L’étau sociolinguistique de la Conquête

roman

Pierre Chatillon, L’homme au regard de lion, roman, Montréal, Éditions Fides, 2018, 328 pages, 29,95 $.


13 janvier 2019 à 9h00

L’homme au regard de lion, le tout dernier roman du prolifique Pierre Chatillon, couvre une demi-douzaine d’années dans la vie de son héros Yvon Beaupré, soit de la bataille de Trafalgar en 1805 à la Guerre de 1812.

Comme Beaupré a combattu pour les troupes britanniques, celles qui étaient les vainqueurs de la bataille des Plaines d’Abraham en 1759, son retour et son accueil à Québec sèment la division. Yvon est-il un valeureux marin ou un traître, un vendu…?

Français et catholiques purs et durs

Les membres de la famille Beaupré sont des Canadiens français et des catholiques purs et durs. La mère écoute les sermons en français de son curé, parle français à ses tomates et betteraves, s’attend d’aller au ciel «où j’espère que tout le monde parlera français. Et une chose est sûre, c’est qu’au ciel, y a pas de protestants».

Chatillon décrit en long et en large les différences qui opposent la société des Blancs à celle des Amérindiens, tout comme celles qui démarquent la haute société de Québec du bas peuple de la basse-ville au lendemain de la Conquête.

Le frère du protagoniste cause tout un scandale lorsqu’il décide d’être ni Canadien ni Anglais, mais plutôt de recommencer sa vie en devenant un membre de la tribu des Sauteux. Tout comme son petit frère, Yvon s’éprend lui aussi d’une Amérindienne, mais largue l’envoûtante Tallulah pour la passionnante Louise d’Argenteuil.

Venus de planètes différentes

Yvon et Louise ont été élevés sur des planètes différentes, l’un dans le quartier le plus sale de Québec, l’autre dans le quartier le plus chic de la ville. La mère de Louise préfère converser en anglais, celle d’Yvon a un chien et une chatte qui s’appellent respectivement Montcalm et France.

L’auteur crée des intrigues qui illustrent à quel point l’amour n’a rien en commun avec la morale et les religions, «à quel point l’esprit tordu des humains avait tout compliqué, tout souillé avec ses inventions de culpabilité, de péché».

Chatillon aime les détails et les rappels historiques, ce qui alourdit parfois la narration. J’aurais allègrement coupé cent pages. Son style, en revanche, est finement ciselé. Pour décrire un schooner qui prend le large, il compare le sillage à «une chevelure dénouée de sirène qui s’estompe sous l’onde. Et la musique de l’air dans les cordages, une chanson de ces femmes à queue de poisson».

La Guerre de 1812

Yvon Beaupré a soif d’action, d’imprévu, de dangers qui l’obligent à surmonter des défis.

Il plonge au cœur de la Guerre de 1812, dans mon coin de pays sur le bord de la rivière Détroit, et combat dans les forces canado-britanniques à titre de premier lieutenant et capitaine du brigantin The Storm.

Retenue à Amherstburg, sa chère Louise «porte le printemps dans son ventre qui commence à bourgeonner».

Les relations entre conquérants et conquis sont au cœur de cet ouvrage historico-romantique où l’essentiel consiste à chercher de l’espoir, car «si tu cherches pas, c’est certain que tu trouveras pas».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Écriture soignée et soyeuse

roman Lévesque éditeur
Journaliste-photographe dans plusieurs médias québécois, Jean-François Villeneuve a publié un premier roman intitulé Les chambres obscures. Le titre renvoie aussi bien à des pièces...
En lire plus...

24 mars 2019 à 9h00

Quiz : Gestation et espérance de vie

Épaulard
Quiz : Quelques questions sur la gestation et l'expérance de vie des animaux.
En lire plus...

24 mars 2019 à 7h00

Les Rangers ont le dessus sur les Maple Leafs

Les Maple Leafs étaient de retour à domicile samedi soir pour la dernière rencontre du samedi de la saison après avoir été sur la...
En lire plus...

23 mars 2019 à 23h54

Le Thunder prend sa revanche sur les Raptors

Mike Laviolle
Il y avait comme une odeur de phases finales, vendredi soir à l’Aréna Scotiabank, pour la rencontre qui opposait les Raptors de Toronto au...
En lire plus...

23 mars 2019 à 17h00

Les Québécois sont bourrés de contradictions

Le sondeur et conseiller en mise en marché Jean-Marc Léger raffine depuis plusieurs années son expertise de la mentalité des Québécois, qu’il explique dans...
En lire plus...

23 mars 2019 à 15h00

Regagner du muscle pour contrer le vieillissement

vieux
Moins loin, moins souvent: les déplacements des personnes âgées se réduisent avec l’âge. De nombreux aînés préfèrent rester à la maison et limiter leurs...
En lire plus...

Appropriation culturelle: pour ou contre un droit de regard sur la création?

appropriation culturelle
Le débat québécois entourant l’appropriation culturelle gagne toute la francophonie. Chez nous, la réflexion amorcée fait-elle davantage référence à un réflexe défensif ou à...
En lire plus...

23 mars 2019 à 11h00

L’élimination des frais de scolarité: illusoire

Glendon
Dans un monde idéal, il serait très agréable de ne pas avoir à payer de frais de scolarité à l'université. Cependant, lorsque les étudiants...
En lire plus...

23 mars 2019 à 9h00

Il ne resterait que 10 marsouins du Pacifique

Le prochain animal à être officiellement déclaré éteint sera peut-être le vaquita, ou marsouin du Pacifique. Avec seulement 10 individus, il est devenu le...
En lire plus...

23 mars 2019 à 7h00

Karen Vanderborght veut reconnecter les jeunes et les aînés

Jusqu’au 28 mars chez Trinity Square Video, l’artiste Karen Vanderborght partage avec le public son projet «Grey Matter». À l’aide de leur cellulaire et...
En lire plus...

22 mars 2019 à 18h50

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur