Le prix Léopold Griffuel à l’oncologue torontois Michael Taylor

Chercheur à l'hôpital pour enfants de Toronto

prix Fondation ARC Léopold Griffuel
Le docteur Michael Taylor recevant le prix Fondation ARC Léopold Griffuel des mains de l'ambassadrice de France au Canada, Kareen Rispal.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’oncologue torontois Michael Taylor, spécialiste du cancer du cerveau chez les enfants, a reçu ce vendredi 12 mars le prestigieux prix Fondation ARC Léopold Griffuel en recherche fondamentale.

Le médecin à l’hôpital pour enfants de Toronto a reçu le trophée des mains de l’ambassadrice de France au Canada, Kareen Rispal, au cours d’une cérémonie retransmise en mode Zoom.

Un Canadien, un Allemand, un Japonais

Le prix Fondation ARC Léopold Griffuel a été créé en 1970. C’est le prix le plus important en Europe dans le domaine de la recherche sur le cancer.

prix Fondation ARC Léopold Griffuel
Michael Taylor

En recherche clinique, la Fondation célèbre également les travaux du Japonais Hiroyuki Mano, «qui a fait progresser de façon significative la connaissance et la prise en charge des cancers du poumon».

La Fondation récompense aussi l’Allemand Stefan Pfister, qui travaille avec Michael Taylor et «qui a mis en œuvre des méthodes de profilage moléculaire pour que les enfants atteints de cancers en rechute puissent bénéficier d’une analyse moléculaire approfondie de leur tumeur et être ainsi orientés vers des prises en charge très spécifiques».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
prix Fondation ARC Léopold Griffuel
Stefan Pfister

Michael Taylor, lui, a notamment «décrypté des mécanismes importants pour la genèse et la dissémination des tumeurs du cerveau et de la moelle épinière».

Première cause de décès des enfants

«Le cancer est la principale maladie mortelle chez les enfants», explique-t-il en entrevue à l-express.ca. «Et le cancer du cerveau est le premier de ces cancers chez les enfants.»

prix Fondation ARC Léopold Griffuel
Hiroyuki Mano

«Qu’est-ce qui est plus gros que le reste chez un bébé?», image-t-il. «Oui, c’est la tête, parce que le cerveau s’est développé et continue de se développer rapidement. Le potentiel de développement désordonné des cellules du cerveau de l’enfant est donc élevé.»

Optimiste

Il raconte avoir été intéressé à la science (et à la science-fiction) depuis un tout jeune âge, et continue d’ambitionner de réussir un jour à «guérir le cancer».

Ça ne se fera toutefois pas par une grande découverte, croit-il, mais plutôt par une suite d’avancées grâce à la coopération de milliers de chercheurs dans le monde.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Mais il se dit confiant de voir ce triomphe se produire de son vivant!

prix Fondation ARC Léopold Griffuel
Le docteur Michael Taylor avec l’ambassadrice de France au Canada, Kareen Rispal.

Fasciné par les grands penseurs

Toujours fasciné par les «grands penseurs et les grandes idées», il identifie à son panthéon le physicien américain Richard Feynman (début du 20e siècle) et le mathématicien, astronome et physicien Pierre-Simon Laplace (18e siècle).

«Feynman a compris avant tout le monde la nature de la lumière», dit-il, «et Laplace a imaginé les trous noirs avant qu’on puisse les calculer grâce aux travaux d’Einstein».

Micheal Taylor parle peu français, mais est fier de son ancêtre Françoise Lemoine, venue de Belgique à Paris pour partir en Nouvelle-France en tant que «fille du Roi». Ses descendants se sont établis notamment dans la région de Trois-Rivières, et certains ont migré vers Calgary où il est né.

«Il paraît que je suis parent avec presque tout le monde à Sorel!»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur