Le style finement ciselé de Grégoire Delacourt


8 décembre 2015 à 9h09

Les romans de Grégoire Delacourt se vendent toujours à des centaines de milliers d’exemplaires. La Liste de mes envies a fait l’objet d’une adaptation au théâtre et au cinéma. Son tout dernier roman, Les quatre saisons de l’été, retrace la trajectoire de nos blessures intimes et nos élans les plus fous sur le terrain glissant de l’amour.

Le roman met en scène, un même été au Touquet (près de Lille), les amours de quatre couples, de quinze ans, trente-cinq ans, cinquante-cinq ans et soixante-quinze ans. Chaque récit ou section du roman porte le nom d’une fleur: pimprenelle, Eugénie Guinoisseau, jacinthe, rose.

L’auteur se réfère évidemment au langage des fleurs. Je savais qu’une rose jaune annonce une infidélité, mais j’ignorais qu’une pimprenelle signifie «tu es mon unique amour», une rose rose: «tu es si belle», un iris mauve: «tes yeux m’affolent», un chrysanthème: «je t’aime».

Au début, la première et la deuxième histoires semblent des nouvelles sans lien apparent, puis les personnages de chaque récit se croisent et s’entrecroisent, tout comme les lieux, notamment la plage au Touquet et le village de Sainghin-en-Mélantois. Chaque récit inclut le bal du 14 juillet, le rosé Taittinger qu’on boit bien glacé et les gaufres dégoulinantes de chocolat que dégustent les enfants.

Les destinées de quatre couples, à l’âge des quatre saisons d’une vie, permettent à Delacourt de réfléchir tout haut sur les amours d’enfance, les chagrins d’amour, les échecs et les succès amoureux. Il note, par exemple, que «les amours d’enfance doivent rester dans l’obscurité confortable des souvenirs.»

Ou encore qu’un échec amoureux n’en est jamais tout à fait, car «il ouvre une nouvelle route vers soi et vers l’autre puisqu’une rencontre, ce sont deux destins qui se foudroient.»

Dans un des récits, une femme connaît la passion, puis la trahison et la violence des hommes, «celle de leurs amours infimes qui s’éteignent à l’instant où on leur dit oui, à la seconde même où ils pénètrent, où leur couteau entaille». Plus loin, un couple âgé s’aime entre les mots et entre les lignes, «dans les silences et les regards, dans les gestes les plus simples».

Le style de Grégoire Delacourt demeure finement ciselé. Il accouche de formules heureuses comme «les larmes, ça nettoie, ça noie la douleur» et «l’alcool déshabille les pudeurs». Ou encore: «ces mots qui ont le goût de nos bouches, le désir de nos doigts».

L’architecture originale du roman, le solide campement des personnages, les réflexions profondes sur le sentiment amoureux et le style finement ciselé de Delacourt me portent à placer Les quatre saisons de l’été parmi mes coups de cœur de 2015.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Netflix, nouvelle plateforme des bizarreries de Gwyneth Paltrow

pseudoscience
Netflix ne se fera pas de nouveaux amis parmi les amateurs de vulgarisation scientifique et d’information véridiques: l’actrice Gwyneth Paltrow vient d’y obtenir une...
En lire plus...

15 février 2019 à 7h00

Réforme du système de santé: n’oubliez pas les services en français

santé
La décision attendue du gouvernement de l’Ontario de procéder à une réforme structurelle du système de santé serait «une opportunité d’améliorer l’accès aux services...
En lire plus...

14 février 2019 à 16h16

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur