Le style finement ciselé de Grégoire Delacourt


8 décembre 2015 à 9h09

Les romans de Grégoire Delacourt se vendent toujours à des centaines de milliers d’exemplaires. La Liste de mes envies a fait l’objet d’une adaptation au théâtre et au cinéma. Son tout dernier roman, Les quatre saisons de l’été, retrace la trajectoire de nos blessures intimes et nos élans les plus fous sur le terrain glissant de l’amour.

Le roman met en scène, un même été au Touquet (près de Lille), les amours de quatre couples, de quinze ans, trente-cinq ans, cinquante-cinq ans et soixante-quinze ans. Chaque récit ou section du roman porte le nom d’une fleur: pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, jacinthe, rose.

L’auteur se réfère évidemment au langage des fleurs. Je savais qu’une rose jaune annonce une infidélité, mais j’ignorais qu’une pimprenelle signifie «tu es mon unique amour», une rose rose: «tu es si belle», un iris mauve: «tes yeux m’affolent», un chrysanthème: «je t’aime».

Au début, la première et la deuxième histoires semblent des nouvelles sans lien apparent, puis les personnages de chaque récit se croisent et s’entrecroisent, tout comme les lieux, notamment la plage au Touquet et le village de Sainghin-en-Mélantois. Chaque récit inclut le bal du 14 juillet, le rosé Taittinger qu’on boit bien glacé et les gaufres dégoulinantes de chocolat que dégustent les enfants.

Les destinées de quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, permettent à Delacourt de réfléchir tout haut sur les amours d’enfance, les chagrins d’amour, les échecs et les succès amoureux. Il note, par exemple, que «les amours d’enfance doivent rester dans l’obscurité confortable des souvenirs.»

Ou encore qu’un échec amoureux n’en est jamais tout à fait, car «il ouvre une nouvelle route vers soi et vers l’autre puisqu’une rencontre, ce sont deux destins qui se foudroient.»

Dans un des récits, une femme connaît la passion, puis la trahison et la violence des hommes, «celle de leurs amours infimes qui s’éteignent à l’instant où on leur dit oui, à la seconde même où ils pénètrent, où leur couteau entaille». Plus loin, un couple âgé s’aime entre les mots et entre les lignes, «dans les silences et les regards, dans les gestes les plus simples».

Le style de Grégoire Delacourt demeure finement ciselé. Il accouche de formules heureuses comme «les larmes, ça nettoie, ça noie la douleur» et «l’alcool déshabille les pudeurs». Ou encore: «ces mots qui ont le goût de nos bouches, le désir de nos doigts».

L’architecture originale du roman, le solide campement des personnages, les réflexions profondes sur le sentiment amoureux et le style finement ciselé de Delacourt me portent à placer Les quatre saisons de l’été parmi mes coups de cœur de 2015.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Kathleen Wynne

Kathleen Wynne
En lire plus...

18 février 2018 à 7h00

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Vivre près de 46 usines: du «racisme environnemental»

Laurence Butet-Roch
L'exposition «Nos ancêtres étaient des chefs»
En lire plus...

16 février 2018 à 16h28

De samedi à lundi: les bus et trains GO gratuits pour les enfants

Metrolinx GO Transit bus train
L’ensemble du réseau de bus et de trains de banlieues GO sera gratuit pour les enfants de 12 ans et moins pendant le long...
En lire plus...

16 février 2018 à 14h09

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur