L’ex-mairesse de Bethléem veut encore croire à la paix

gaza

Au gala torontois du 30 octobre: le Dr Michael Dan, l'ex-mairesse de Bethléem, Vera Baboun, la correspondante de CNN, Christiane Amanpour, le Dr Izzeldin Abuelaish, fondateur de la fondation Daughters for Life.


1 novembre 2018 à 17h01

«L’émancipation de la femme palestinienne est une cause qui me tient à coeur et que je vais toujours promouvoir. Mais quand le pays, la Palestine, reste opprimé, c’est une lutte qui est reléguée au second plan.»

C’est ce qu’explique à L’Express Vera Baboun, la première femme mairesse de Bethléem, en poste de 2012 à 2017, de passage à Toronto le 30 octobre pour y recevoir un prix de la fondation Daughters for Life, lors de son 6e gala annuel au Carlu.

Cet organisme, créé par un médecin-obstétricien palestinien, Izzeldin Abuelaish, qui a perdu ses trois filles dans un bombardement israélien en 2009, honorait Mme Baboun de son prix Trailblazer (pionnière), ainsi que la journaliste de CNN Christiane Amanpour pour sa carrière, et le neurochirurgien philanthrope Michael Dan pour son leadership.

gaza
Au gala torontois du 30 octobre: l’ex-astronaute canadienne Roberta Bondar, l’ex-mairesse de Bethléem Vera Baboun, le Dr Izzeldin Abuelaish, fondateur de la fondation Daughters for Life.

Accès à l’eau

Intéressée à la politique municipale après le décès de son mari très impliqué dans les affaires de la région, Mme Baboun est aujourd’hui membre du Conseil national palestinien – «pas un vrai parlement parce que nous ne sommes pas encore un vrai pays» – et se dit fière du travail qu’elle a pu accomplir pour les citoyens de Bethléem malgré les contraintes israéliennes.

«Nous avons notamment beaucoup travaillé à améliorer l’accès à l’eau, en modernisant les canalisations, et nous avons pu faire adopter un plan d’urbanisation, ce qui n’avait pas été fait depuis 1958.» La grande région compte 210 000 personnes, dont 44 000 dans la ville de Bethléem.

Les administrations locales doivent presque tout valider avec les autorités israéliennes et doivent composer avec la colonisation, c’est-à-dire l’implantation continue, un peu partout en Cisjordanie, de communautés juives protégées par Israël.

La paix s’éloigne

Ardente militante de «la solution à deux États», elle se dit imprégnée de la mission pacifiste de la ville natale de Jésus, située juste au sud de Jérusalem. Malheureusement, Mme Baboun estime qu’on s’éloigne de la paix et d’une fin honorable du conflit israélo-palestinien.

«On ne doit jamais perdre l’espoir», dit-elle pour la forme. Mais elle ne peut que constater, à Toronto par exemple, le désintérêt des Occidentaux pour la situation des Palestiniens. «Pourquoi le monde laisse-t-il faire?»

Au moins, souligne-t-elle, «des organisations comme Daughters for Life font un travail formidable pour l’éducation et l’autonomisation des filles et des femmes» dans les régions du monde en proie à la guerre. En Mme Baboun, la fondation a honoré un modèle de femme participant pleinement au développement de sa société.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Avec Françoise Sullivan, le McMichael fait un saut dans l’avenir

Entrevue avec Françoise Sullivan sur la rétrospective de son oeuvre de 70 ans au musée McMichael, à Kleinburg, jusqu'au 12 mai.
En lire plus...

17 mars 2019 à 13h00

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur