Les francophones de Toronto ont besoin de nouvelles écoles

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les deux conseils scolaires qui gèrent des écoles de langue française dans la grande région de Toronto, Viamonde et le CSDCCS, devraient recevoir des moyens additionnels pour faire face à leurs défis de croissance, recommnande le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau.

Cette requête fait partie des recommandations formulées ce lundi 4 juillet dans un nouveau rapport de suivi intitulé Quand le plus élémentaire devient secondaire: des devoirs à compléter.

Cette étude découle d’une enquête menée en juin 2011, qui démontre que le nombre d’écoles de langue française à Toronto est «proportionnellement insuffisant par rapport au nombre de francophones», surtout au secondaire et notamment dans l’Est de Toronto.

François Boileau met en évidence «l’équivalence réelle de l’expérience éducative», illustrée dans l’arrêt Rose-des-Vents: la décision de la Cour suprême du Canada qui a démontré l’obligation pour les gouvernements et les conseils scolaires de respecter le droit de leur minorité de langue officielle en permettant à la communauté francophone d’avoir «accès à une expérience éducative d’équivalence réelle à celle de la majorité» sur les plans de l’instruction, des résultats scolaires des élèves, des activités parascolaires et du temps de déplacement des élèves de la maison à l’école.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Cinq ans après la publication de mon premier rapport, la situation reste malheureusement à peu près inchangée pour les parents qui veulent envoyer leurs enfants dans une école secondaire de langue française qui se trouve à distance raisonnable», déclare le commissaire.

«Les conseils scolaires de langue française ont de la difficulté à retenir les jeunes entre la 8e et la 9e année: un grand nombre d’entre eux se dirigent vers les écoles anglophones puisque l’expérience éducative n’est tout simplement pas équivalente à celle offerte à la majorité. Cela nuit considérablement à la pérennité de la communauté francophone de l’Ontario, plus spécifiquement dans la région de Toronto.»

François Boileau recommande donc à la ministre de l’Éducation, Mitzie Hunter, d’appuyer davantage les conseils scolaires dans leurs projets de construction ou d’acquisition de nouveaux établissements d’études secondaires afin d’assurer l’accessibilité d’une éducation en français dans la métropole.

Il demande également à la ministre de calculer les besoins en écoles en utilisant la «définition inclusive» de francophone afin de mieux prendre en compte la réalité diverse de sa clientèle et d’assurer l’exactitude des prédictions d’inscriptions.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur