Les professionnels de l’immersion se heurtent à un manque de ressources

Victime de son succès


31 mai 2018 à 8h00

Le ministère du Patrimoine canadien a confié à l’Association canadienne des professionnels de l’immersion (ACPI) le mandat de dresser le portrait des professionnels de l’immersion française de tout le pays. Au cours d’une vaste consultation pancanadienne, menée d’avril 2016 à décembre 2017, 900 professionnels de l’immersion ont décrit leurs réalités, leurs défis, leurs besoins et leurs perceptions quant à l’avenir de leur profession.

«Le rapport révèle assurément la richesse de nos conversations, mais aussi la trajectoire de la croissance fulgurante de l’immersion française au pays», a indiqué la directrice générale de l’organisme national, Chantal Bourbonnais.

Cette croissance de la popularité de l’immersion française est certes positive. De 2012 à 2016, une période de quatre ans, le nombre d’enseignants en immersion française a augmenté de 21% selon Statistique Canada. Cette hausse est attribuable et directement proportionnelle à la hausse des inscriptions dans ces programmes: de 2011 à 2016, une période de cinq ans, les inscriptions en immersion au Canada ont augmenté de 20%. De 2015 à 2016 seulement, la hausse était de 4,6%.

Cette hausse demande une capacité accrue de répondre à la demande. Les trois grands défis identifiés par les répondants au sondage de l’ACPI sont: le manque de temps (73%), le manque de ressources (71%) et la difficulté à gérer les demandes croissantes de leur milieu de travail (57%).

Demande inégale

Dans certaines provinces, la demande pour des professionnels de l’immersion dépasse l’offre. On observe une rareté de professionnels qualifiés et cette rareté a des conséquences sur l’enseignement.

Lorsque rencontrés lors des consultations, les professionnels de l’immersion ont nommé certains impacts entrainés par cette pénurie d’enseignants qualifiés en immersion française. Ainsi, lorsque des postes sont vacants dans un programme d’immersion française, il n’est pas rare qu’un conseil scolaire embauche des personnes qui ne sont pas qualifiées en enseignement, qui ne sont pas des professionnels de l’enseignement immersif ou qui ne parlent pas le français.

Pas de reconnaissance officielle

Les conseils scolaires n’ont, pour l’instant, aucune contrainte à respecter puisqu’il n’y a pas de reconnaissance officielle pour les enseignants en immersion française et qu’aucun test régissant formellement l’entrée dans la profession n’est systématiquement exigé.

Dans ce contexte de rareté d’enseignants qualifiés en immersion, les professionnels rencontrés rapportent que la suppléance est souvent attribuée à un candidat unilingue anglais et que les spécialistes auprès des élèves en difficulté ou à risque sont souvent des experts anglophones affectés aux élèves des programmes d’immersion française.

Compétence linguistique variable

Le niveau de compétence linguistique variable des professionnels de l’immersion française est nettement un enjeu qui préoccupe l’ensemble des participants à la consultation (63%).

Fait intéressant, cet enjeu a également été désigné comme la problématique qui inquiète actuellement le plus grand nombre de professionnels lorsqu’ils envisagent l’avenir des programmes d’immersion (56%).

Mais curieusement, la consultation a permis de découvrir que seulement un professionnel de l’immersion sur deux (51%) se dit ouvert lorsqu’on lui propose de perfectionner ses compétences linguistiques en français. Les compétences linguistiques que souhaitent surtout perfectionner les répondants sont le français oral (50%) et le français écrit (47%).

Par ailleurs, le manque de ressources et d’outils pédagogiques est l’un des plus grands défis quotidiens mentionnés par 71% des participants à la consultation.

La pierre angulaire du bilinguisme

Selon les auteurs du rapport de consultation dévoilé le 9 mai, l’immersion française est sans contredit la pierre angulaire du bilinguisme au Canada.

«Les professionnels de notre domaine en sont les réels ambassadeurs. Les soutenir par la valorisation de leur profession, un recrutement assidu, un appui professionnel de tous les instants, un éventail de perfectionnements exceptionnels et adaptés, des ressources et des outils conçus spécifiquement pour eux, des innovations dans la gestion et le développement de l’offre de programmes, voilà ce qui doit guider les pas de toutes les instances décisionnelles», peut-on lire à la fin du rapport.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz: Téléséries des années 1950 et 1960

quiz
Testez vos connaissances sur des téléséries des années 1950 et 1960
En lire plus...

21 octobre 2018 à 7h00

Élections municipales: pourquoi un tel désamour ?

vote
Malgré l’influence directe de la politique municipale sur le quotidien des citoyens, les taux d’abstention aux élections municipales sont élevés. Des politologues et observateurs...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 14h30

Les nouvelles technologies ont-elles raison de votre cou ?

cervicalgies
Avec près de 5 milliards de détenteurs de smartphones et un temps de navigation quotidien estimé à 6 heures, vous n’êtes probablement pas épargnés...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 11h00

Les vins Fino et Amontillado: deux xérès secs à découvrir

vins
L’image des aïeux buvant le xérès dans de petites coupes s’avère tenace. Comme si les générations plus jeunes se dissociaient de ce modèle. Le...
En lire plus...

20 octobre 2018 à 8h00

Les Archives publiques de l’Ontario, centre historique de la province

Archives publiques de l'Ontario
Fondées en 1903 à Toronto, les Archives publiques de l'Ontario rassemblent des milliers de documents retraçant l'histoire de la province.
En lire plus...

19 octobre 2018 à 16h00

Blaise Ndala, écrivain-éponge de son temps

Blaise Ndala et Gabriel Osson
Le romancier Blaise Ndala, originaire d'Ottawa, a lancé la série Croisée des mots, jeudi soir, à la Bibliothèque publique de Toronto. La rencontre littéraire...
En lire plus...

19 octobre 2018 à 12h30

ApéroChic fête ses sept ans avec Zadig et Voltaire

ApéroChic
Le 23 Octobre, ApéroChic célébrera ses sept années d'existence lors d'une soirée au Bisha Hôtel. L'Express a rencontré les fondatrices de ce concept.
En lire plus...

19 octobre 2018 à 11h00

Non, l’immigration n’est pas en croissance rapide

immigration foule
L’immigration est devenue un enjeu électoral dans plusieurs pays, voire une obsession pour certains gouvernements. Pourtant, une recherche quantitative permet d'entrer en contradiction avec...
En lire plus...

19 octobre 2018 à 7h00

Les Leafs chutent à domicile face aux Penguins de Pittsburgh (3-0)

Leafs
Les Maple Leafs ont été battus ce soir par les Penguins de Pittsburgh sur le score de 3-0. L'Express était présent à l'Arena Scotiabank.
En lire plus...

18 octobre 2018 à 21h37

Quel déguisement choisir pour l’Halloween ?

maquillage de vampires
Alors que l'Halloween approche à grand pas, vous n'avez surement pas encore décidé comment vous déguiser. L'Express est là pour vous aider.
En lire plus...

18 octobre 2018 à 17h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur