Le prof de musique du Collège français publie un premier roman

Politique et introspection


31 mai 2011 à 11h44

Professeur de musique au collège français, Francis P. Ubertelli a tout d’un artiste à l’âme révolutionnaire. Perdu dans ses méditations sans fin sur le monde, il exprime à travers l’art ce qui le dérange dans les sociétés contemporaines. Son premier roman publié, Le Dernier Apocryphe, récit anagogique, nous offre sa vision pessimiste mais captivante du monde et force à la réflexion.

Le contexte du livre nous est bien connu puisqu’il s’agit du 12 septembre 2001, lendemain d’un triste épisode de l’histoire. L’auteur va se servir de ces faits pour construire un roman sur l’amitié et ses failles.

Le personnage principal, qui mène une vie d’ermite dans son appartement à Bruxelles, ne sait rien du monde contemporain, de ce qu’il se passe autour de lui. Au lendemain de l’attentat des tours jumelles, il va à l’aéroport chercher son ami d’enfance. Là, il se rend compte que celui-ci est impliqué dans l’attentat de New York. Leur amitié sera alors remise en question et le personnage, enfermé chez lui, va commencer un périlleux voyage dans les méandres de son être.

L’histoire d’un solitaire

«Ce livre est le récit dense et exigeant d’un solitaire, claquemuré chez lui depuis des siècles, qui ne comprend pas les choses qu’il voit ni celles dont il entend les échos troublants. Pourtant, il réagira au carnage des tours, dans sa vision du monde, par la prodigieuse transformation de son appartement, dans laquelle il découvrira des réponses édifiantes. Il transforme son appartement comme pour y mieux souffrir», commente Ubertelli, rencontré par L’Express.

Mais sous un aspect romanesque se cache une vision du monde dans la lignée de celle qu’Alain Soral expose dans Comprendre l’Empire. Pour Ubertelli, «les faits du 11 septembre sont des faits mis en scène par les autorités publiques».

À New York, lors des attentats de 2001, le professeur de musique, alors compositeur, a vu le deuxième avion s’écraser dans les tours. À partir de là, ses questionnements d’ordre social et politique ont commencé. Et en discutant avec lui, on se rend vite compte que ses opinions sont très tranchées. «Lorsqu’on prétend se servir de l’attaque des tours jumelles pour envahir un autre pays, la raison d’être d’une telle invasion a perdu de son sens», confie Ubertelli à L’Express.

Dans son texte, l’aspect romanesque prime sur la pensée politique pour laisser une place à l’introspection. «Dans mon livre, la réflexion politique est à la baisse et est romancée pour poser des questions sur l’âme humaine. La poésie musicale du livre force le lecteur à se plonger en lui-même», explique l’auteur. La suite du Dernier Apocryphe, en cours d’écriture et intitulée Litanie politique, développera bien plus ses pensées politique et sociale.

Destruction d’une amitié

Dans ce premier roman, Ubertelli se sert de ce contexte d’attentat, de destruction, pour mettre en parallèle une autre destruction, celle d’une amitié établie entre les deux personnages. Il s’agit d’expliquer l’influence des événements du monde sur la société. Comment des faits extérieurs peuvent venir envenimer des liens humains apparemment forts?

«Dans le livre, la catastrophe de l’amitié est proportionnelle à ce qu’il s’est passé à New York», commente Ubertelli.

Compositeur jusqu’en 2001, professeur de musique au collège français depuis 2007, et pourtant son roman n’a rien à voir avec la musique. «Mon premier amour est l’écriture, et la musique se retrouve dans le texte», avance-t-il.

Son premier amour est peut-être l’écriture, mais il semble aussi très attaché à son métier de professeur de musique. «J’apprends sur moi-même grâce au génie des enfants. Il y a une richesse presque infinie chez eux», confie le professeur écrivain.

Le Dernier Apocryphe, récit anagogique publié aux Éditions Bénévent, est disponible sur Amazon et sur commande chez Archambault et Renaud-Bray.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Sherif américain et tueur en série

Roy Braverman
Hunter montre comment un tueur en série peut en cacher un autre… tandis que L’esquive est une enquête des plus noires sur l’enlèvement d’un...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 9h00

Le perroquet est aux oiseaux ce que l’humain est aux grands singes

On savait déjà que le perroquet était un animal intelligent. Voilà qu’on lui trouve des caractéristiques génétiques qui, chez nous, sont associées au développement...
En lire plus...

17 décembre 2018 à 7h00

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur