Les célébrités de Louis Boudreault passent par la case prison

Galerie Thompson Landry

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le peintre montréalais Louis Boudreault revient à Toronto avec une nouvelle collection. Intitulée Wanted, elle offre une nouvelle vision des personnages célèbres au public, puisqu’ils sont vus en prison. Une exposition à consommer à la galerie Thompson Landry, dans le quartier de la Distillerie, jusqu’au 12 octobre.

Ici, les personnalités ne sont plus sur le tapis rouge, ni dans des dîners mondains ou devant les caméras, mais derrière les barreaux. L’artiste Louis Boudreault a souhaité reproduire sur papier des petites photographies prises par la police, lors d’un séjour plus ou moins long en cellule.

Le visiteur peut faire face à des penseurs, des écrivains ou encore des personnalités du spectacle. «Ce sont des personnes qui m’ont inspiré et que j’admire», explique l’artiste.

Une admiration exprimée par la grandeur des tableaux qui ne font pas moins de 7 pieds par 5.

Sur un amoncellement de feuilles couvrant un panneau en bois, dessinés à la mine de graphite, habillés de papiers colorés, puis poncés, les portraits de géants de notre monde, de personnalités qui ont marqué l’Histoire, par leurs actions, leurs écrits, leur avant-gardisme, leur courage parfois ou par leur génie, sont dévoilés au public.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’artiste n’a rien laissé au hasard; le nom de la prison, la date de l’incarcération, la toise ou encore l’ampoule (ou la lampe, selon l’époque), symbole de l’interrogatoire.

Parmi les sujets, il y a des «bad boys qui se sont fait arrêter avec un joint dans la poche» comme Mick Jagger en 1967, pour «propos vulgaires et indécents» (Janis Joplin en 1969), ou pour ne pas avoir payé ses impôts, comme Sophia Loren en 1982.

D’autres, tels que l’écrivain Oscar Wilde, en 1895, ont été mis en prison parce que leur orientation sexuelle était considérée comme «illégale» à l’époque.

Certains se sont retrouvés derrière les barreaux alors qu’ils manifestaient pour une noble cause, comme l’Américaine Rosa Parks en 1955, qui luttait contre la ségrégation raciale dans les transports en commun, ou l’activiste Martin Luther King en 1956.

Enfin, il y a ceux qui ont été mis en prison pour divergence d’opinions. C’est le cas de l’écrivain russe Aleksandr Solzhenitsyn, qui a passé 8 ans au goulag, à partir de 1945, pour avoir critiqué la politique de Joseph Staline dans une lettre envoyée à un ami.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Derrière l’œuvre de l’artiste originaire des Îles de la Madeleine, il n’y a nul engagement, nulle critique, c’est «une œuvre qui parle en soi». Les 18 célébrités présentées ont fait de la prison pour diverses raisons, plus ou moins justifiées.

«C’est la vie. Ce sont des choses ludiques et extrêmement sérieuses à la fois», note Louis Boudreault.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur