Les céramiques Wedgwood au ROM: de la poterie pas comme les autres


15 juillet 2008 à 14h16

Le fondateur de l’école de poteries qui porte son nom, Josiah Wedgwood (1730-1795), était avant tout un homme d’affaire audacieux qui a su commercialiser et promouvoir son art de son vivant.

Le Musée royal de l’Ontario (ROM) inaugurait récemment l’exposition Wedgwood: art et innovation qui permet au public d’admirer des pièces très recherchées. «Dans un contexte de révolution industrielle et afin de répondre à la demande croissante, Wedgwood, à cette époque déjà, n’avait d’autres choix que de suivre le courant socio-économique et de convertir son art en fabrique», nous explique M. Dan Rahimi, directeur général au développement des galeries du ROM, au restaurant C5 qui surplombe le Cristal Lee-Chin, la nouvelle aile du ROM.

Pour aller plus loin, Wedgwood ne lésinait pas à faire appel aux ambassadeurs anglais pour répandre son art et son nom auprès des cours européennes de l’époque. Et il y est parvenu à merveille lorsque Catherine II, impératrice de Russie, commande près de mille pièces de la célèbre porcelaine de la Reine, l’un des trois matériaux inventés par Wedgwood.

Une porcelaine qui n’en est pas tout à fait une, puisqu’il s’agit, tout simplement, de poterie plus raffinée. «On doit cette appellation à la reine Charlotte d’Angleterre. Celle-ci était tellement enchantée par un service réalisé par Wedgwood qu’elle l’a autorisé à nommer cette poterie de porcelaine de la reine», déclare M. Jacques Lavoie, porte-parole francophone de l’exposition, qui se trouve dans les galeries européennes Samuel du ROM Quelques pièces de ce service royal sont présentement exposées au musée.

Les deux autres poteries inventées par Josiah Wedgwood sont le basalte, qui est une espèce de pâte d’un noir de jais et le jaspe qui est généralement travaillé en relief sur un fond bleu avec des dessins blancs.

«Wedgwood expérimentait avec succès afin d’améliorer ses produits et de mettre au point de nouvelles lignes de céramique anglaise, s’inspirant souvent de l’engouement populaire pour l’Antiquité, le néoclassicisme et les vases», ajoute Peter Kaellgren, conservateur en arts décoratifs.

Le vase de Portland en est un exemple type. Ce vase, qui date de plus de deux milles ans, est exposé, pour le moment, à la galerie aux côtés de sa réplique, plus élancée, réalisée par Wedgwood. «Ce vase, qui date du règne de l’empereur romain Auguste, avait été racheté par la duchesse douanière du Portland, en 1783. Le talent de Wedgwood étant déjà reconnu, elle l’autorise à réaliser une copie du vase, d’où le nom de vase de Portland», précise M. Jacques Lavoie.

L’exposition, Wedgwood: art et innovation, qui vient à peine de commencer se poursuit jusqu’au 5 juillet de l’année prochaine.

D’autres expositions tout aussi interpellantes sont à l’affiche. Entre autres, celle du petit-fils de M. Wedgwood, qui n’est autre que Charles Darwin – vous avez bien lu, le père de la théorie de l’évolution – une exposition intitulée La révolution de l’évolution, qui se tient jusqu’au 4 août dans le nouveau Hall d’exposition Garfield Weston,

Le Kaléidoscope de Shanghai est aussi à découvrir jusqu’au 2 novembre. Il s’agit d’œuvres insolites réalisées par des artistes de la ville de Shanghai. Un assemblage très particulier et présenté dans une vitrine lumineuse de la Galerie Roloff Beny.

Toujours dans le même décor, un petit saut dans le passé, avec Shanghai en photos de 1860 à 1940 dans la Galerie Herman Herzog Levy, jusqu’au 26 octobre.

Pour terminer, les cyclistes seront heureux de trouver un ensemble de 12 nouveaux supports à vélos bordant Queen’s Park le long de l’aile de la famille Weston où ils n’auront que l’embarras du choix. Originales, ces supports aux coupures échancrées ont été réalisées par deux artistes locaux.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marché va toujours «super bien»

maison
À chaque agent immobilier à qui on demande comment va le marché, la réponse est invariablement: «Super bien!» Mais il est possible que cela...
En lire plus...

26 mars 2019 à 9h00

Un penchant pour l’inclinaison des exoplanètes

science
Depuis que le télescope spatial Kepler a commencé à multiplier les découvertes d’exoplanètes en 2011, les astronomes se retrouvent devant un phénomène étrange: les...
En lire plus...

26 mars 2019 à 7h00

John Tavares vole la vedette et les Maple Leafs l’emportent

Avec seulement 7 parties restantes à la saison régulière et à quelques semaines du début des séries éliminatoires, les Maple Leafs recevaient la visite...
En lire plus...

25 mars 2019 à 23h51

Dans mon quartier… en cette Semaine de la Francophonie

Lise Marie Baudry
Dans mon quartier de Swansea-Bloor West Village, il y a de plus en plus de francophones.
En lire plus...

Rosalie Vaillancourt, une vraie peste

Semaine de la francophonie
Le 30 mars pour clore la semaine de la francophonie, l’humoriste québécoise Rosalie Vaillancourt vous montrera, dans son spectacle Enfant roi, sa réelle personnalité:...
En lire plus...

25 mars 2019 à 11h00

Les femmes et les Autochtones à l’honneur aux Hot Docs

La programmation de la 26ème édition des Hot Docs, qui se déroulera du 25 avril au 5 mai, a été révélée. Parmi les 234...
En lire plus...

25 mars 2019 à 9h00

Ces amateurs qui contribuent à l’avancement de la science

science biologie
Dans la dernière décennie, l’homme qui a classifié le plus grand nombre de nouvelles espèces marines n’était pas un biologiste mais un amateur: Emilio...
En lire plus...

25 mars 2019 à 7h00

Jeremy Lamb crucifie les Raptors sur un air de déjà vu

Une équipe adverse très adroite à 3-points, beaucoup de ballons perdus, de nombreux rebonds offensifs laissés à leurs adversaires et une défaite à la...
En lire plus...

24 mars 2019 à 23h00

Berlioz a changé le métier de compositeur

musique
De par le monde, de nombreux concerts ou festivals ou exécution d'une ou de plusieurs de ses œuvres marquent, en cette année 2019, le...
En lire plus...

24 mars 2019 à 11h00

Écriture soignée et soyeuse

roman Lévesque éditeur
Journaliste-photographe dans plusieurs médias québécois, Jean-François Villeneuve a publié un premier roman intitulé Les chambres obscures. Le titre renvoie aussi bien à des pièces...
En lire plus...

24 mars 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur