Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...

Des participants au camp Noël Académie 2017 à l'école secondaire catholique Sainte-Famille à Mississauga (Conseil scolaire MonAvenir).


14 février 2018 à 16h24

Le nombre croissant d’inscriptions d’élèves non catholiques dans les écoles élémentaires catholiques de l’Ontario inquiète l’ACÉPO, le regroupement des quatre conseils scolaires publics (laïcs) de la province.

Un système d’éducation maintenu pour protéger la foi catholique devrait-il recevoir des élèves n’adhérant pas à cette religion? Ce serait le cas, en effet, selon un reportage du Globe and Mail le 12 février, suivi d’un éditorial qui répond «non» à la question – un enjeu politique explosif s’il en est un, à quatre mois des élections provinciales.

Dans un communiqué de la Saint-Valentin – qui est loin d’être une déclaration d’amour – l’ACÉPO demande que le gouvernement ontarien dénombre les élèves non catholiques enregistrés dans les huit conseils scolaires confessionnels de langue française de l’AFOCSC et «fasse respecter des conditions d’admission cohérentes» des élèves dans les écoles catholiques.

Plus de 8%

Le Globe and Mail évalue à plus de 8% la population d’élèves des écoles catholiques anglophones de Ontario qui ne serait pas catholique, un pourcentage en hausse ces dernières années.

Denis M. Chartrand ACEPO
Denis M. Chartrand

L’ACÉPO veut connaître «l’ampleur de la situation du côté francophone» et demande au ministère de l’Éducation de «recenser l’évolution du nombre d’élèves non catholiques dans les conseils scolaires catholiques de langue française au cours des dernières années et de rendre l’information publique».

«Ces données révéleront les réels besoins en éducation catholique de langue française, ainsi que l’importance de financer adéquatement l’épanouissement du réseau des écoles laïques de langue française», soutient l’organisme présidé par Denis M. Chartrand, un élu scolaire de l’Est ontarien, et dont Isabelle Girard, autrefois des Centres d’accueil Héritage à Toronto, est la nouvelle directrice générale.

Pas le choix?

Selon l’ACÉPO, «faute d’écoles laïques francophones, des milliers d’élèves n’ont d’autre choix que de fréquenter les autres systèmes d’éducation de l’Ontario».

Plus de 70% des Franco-Ontariens choisissent le réseau des écoles catholiques, présent en Ontario depuis plus de 230 ans. Le réseau public francophone est plus récent.

Il n’y aurait toutefois pas que l’absence d’une école publique à proximité qui motiverait des parents francophones non catholiques à envoyer leur enfant à l’école catholique. Des chrétiens protestants intéressés à un environnement religieux, voire des parents musulmans ou non religieux, mais trouvant d’autres avantages au milieu catholique (l’uniforme, la réputation de discipline, certaines valeurs traditionnelles), préféreraient l’école catholique à l’école publique.

«La démographie de notre province change et sa population est de plus en plus diversifiée», fait valoir l’ACÉPO. «Si la tendance est d’accueillir des élèves, indifféremment de leur croyance, dans les écoles catholiques, il est temps de revoir notre système d’éducation pour plus d’équité.»

Du même souffle, l’ACÉPO soutient que les écoles laïques de langue française sont «des lieux accueillants et inclusifs (…) respectueuses de toutes les croyances religieuses».

Manque de transparence

Le président de l’AFOCSC, Jean Lemay, déplore ici un «manque de transparence» de la part de l’ACÉPO «qui ne donne pas toute l’information sur les conditions d’admissions dans nos écoles catholiques».

Jean Lemay AFOCSC
Jean Lemay

«Nous avons des comités d’admissions dans chacun de nos conseils scolaires francophones catholiques», explique-t-il. Ces comités revoient les admissions, «autant pour la langue que pour la religion des élèves». Il faut en effet parler français et avoir un parent francophone pour être inscrit dans une école de langue française, un critère qui est parfois très subjectif lui aussi…

«Généralement, l’élève doit être baptisé ou un de ses parents doit être baptisé dans la foi catholique ou chrétienne, et les parents qui inscrivent leurs enfants au niveau élémentaire doivent adhérer aux principes de l’école catholique», précise M. Lemay.

Notamment, «ils ne peuvent demander d’être exemptés des cours de religion et participent activement aux cérémonies religieuses catholiques de l’école».

Performant

Au niveau secondaire, la loi oblige les conseils scolaires catholiques – anglophones et francophones – d’admettre tous les élèves qui veulent s’inscrire, et «ils ne sont pas obligés de suivre les cours de religion» s’ils en font la demande.

M. Lemay plaide pour le respect du choix des parents, soulignant «en passant» que le système catholique francophone est «très performant, puisque nous sommes bons premiers en Ontario pour les résultats scolaires».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’AFO va «crier» à Queen’s Park mercredi matin

Le 20 mars prochain, Journée internationale de la Francophonie, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) va organiser à Queen’s Park sa première «criée»...
En lire plus...

19 mars 2019 à 9h00

Taxer le sucre : une stratégie efficace?

Ces dernières années, plusieurs pays dont la Grande-Bretagne, la France et le Mexique, ont mis en place une taxe sur les boissons sucrées afin...
En lire plus...

Le «Réveil algérien» est suivi de près à Toronto

Dundas Square 16/03/2019
Après des manifestations à Ottawa et Montréal, une partie de la communauté algérienne de Toronto s'est rassemblée au Dundas Square, samedi dernier, pour exprimer...
En lire plus...

18 mars 2019 à 16h30

Le programme relais du Collège Boréal: un tremplin d’intégration

programme Relais Leadership et Management
C’est un moment émouvant qui s’est déroulé au 3e étage du 1er Yonge Street, dans l’auditorium du Collège Boréal, le 14 mars. Cette année,...
En lire plus...

18 mars 2019 à 14h42

Extrémisme: des solutions à connecter au 21e siècle

fusillade, tuerie, massacre
La vitesse à laquelle la propagation de la vidéo du tueur de Christchurch s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux...
En lire plus...

Une semaine d’activités pour souligner la francophonie

La Semaine de la francophonie de Toronto sera lancée le mercredi 20 mars, Journée internationale de la francophonie. S’en suivra, jusqu’au 30 mars, une...
En lire plus...

18 mars 2019 à 9h00

Des règles internationales sur l’édition du génome humain?

OMS, ONU, Nations-Unies
Les modifications génétiques de l’embryon sont peut-être à nos portes, mais comment les encadrer? C’est pour apporter un éclairage que l’Organisation mondiale de la...
En lire plus...

18 mars 2019 à 7h00

Aucune société n’est immunisée contre le virus de la haine

fusillade, tuerie, massacre
50 morts, 40 blessés: l'attaque raciste contre la mosquée de Christchurch nous rappelle qu’aucune société n’est à l’abri de ce genre de délire, et...
En lire plus...

17 mars 2019 à 17h55

Avec Françoise Sullivan, le McMichael fait un saut dans l’avenir

Entrevue avec Françoise Sullivan sur la rétrospective de son oeuvre de 70 ans au musée McMichael, à Kleinburg, jusqu'au 12 mai.
En lire plus...

17 mars 2019 à 13h00

Ségovie : une histoire endiablée

Ségovie est une ville du centre de l'Espagne, située à seulement 90 kilomètres au nord-ouest de la capitale Madrid. Son aqueduc a été construit...
En lire plus...

17 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur