Le prix de l’essence en chute libre

À gauche: le 23 mars à Toronto. À droite: au même endroit le 24. Photos: Nathalie Prézeau
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le prix de l’essence à la pompe, à Toronto, a chuté à des niveaux dont on ne se souvenait plus, à la faveur de la réduction drastique de l’activité économique et donc de la consommation.

Avant même la pandémie de coronavirus CoViD-19, le prix mondial du baril de pétrole était déjà à la baisse, entraînant d’ailleurs l’arrêt de projets d’exploitation de gisements au Canada.

Après le papier de toilette, va-t-on stocker de l’essence?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur