Le tribunal de Red Deer a-t-il été induit en erreur ?

Procès en français

Joey Couture

3 mai 2016 à 9h42

Lorsqu’un représentant de la Couronne ne consent pas à une demande présentée pour obtenir la tenue d’une audience en français en vertu du Règlement albertain 158/2013, il n’a pas à expliquer les motifs de sa position. Dans l’affaire R. c. Joey Couture, entendue le 22 février dernier devant le tribunal de Red Deer, un avocat de Justice Alberta s’est toutefois aventuré à tenter de justifier son non-consentement.

Il a prétendu que, dans la cause Caron (2015 CSC 56), la Cour suprême du Canada (CSC) a décidé qu’en Alberta, il n’y a pas de droit à un procès en français. L’affirmation est si catégorique qu’on peut se demander si, dans l’esprit de son auteur, elle inclut tant le procès criminel que le procès civil en français. Le poursuivant albertain a-t-il erré? Le tribunal a-t-il été induit en erreur?

Je partage avec vous des commentaires reçus à cet égard.

«C’est complètement loufoque! La Cour suprême n’a pas pu enlever des droits que l’Alberta elle-même reconnaît dans sa loi linguistique. La langue des procès n’était même pas en litige dans l’affaire Caron.»
Sébastien Grammond, ex-doyen, Faculté de droit, Section de droit civil, Université d’Ottawa, et un des avocats de Pierre Boutet.

«Je suis du même avis que Sébastien Grammond, en ajoutant, par ailleurs, que le législateur fédéral a prévu, aux articles 530 et ss., le droit de subir un procès criminel en français, la portée de ses articles ayant été interprétée de façon large par la Cour suprême dans l’arrêt Beaulac (1999).»
– Maître Frédéric Bérard, constitutionnaliste et codirecteur de l’Observatoire national des droits linguistiques, Faculté de droit, Université de Montréal.

«La Cour suprême s’est prononcée uniquement sur la question du droit constitutionnel au bilinguisme législatif. Il n’y avait rien sur l’usage des langues dans les tribunaux.»
Edmund A. Aunger, professeur émérite en sciences politiques, Campus Saint-Jean, Université de l’Alberta.

«Dans Caron, la Cour d’appel de l’Alberta a spécifiquement exclu la question du droit à un procès en français, car la question était devenue théorique puisque Gilles Caron avait reçu son procès en français. Cette question n’était donc pas devant la CSC.»
– Maître Francis Poulin, un des avocats de Caron et de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF)

«La question traitée par la CSC était relative à l’article 3 de la Loi Linguistique de l’Alberta, un fait que nous pouvons facilement confirmer par référence à la décision de la CSC.»
– Maître Allan Damer, un des avocats de Boutet.

«C’est bien triste qu’un avocat de Justice Alberta a si mal compris la décision Caron où la Cour suprême s’est prononcée uniquement sur la question du droit constitutionnel au sujet du bilinguisme législatif. La décision de la Cour indique clairement que la Constitution n’oblige pas l’Alberta à édicter, à imprimer ni à publier ses lois et règlements en français. Mais la loi en Alberta reconnaît les droits linguistiques des francophones à subir un procès en français.»
Patricia Paradis, directrice générale, Centre d’études constitutionnelles, Université de l’Alberta

«Il fallait s’y attendre. Soit parce qu’ils sont ignorants, soit parce qu’ils sont mal intentionnés, des citoyens ou des praticiens du droit vont utiliser la décision de la Cour suprême dans la cause Caron pour essayer de restreindre les droits linguistiques des francophones en Alberta et en Saskatchewan. Ces derniers vont devoir redoubler d’efforts.»
– Professeur Yves Frenette, titulaire de la Chaire de recherche du Canada Migrations, transferts et communautés francophones, Université de Saint-Boniface, Winnipeg (Manitoba); auteur de l’avant-propos du volume Le statut du français dans l’Ouest canadien: la cause Caron.

«L’affirmation n’est pas fausse, mais elle est incomplète. Dans Caron, même si n’était en jeu que la langue des lois, c’est l’ensemble de la constitutionnalisation des droits linguistiques en 1870 qui a été refusée; cela comprend donc la langue des procès. Dans cette mesure, Caron a décidé qu’il n’existe pas de droit constitutionnel à un procès dans sa langue en Alberta. Par contre l’Alberta a elle-même reconnu le droit d’utiliser sa langue devant certains tribunaux (dans la loi linguistique) et au moins un arrêt en a extrapolé le droit d’être compris sans l’aide d’un interprète (Pooran). Cela semble donc renverser Société des Acadiens dans lequel un droit semblable (utiliser le français devant les tribunaux du NB) avait été interprété comme n’incluant pas le droit d’être compris sans interprète. Mais Société des Acadiens était fondé sur l’interprétation via le compromis politique, une règle d’interprétation écartée dans Beaulac, ce qui pourrait permettre de réévaluer la conclusion tirée dans Société des Acadiens.»
– Professeur Pierre Foucher, Faculté de droit, Université d’Ottawa

«À mon avis, le poursuivant provincial a erré en affirmant: ‘clearly the Supreme Court has ruled that the … French language trials are not a right in the Province of Alberta, sir.’ Le bilinguisme judiciaire n’était pas en jeu dans l’affaire Caron et la Cour suprême a scrupuleusement évité de se prononcer sur cette question. L’affaire Caron portait uniquement sur le bilinguisme législatif. La Cour suprême du Canada ne s’est pas prononcée sur la question à savoir si l’article 4 de la Loi linguistique, RSA 2000, c L-6, donne le droit aux Franco-Albertains à un procès en français. La décision de la juge Brown dans l’affaire R c Pooran demeure, à ma connaissance, la seule autorité judiciaire sur cette question.»
– Professeur François Larocque, Faculté de droit, Université d’Ottawa, et un des avocats de Boutet et de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA).

«Quelle histoire indigne! Il faut que les juges puînés du Québec à la Cour suprême sachent ce que font les fonctionnaires de Justice Alberta avec leurs décisions.»
Jean-Marc Demers, avocat à la retraite, Québec.

* * *

Transcription de l’audience du 22 février 2016

Règlement unilingue anglais 158/2013, pris en application du texte bilingue de la Loi linguistique, RSA 2000, c L-6

Le statut du français dans l’Ouest canadien: la cause Caron, ouvrage auquel ont notamment collaboré Yves Frenette, François Larocque, Edmund Aunger et Pierre Foucher

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Logo de l'AFOCSC

Commis comptable

AFOCSC - L’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) est une organisation sans but lucratif regroupant les conseillères et les conseillers scolaires élus dans les huit conseils scolaires catholiques de langue...
En lire plus...

Six activités pour ceux qui détestent l’hiver

Jouez au Voleyball intérieur beau temps comme mauvais temps
Des idées pour passer plus vite au travers de la saison
En lire plus...

15 janvier 2018 à 13h00

La fin d’un monde au Théâtre français

Marie-Eve Fontaine est Di (Photo: Manuel Verreydt)
Le Dire de Di du 24 au 28 janvier
En lire plus...

15 janvier 2018 à 12h00

Mister Frenchy: ambassadeur des tacos lyonnais à Toronto

Youcef Boudou, gérant de Mister Frenchy et Estelle, cuisinière
Youcef Boudouh mise sur l’authenticité
En lire plus...

15 janvier 2018 à 11h00

Incursion en terre berbère

La vallée de l'Ourika dans les Monts Atlas au Maroc.
Dans la vallée de l’Ourika
En lire plus...

15 janvier 2018 à 10h00

Isabelle Fleury à L’heure de pointe

Isabelle Fleury
De Sudbury à Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h30

Une nouvelle Clinique de psychothérapie francophone

Monique Ryan, Isabelle Bonsaint, Catherine Desjardins.
Trois Torontoises passionnées
En lire plus...

15 janvier 2018 à 9h00

Une nuit de débats sur le sommeil

Un débat dans le cadre de la Nuit des idées à Berlin l'an dernier.
Une initiative française mondiale à l’Université de Toronto
En lire plus...

15 janvier 2018 à 8h00

Ne pas être Kathleen Wynne: le principal atout de Patrick Brown?

Patrick Brown
Élections en Ontario le 7 juin
En lire plus...

15 janvier 2018 à 7h00

Les Libéraux misent gros sur le salaire minimum

HotBlack Coffee au 245 rue Queen Ouest.
La campagne des élections du 7 juin est commencée
En lire plus...

15 janvier 2018 à 6h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur