Le style finement ciselé de Grégoire Delacourt


8 décembre 2015 à 9h09

Les romans de Grégoire Delacourt se vendent toujours à des centaines de milliers d’exemplaires. La Liste de mes envies a fait l’objet d’une adaptation au théâtre et au cinéma. Son tout dernier roman, Les quatre saisons de l’été, retrace la trajectoire de nos blessures intimes et nos élans les plus fous sur le terrain glissant de l’amour.

Le roman met en scène, un même été au Touquet (près de Lille), les amours de quatre couples, de quinze ans, trente-cinq ans, cinquante-cinq ans et soixante-quinze ans. Chaque récit ou section du roman porte le nom d’une fleur: pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, jacinthe, rose.

L’auteur se réfère évidemment au langage des fleurs. Je savais qu’une rose jaune annonce une infidélité, mais j’ignorais qu’une pimprenelle signifie «tu es mon unique amour», une rose rose: «tu es si belle», un iris mauve: «tes yeux m’affolent», un chrysanthème: «je t’aime».

Au début, la première et la deuxième histoires semblent des nouvelles sans lien apparent, puis les personnages de chaque récit se croisent et s’entrecroisent, tout comme les lieux, notamment la plage au Touquet et le village de Sainghin-en-Mélantois. Chaque récit inclut le bal du 14 juillet, le rosé Taittinger qu’on boit bien glacé et les gaufres dégoulinantes de chocolat que dégustent les enfants.

Les destinées de quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, permettent à Delacourt de réfléchir tout haut sur les amours d’enfance, les chagrins d’amour, les échecs et les succès amoureux. Il note, par exemple, que «les amours d’enfance doivent rester dans l’obscurité confortable des souvenirs.»

Ou encore qu’un échec amoureux n’en est jamais tout à fait, car «il ouvre une nouvelle route vers soi et vers l’autre puisqu’une rencontre, ce sont deux destins qui se foudroient.»

Dans un des récits, une femme connaît la passion, puis la trahison et la violence des hommes, «celle de leurs amours infimes qui s’éteignent à l’instant où on leur dit oui, à la seconde même où ils pénètrent, où leur couteau entaille». Plus loin, un couple âgé s’aime entre les mots et entre les lignes, «dans les silences et les regards, dans les gestes les plus simples».

Le style de Grégoire Delacourt demeure finement ciselé. Il accouche de formules heureuses comme «les larmes, ça nettoie, ça noie la douleur» et «l’alcool déshabille les pudeurs». Ou encore: «ces mots qui ont le goût de nos bouches, le désir de nos doigts».

L’architecture originale du roman, le solide campement des personnages, les réflexions profondes sur le sentiment amoureux et le style finement ciselé de Delacourt me portent à placer Les quatre saisons de l’été parmi mes coups de cœur de 2015.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur