Les Raptors subissent le réveil des champions

104-109

L'hymne canadien repris par le public de l'Aréna Scotiabank.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Sous les yeux de Barack Obama, les Raptors de Toronto n’ont pas résisté à l’habituel gros troisième quart temps des Warriors de Golden State. Malgré un retour en fin de match, les hommes de Nick Nurse n’ont pas réussi à réaliser une défense décisive sur la dernière possession. Andre Iguodala a été capable d’inscrire le panier de la victoire pour les champions en titre.

A 1-1, les deux équipes vont maintenant s’envoler pour Oakland. Elles s’affronteront à deux reprises à l’Aréna Oracle, mercredi 5 et samedi 8 juin.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le fil du match

Klay Thompson fait un début de match de folie. Il inscrit les 9 premiers points des Warriors, qui mènent 9-7, après 5 minutes de jeu. Kawhi Leonard n’est pas doublé systématiquement, comme dans le premier match, et score 5 des 7 points torontois. Les Raptors laissent passer l’ouragan Thompson et, dans le sillage d’une impressionnante défense, prennent le contrôle du match. Leonard est déjà à 9 points et Lowry, d’un panier plus la faute, permet à Toronto de mener 17-13. Siakam fait lever la salle dans la foulée d’un alley oop (19-13).

Cette action a le dont de réveiller les visiteurs, qui répondent par un 6-0 pour égaliser (19-19). Ce sont les locaux qui prennent un petit point d’avance au terme du premier quart, sur une claquette d’Ibaka (27-26).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Raptors sont en total contrôle du match en deuxième quart. Seuls de nombreux coups de sifflet douteux en faveur des champions en titre, leur permettent de rester dans le match. Sur un service de Siakam, qui lit bien la prise à deux adverse, Leonard marque avec la faute (47-35).

Klay Thompson et Stephen Curry maintiennent leur équipe dans la rencontre avec 18 points pour le premier et 16 pour le second à la mi-temps. Les Torontois ne sont devant que de 5 points (59-54), après avoir compté jusqu’à 12 points d’avance.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Début de troisième quart cauchemardesque

Les Warriors reviennent avec d’autres intentions. Ils débutent le troisième quart par un 14-0 (59-68). Toronto ne marque pas le moindre point sur les premières 4 minutes 30 de jeu. Nurse doit appeler un deuxième temps mort, pour trouver la solution pour stopper la série des Californiens.

Mais, c’est Siakam qui est stoppé et Golden State ajoute 4 points supplémentaires (59-72). Il faut un panier à 3-points de VanVleet pour enfin mettre fin à la disette torontoise (62-72). Cela ne suffit pas à freiner l’élan des Warriors qui gardent le contrôle du match avant l’ultime période (80-88).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Raptors tentent de revenir très vite en début de quatrième quart. Ils recollent à 4 longueurs sur un tir primé de Green (88-92). Mais dans la foulée, Quinn Cook marque deux fois, coup sur coup à 3-points, pour redonner de l’air aux siens (88-98).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Torontois tentent un dernier retour en fin de match, suite à la sortie de Klay Thompson sur blessure. Danny Green, après plusieurs rebonds offensifs, redonne espoir à tout un pays (104-106). Malheureusement, au bout de la possession suivante, Andre Iguodala, pourtant maladroit depuis le début de ces finales, hérite du tir à 3-points et porte le coup de grâce (104-109).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’analyse

« Ne jamais sous-estimer le cœur d’un champion ». Cette célèbre phrase prononcée par Rudy Tomjanovic, l’entraîneur des Rockets dans les années 90, résume parfaitement cette rencontre. Les Warriors n’ont cessé de répéter après le premier match qu’ils allaient s’ajuster défensivement pour revenir plus fort dans le match 2. C’est exactement ce qu’ils ont été capables de faire.

Le secteur intérieur des Raptors a été limité à 18 points ( Siakam 12, Gasol 6). On est très loin des 52 points cumulés par les deux joueurs lors de la première manche. La différence se fait clairement à ce niveau-là.

L’attaque torontoise a été rendue muette pendant 6 minutes en début de troisième quart, avec un 18-0 encaissé. Cette série des Warriors a complétement renversé le cours du match. Les Raptors ont ensuite été dans la position du chasseur pour tenter de revenir au score.

Malheureusement, à chaque fois, Golden State s’est montré capable d’ajouter des points au tableau d’affichage, à l’image des deux tirs primés très importants de Cook, lorsque Toronto est revenu à 4 points. Ou encore ce tir décisif d’Iguodala à le fin, alors que Leonard était à deux doigts de l’interception sur Livingston.

Klay Thompson blessé

Au final, les Raptors peuvent au moins se réjouir d’avoir été capables de répondre dans l’adversité, en se donnant l’occasion de revenir en fin de match. Ils devront, en revanche, s’assurer de ne plus revivre pareil scénario au retour des vestiaires, en trouvant les solutions offensives et défensives, pour stopper les séries dévastatrices des Californiens en deuxième mi-temps.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Déjà privés de Kevin Durant, qui pourrait faire son retour dans le match 3 ou 4, il faudra également surveillé l’état de santé de Klay Thompson, touché aux ischio-jambiers. Si le joueur voulait se montrer rassurant en disant que tout allait bien après le match, Steve Kerr a préféré rester prudent en conférence de presse d’après-match.

Les réactions

Kawhi Leonard (ailier Raptors): (sur la dernière possession) «Nous avons réalisé une prise à deux sur Curry. Je défendais sur l’arrière. Il a réussi à transmettre la balle à Livingston. J’ai presque réussi à l’intercepter. Ensuite, je n’ai pas vraiment réussi à voir d’où venait Iguodala. Il s’est démarqué, Livingston l’a trouvé et il a mis son tir, un gros tir.»

Fred VanVleet (meneur Raptors): «Nous n’avons pas manqué de respect à ces gars. Nous savons qu’Iggy a mis des gros tirs tout au long de sa carrière. Il a fait ça pour cette équipe pendant tant d’années. On a vu cette scène auparavant. Mais de notre point de vue, c’est juste le schéma défensif que nous avions mis en place, et la façon dont nous avons attaqué cette possession, nous voulions que ce soit quelqu’un d’autre qui ait ce tir. Je pense que nous aurions du faire, probablement, un meilleur travail pour revenir vers lui, quand il a eu ce tir ouvert. Je n’ai pas revu l’action, donc je ne peux pas vous dire quelle était la rotation. Mais nous allons revoir ça pour déterminer comment nous pourrons peut-être faire mieux la prochaine fois.»

«Le troisieme quart nous fait quasiment gagner le match»

Stephen Curry (meneur Warriors): (sur le début de troisième quart) «C’est pratiquement ce qui nous a fait gagner le match, car ça nous a permis d’établir notre présence défensive. Nous avons fait des stops et tout le monde a été impliqué en attaque. Et quand vous vous regroupez lors du temps mort, après une série comme celle-là, et que tout le monde est impliqué, que ce soit en marquant ou en faisant des écrans, en faisant des passes ou peu importe, tout le monde se sent bien. Cela crée une dynamique solide. Nous savions que nous avions pris le momentum. Et qu’il nous fallait juste le maintenir ensuite.»

Les chiffres du match

Meilleurs marqueurs
Toronto: Leonard 34
Golden State: Thompson 25

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Meilleurs rebondeurs
Toronto: Leonard 14
Golden State: Green/Cousins 10

Meilleurs passeurs
Toronto: Siakam 5
Golden State: Green 9

Insister sur le rebonds et la contre-attaque pour le match 3

17-34: Symbole de la différence collective entre les deux équipes dans ce match 2, les Golden State Warriors ont signé 34 passes décisives sur 38 paniers inscrits. C’est un véritable récital de jeu collectif qu’ont offert les champions en titre à l’Aréna Scotiabank, qui s’en serait bien passé. A l’inverse, les Torontois ne réalisent que 17 passes décisives pour 35 paniers inscrits. Dans la difficulté, les hommes de Nick Nurse s’en sont beaucoup remis à Kawhi Leonard et un jeu en isolation. Kyle Lowry (2) n’a pas eu son rendement habituel et a dû batailler une nouvelle fois avec les problèmes de fautes. Cela fait deux fois en deux matchs qu’il ne termine pas la rencontre , expulsé pour 6 fautes.

23-0: Toronto a remporté la bataille du rebond et a inscrit 23 points en seconde chance, tout en n’en laissant aucun à ses adversaires. C’est un des points positifs de la rencontre sur lequel, ils pourront s’appuyer.

18-13: si Siakam et ses coéquipiers ont vu leurs adversaires plus appliqués sur le replis défensif, comme ils l’avaient annoncé, ils ont tout de même inscrits 18 points en contre-attaque. Ce secteur reste une force de l’équipe et devra être encore exploité dans trois jours à Oakland.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le francophone du match

Les deux francophones qui ont mis le pied sur le terrain, dimanche soir, ont tout deux connu une soirée difficile. On retiendra malgré tout la combativité de Serge Ibaka au rebond (10) et les capacités de créateur de Siakam (5 passes décisives) qui sont venues combler son manque d’adresse du soir (12 points à 5/18 dont 0/3 à 3-points).

«Je pense que j’ai raté beaucoup de doubles pas et de flotteurs, et des choses comme ça que je mets d’habitude», a confié l’ailier camerounais. «Je n’ai juste pas réussi à trouver mon rythme en attaque. C’est le basket-ball. Tu rentres tes tirs un jour, tu les rates un autre jour. Ce sont des tirs que je prends tout le temps.»

 

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur