Le studio Astrolab, la tête dans les étoiles

Nequita Russel
Tournage d'un clip musical de Nequita Russel.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que le Festival international du film de Toronto vient à peine de commencer, L’Express est allé frapper à la porte du studio Astrolab, dans le quartier des plateaux de cinéma, le long de l’avenue Eastern.

En plein cœur de ce quartier phare de Toronto, une fusée rouge se détache d’un grand bâtiment moderne. C’est la marque de fabrique du studio Astrolab.

Adam, son concepteur, nous fait la visite. Autrefois employé dans une société médiatique dont le budget était très limité, il a décidé en août 2015 de créer sa propre entreprise afin de pouvoir acheter de grands studios de cinéma.

Il a établi ses quartiers au milieu de géants de la production tel que Pinewook (Ça, 2017), Revival 629 (L’incroyable Hulk, 2008) ou encore Cinespace Studios (Les héros: le retour, 2015). En février 2016, les travaux sont achevés et l’aventure commence.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Un rôle clé dans la réalisation et le marketing cinématographiques

Les longs-métrages ne sont pas conçus dans les couloirs d’Astrolab à proprement parler. En effet, les producteurs ont très souvent à disposition des studios bien plus vastes et plus adaptés aux tournages.

Toutefois, les trois studios d’Adam ont un rôle déterminant dans le processus de réalisation et de marketing des films. Ces derniers sont équipés de caméras qui filment à 360 degrés et certains réalisateurs y conçoivent leurs effets spéciaux.

Les acteurs sont alors filmés sous toutes les coutures, leurs mouvements sont imprimés et ainsi ils peuvent être grimés en personnages X ou Y.

studio de cinéma

Par ailleurs, une fois la réalisation achevée, les studios servent de décor pour les photographies de presse. Dernièrement, à l’occasion de la promotion de son nouveau film Shazam!, David F. Sandberg (Dans le noir, Annabelle 2) est venu chez Astrolab pour réaliser tous ses affiches et couvertures de magazine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«En ce sens nous supportons toute l’industrie du cinéma!», affirme Adam.

La table ronde de la Société Canadienne des cinématographes.
Tournage d’un clip pour La table ronde de la Société Canadienne des cinématographes.

Des projets variés au cœur du studio

Outre sa clientèle issue de l’industrie cinématographique, Adam est également sollicité pour de nombreux projets. L’activité principale d’Astrolab se concentre sur la production de vidéos commerciales.

Lors de notre visite, l’un des studios est occupé par la Société canadienne du sang qui vient tourner une publicité pour la télévision. Des techniciens s’emploient à monter le décor. À côté, une porte est ouverte sur une chambre d’enregistrement. «Des musiciens viennent ici pour travailler sur des idées et enregistrer des morceaux», précise notre guide.

studio de cinéma
Le fondateur du studio est inspiré par la science-fiction.

Avant de sortir, nous lui demandons pourquoi il a fait le choix de mettre son entreprise sous le symbole d’une fusée, les studios étant eux-mêmes parsemés d’astronautes et de navettes spatiales. «L’espace c’est cool et ça m’inspire», répond-il amusé. «Je pense que l’idée du voyage spatial est la parfaite analogie de ce que j’essaie de faire ici: emmener les gens vers un endroit où ils pourront expérimenter de nouvelles choses.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur