Le NORAD célèbre sa sixième décennie à Colorado Springs

Défense aérienne de l'Amérique du Nord

Partagez
Tweetez
Envoyez

Un lien unique et durable entre deux pays, c’est sûrement ce que représentait cette cérémonie qui se déroulait ce samedi 12 mai à Colorado Springs, où les États-Unis et le Canada célébraient le 60e anniversaire du NORAD, le système de défense de l’espace aérien nord-américain.

Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord reste une fierté pour le gouvernement canadien, a indiqué le premier ministre Justin Trudeau, qui a marqué le coup en rendant aux Voltigeurs de Québec, le régiment d’infanterie de la Première réserve des Forces armées canadiennes, en fait le plus ancien régiment canadien-français.

«Le 12 mai 1958, le Canada et les États-Unis ont officiellement convenu de faire ensemble ce que deux pays n’avaient jamais fait auparavant et n’ont fait depuis. Ils ont décidé de se confier la défense et la sécurité de leurs pays et de leurs citoyens. Depuis, le NORAD surveille le ciel de l’Amérique du Nord pour défendre et protéger la population», a dit M. Trudeau.

Guerre froide

À l’époque, en pleine Guerre froide, les deux alliés nord-américains cherchent à mieux se protéger de la menace soviétique.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dès les années 60, ce sont 250 000 personnes qui travaillent au sein de l’organisation. Le NORAD représente le principal outil de la défense antimissile, grâce à l’installation dès cette période de stations de radar.

À la fin de la Guerre froide, les ambitions du NORAD sont revues et s’élargissent à l’international. En parallèle, l’organisation continue de signaler d’éventuelles attaques provenant des airs.

Enjeux contemporains

C’est véritablement en 2006 que le NORAD fait peau neuve, en incluant l’alerte maritime à ses tâches.

Aujourd’hui, au niveau du Canada, l’organisation offre 50 000 emplois dans l’aérospatiale et la défense. De plus, la coopération avec les États-Unis permet un accès à ses exercices militaires.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«La clé du succès du NORAD réside dans sa capacité à évoluer et à relever les nouveaux défis, ainsi qu’à saisir les nouvelles opportunités. Nous pouvons être certains qu’il continuera de s’adapter aux besoins qui se présenteront à l’avenir», a conclu Justin Trudeau.

Observer le Père Noël

En décembre 1955, un curieux appel arrive au siège de le NORAD: une fillette originaire du Colorado cherche le Père Noël. Ce quiproquo provient en réalité d’une annonce écrivant «Hé les enfants! Appelez-moi directement et soyez certain de composer le bon numéro.»

Sauf que le «bon numéro» était lui-même erroné et correspondait à celui du NORAD. Ce soir-là le commandant en poste rentre dans le jeu et répond aux appels des enfants. Depuis, la tradition se poursuit et connaît un grand succès auprès des familles. Chaque année le site permettant de suivre le Père Noël dans le ciel nord-américain est visité 13 millions de fois.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur