L’écriture est toujours une aventure

Radio-Vérité, la radio du vrai monde

roman

Jean-Jacques Pelletier, Radio-Vérité, roman policier, Montréal, Éditions Alire, 2018, 340 pages, 27,95 $.


18 novembre 2018 à 9h00

Il y a des risques à dire la vérité. «Le plus dangereux, c’est pas les cerveaux fêlés qui nous écrivent. C’est ceux qui veulent nous faire taire.» Voilà le point de départ de l’intrigue policière que Jean-Jacques Pelletier développe dans Radio-Vérité, la radio du vrai monde.

Tous les jours, Radio-Vérité attaque les politi-chiens, les mange-beignes (policiers), les syndi-câliss, la gogauche péquiste, les artisses subventionnés, les gens sur le BS (bien-être social) et j’en passe. L’indicatif de Radio-V est CFOK (prononcé Cé-FO-Ké !).

Carburer aux victimes

Sébastien Cabot anime La Voix qui a des couilles, une émission qui «carbure aux victimes». Son mandat consiste à «faire réagir, provoquer des controverses. Se mettre des gens à dos… Il est payé pour ça!» Cabot est enlevé par le soi-disant Front de libération des victimes, qui exige une rançon de 4 320 000 $ et la fermeture du poste Radio-V.

Le principal personnage de Radio-Vérité n’est pas Cabot, qui demeure surtout dans l’ombre de son ravisseur. On suit plutôt l’inspecteur Théberge du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM) et sa séduisante nerd de l’informatique, de même que le directeur du SPVM, qui est sur le point de remettre les rennes à Théberge. Détail non négligeable.

De la censure à la célébration

La ligne entre liberté de parole et diffamation intempestive est assez floue dans ce treizième roman de Jean-Jacques Pelletier, car «ce qui est censuré par une époque est souvent célébré par la suivante».

Le langage de Seb Cabot est toujours direct et punché, voire cru. En voici un exemple: «Au parlement, ils ont un vestiaire; ceux qui ont encore des couilles les laissent là en entrant. Tant qu’à en avoir et à pas s’en servir, tabarnak, on devrait leur couper!»

Du pain béni

Pour Radio-V, l’enlèvement de leur animateur vedette est du vrai pain béni. Cela dégénère en manifs, émeutes, vandalisme, intimidations, menaces et violence verbale, de quoi alimenter plusieurs pages du roman et entraîner, hélas, quelques longueurs ou répétitions.

Jean-Jacques Pelletier estime que «c’est souvent par l’écriture romanesque qu’on réussit à apprivoiser des idées… qu’on articule ensuite de façon plus explicite.» C’est pour cette raison que l’écriture s’avère toujours une aventure, «une vraie aventure».

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur