Les conseils scolaires tâcheront de mieux gérer leurs autobus

autobus-scolaire

14 août 2017 à 14h26

La rentrée scolaire avait été chaotique en septembre 2016 suite à des «actions et inactions» des deux plus grands conseils scolaires de Toronto, le TDSB et le TCDSB, qui avaient laissé des milliers d’élèves abandonnés à leur sort.

Des mesures ont toutefois été prises pour éviter une autre pénurie de conducteurs d’autobus scolaires cet automne, se réjouit l’Ombudsman de l’Ontario, Paul Dubé, qui avait enquêté là-dessus et qui a diffusé son rapport la semaine dernière.

(Les conseils scolaires francophones, Viamonde et MonAvenir, utilisent leur propre système, Francobus, qui, apparemment, n’a pas connu de ratés aussi criants.)

C’est la première enquête du protecteur du citoyen sur les conseils scolaires, qui sont passés sous sa surveillance en 2015. M. Dubé retrace «le chaos qui a éclaté au début de septembre 2016 parmi les exploitants d’autobus engagés sous contrat par le conseil scolaire de district de Toronto et le conseil scolaire de district catholique de Toronto».

Selon lui, les deux conseils scolaires et le consortium de transport qu’ils ont en commun «n’ont pas prêté attention aux signes d’alarme précurseurs indiquant que des dizaines de circuits scolaires n’avaient pas de conducteurs – et même alors que la crise s’aggravait, ils n’ont pas averti adéquatement les parents».

Plusieurs jeunes enfants ayant des besoins particuliers ont été portés manquants pendant des heures, après avoir été déposés aux mauvais arrêts. Une mère de famille a perdu son emploi, car elle ne pouvait pas se rendre à l’heure à son travail en raison des retards fréquents de l’autobus de sa fille.

Bien que des retards et des ajustements se produisent dans le secteur des transports scolaires chaque année à la rentrée, souligne M. Dubé, l’envergure «sans précédent» du problème aurait dû ressortir avant septembre 2016. Les conseils scolaires et leur Toronto Student Transportation Group «ont fait face à cette situation avec un excès d’optimisme».

L’Ombudsman fait 42 recommandations dans son rapport, qui ont toutes été acceptées par les conseils scolaires et leur consortium de transport. Dans une lettre incluse au rapport, le comité de gouvernance des transports des conseils scolaires s’est engagé à «garantir que le démarrage pour le mois de septembre qui vient soit moins perturbateur et s’entoure de bonnes communications».

Les mesures prises incluent la création d’un portail en ligne pour informer les parents des retards d’autobus et le recours à un centre d’appels professionnel pour répondre aux demandes de renseignements et aux plaintes. Une application «Où est mon bus» est prévue pour septembre 2018.

Le Bureau de l’Ombudsman relève de l’Assemblée législative de l’Ontario. Il examine plus de 21 000 plaintes du public chaque année à propos des organismes du gouvernement provincial ainsi que des municipalités, des universités et des conseils scolaires.

Le protecteur du citoyen de l'Ontario, Paul Dubé.
Le protecteur du citoyen de l’Ontario, Paul Dubé.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Grosse fin de septembre franco à Toronto

Jean-Pierre Ferland lance le festival Francophonie en fête le 22. Gabrielle Goulet fête le Jour des Franco-Ontariens le 25. Robert Charlebois est à Markham le 28 et à Toronto le 29. Tifane fait partie de la Nuit africaine le 30.
L’agenda des francophones et des francophiles du Grand Toronto est plein ces deux prochaines semaines: festival Francophonie en Fête, anniversaire du Collège français, Jour...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h22

TIFF 2017: des cris dans les salles obscures

Downrange
Suite à la suppression, pour l’édition 2017 du Festival international du film de Toronto, de deux programmes du festival international de Toronto, dont Vanguard,...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h10

Musique Extravaganza Afro-Caribéenne

elage
À l’image d’un repas gastronomique aux mille et une saveurs, la Nuit Africaine viendra clôturer en beauté une délicieuse 12e édition du festival Francophonie...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h09

Édouard et les maisons de bouteilles

La première maison de bouteilles d’Édouard a été construite en 1980. (Photo: Sandra Dorélas)
Île-du-Prince-Édouard
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h07

Les sucres naturels ne sont pas meilleurs que les sucres raffinés

Ce n’est pas la nature du sucre qui fait la différence, mais bien la quantité totale de sucre qu’on consomme. (Photo: Monika Adamczyk | Dreamstime)
Il y a plusieurs mythes entourant les sucres qui dérangent Catherine Lefebvre. Au point où la nutritionniste a dédié un livre entier à ce...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h02

Un tour du monde de la francophonie à TV5

tv5
25 heures, 23 destinations, 5 continents
En lire plus...

18 septembre 2017 à 10h00

Le rôle très stratégique d’une première ministre

Rachel Notley, présidente du Conseil de la fédération et Première ministre de l'Alberta. (Photo: Connor Mah - https://www.flickr.com)
Tribunaux albertains: on peut employer le français dans les communications verbales... mais pas écrites
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h59

Islamophobie? Non, véritéphobie!

Le président Donald Trump et son épouse Melania avec le roi  Salman et le président égyptien Abdel Fattah Al Sisi. (Photo: Maison-Blanche)
L’État islamique continue de frapper. Que faire?
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h58

Des coffrets pour monter votre propre exposition

Gustav Klimt. Éditions Taschen, 2017, coffret d’affiches (16 tirages sous coffret), 25,4 x 33 cm.
Les éditions Taschen, comme cela ressort des nombreux articles de L’Express qui mentionnent leur nom, se consacrent à la promotion d’œuvres artistiques ou de...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h57

La drogue pimente deux romans américains

Elin Hilderbrand, À nous, roman traduit de l’anglais par Perrine Chambon, Paris, Éditions JC Lattès, 2017, 414 pages, 29,95 $. 
David Swinson, La Fille de Kenyon Street, roman traduit de l’anglais par Mireille Vignol, Paris, Éditions Calmann-Lévy, 2017, 354 pages, 29,95 $.
Qu’arrive-t-il quand le testament d’un grand chef cuisinier stipule que ses trois épouses doivent souligner sa mort en répandant ses cendres ensemble et qu’elles...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 9h56

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur