deux recueils de poésie. Anthime et autres récits est son premier recueil de courts textes.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur