Les crises alimentent la réflexion de Raymond Théberge

Le commissaire fédéral aux langues officielles doit encore apprendre à se positionner face aux provinces

francophonie

Raymond Théberge, Stéphanie Chouinard, Stéphane Gauthier, François Boileau et Serge Miville. (Photo: avec l’autorisation du journal Le Voyageur, Julien Cayouette)


9 février 2019 à 12h00

Après la table ronde de l’Institut franco-ontarien à Sudbury, le rédacteur en chef du journal Le Voyageur, Julien Cayouette, s’est entretenu avec le commissaire aux langues officielles du Canada, Raymond Théberge.

Votre première année en poste a été marquée par plusieurs évènements controversés concernant la francophonie canadienne. Vous attendiez-vous à autant d’action?

Ce qui est important pendant une première année dans un poste, c’est d’être capable de doter l’organisation d’un plan et une vision. Ce que l’on a fait. Mais là, il faut se prononcer sur une série d’enjeux, qui ne sont pas des enjeux planifiés.

Ça nous a amené à nous questionner beaucoup sur certaines de nos activités, en particulier le projet de modernisation de la LLO [Loi sur les langues officielles]. Comment est-ce que ce projet peut nous aider à l’avenir?

Et aussi à songer beaucoup au rôle et à la place des provinces et territoires par rapport à leurs communautés. Comment le Commissariat, qui est un organisme fédéral, peut-il se positionner par rapport à une province. C’est une question fondamentale.

Le commissaire aux langues officielles Raymond Théberge.

Justement, comment le Commissariat peut participer aux enjeux provinciaux?

Un des mandats en est un de promotion, ce qui est très large. Promouvoir l’égalité du français et de l’anglais dans la société canadienne. Ce qui est en jeu, c’est l’égalité du statut du français, que ce soit en Ontario, que ce soit au Nouveau-Brunswick ou au Manitoba.

Vous avez mentionné que vous travaillez déjà beaucoup à la modernisation de la LLO. Quel semble être l’opinion des politiciens canadiens sur la question?

Le gouvernement a donné un signal positif le 6 juin, l’opposition a fait la même chose cette semaine. Par contre, on sait très bien qu’une élection s’en vient au mois d’octobre et tout va se passer après les élections.

Il faut quand même être très réaliste et faire en sorte que, ce que l’on va proposer, ce sont de vraies améliorations à la loi. Une modernisation réaliste en termes de ce qu’on a réellement besoin pour faire notre travail.

Il faut qu’il y ait une cohérence entre les parties de la loi. Il faut que la partie 7, qui touche les communautés, soit beaucoup plus musclée, beaucoup plus forte qu’elle ne l’est présentement.

Mais ce sera un débat, un travail de revendication auprès des parlementaires et des sénateurs. Ça va demander la participation de tous les intervenants des communautés.

Quelles sont vos priorités pour cette refonte de la loi? Celles qui sont essentielles?

Premièrement, il faut renforcer la partie 4, qui vise les services au public, afin d’assurer que les gens reçoivent les services dans la langue de leur choix, de pair avec la partie 5 sur la langue de travail de la fonction publique.

Si on ne peut pas travailler en français, les chances d’obtenir des services en français sont minimes et, depuis un certain nombre d’années, il y a une stagnation par rapport à l’utilisation du français comme langue de travail.

Et bien sûr la partie 7, qui traite des minorités. Je pense qu’on doit aussi revoir la partie qui traite des mécanismes de conformité, c’est-à-dire quels sont les pouvoirs du commissaire, est-ce qu’on doit aller au-delà d’un simple pouvoir de recommandation?

Et finalement, une cohérence entre toutes les parties de la loi.

Vous avez aussi mentionné que ce serait bien si une seule entité gouvernementale en était responsable, et non plusieurs.

Si on retourne à l’époque de [Stéphane] Dion, il était responsable des langues officielles, il était au conseil privé, une agence centrale, et il y avait un comité de sous-ministres. Donc c’était très clair qui était responsable des langues officielles. Aujourd’hui, c’est moins clair.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur