Les artistes visuels des années 40, 50 et 60 au Québec

Place à la magie!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Musée d’art contemporain de Montréal présente, jusqu’en mai 2008, une sélection de 90 œuvres de sa collection, qui donnent un aperçu des figures-clés ayant marqué le développement de l’esthétique contemporaine au Québec, de 1940 à 1970. Intitulée Place à la Magie!, l’exposition illustre le caractère novateur et stimulant des différents moments d’une époque de recherche et de mutation. Les années 1940, 1950 et 1960 demeurent, en effet, le terrain de transformations stylistiques et visuelles considérables.

Il est convenu que la fondation de la Société d’art contemporain, par John Lyman en 1939 à Montréal, constitue le point de départ du champ d’investigation du Musée d’art contemporain, de son programme d’expositions et de l’enrichissement de ses collections. Aujourd’hui, la collection du Musée compte plus de 7 000 œuvres, réalisées par 1 600 artistes parmi lesquels 1 200 sont vivants.

Dans un premier temps, le parcours de l’exposition souligne l’apport incontournable de Paul-Émile Borduas et des automatistes – notamment Jean-Paul Riopelle, Françoise Sullivan, Fernand Leduc, Jean Paul Mousseau, Marcelle Ferron, Claude Gauvreau, Pierre Gauvreau, Marcel Barbeau – dans l’avènement d’une expression gestuelle non figurative à Montréal.

Dans un second temps, Place à la magie rend compte de l’élaboration d’un langage plastique abstrait et géométrique chez les premiers plasticiens ainsi que chez ceux qui s’engageront de manière singulière dans la rigueur et la clarté de cette esthétique: Jauran, Guido Molinari, Claude Tousignant, Fernand Leduc, Marcel Barbeau, Jean Goguen et Denis Juneau. L’exposition souligne aussi l’affirmation de la sculpture avec les travaux d’artistes tels qu’Armand Vaillancourt, Robert Roussil, Charles Daudelin et Ivanhoé Fortier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une salle entière est consacrée à Paul-Émile Borduas. Y sont exposées 22 peintures, plus des carnets de notes, des esquisses, des gouaches, des aquarelles et une copie du Refus global. Les peintures couvrent la période de 1934 à 1960. Si les premiers tableaux sont plus figuratifs (fleurs, nature morte, paysage gaspésien), ceux réalisés après 1941 se logent tous à l’enseigne de l’abstrait.

Ce survol retrace clairement l’itinéraire plastique du peintre originaire de Saint-Hilaire, depuis ses formulations originales d’une figuration librement empreinte de considérations stylistiques et symboliques jusqu’aux espaces picturaux abstraits et dépouillés chargés d’une profondeur existentielle poignante.

Pour les visiteurs qui le désirent, il est possible de louer un audio-guide (2$ en sus des droits d’entrée) et de sélectionner des commentaires parmi une notice biographique, une citation de l’artiste, une observation de l’œuvre et quelques définitions.

Le Musée offre également une trousse d’activités (gratuite) pour les adultes accompagnés de jeunes âgés entre 6 et 9 ans. Cette trousse permet de mieux découvrir quatre œuvres présentées dans l’exposition. Au menu, il y a des jeux d’observation, du dessin et un vitrail que l’on rapporte à la maison.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur