Le mystère H1N1: pourquoi des gens en santé?


14 décembre 2010 à 13h47

Un des mystères du H1N1 fut la sévérité avec laquelle il a frappé – et même tué – des gens dans la force de l’âge. Blâmez la grippe saisonnière! Selon une étude parue récemment dans Nature Medicine, la banale grippe aurait en effet eu le résultat imprévisible de faire réagir tout de travers le système immunitaire des gens qui ont par la suite attrapé le H1N1.

Un rappel: tout virus entraîne chez nous, tout comme chez des animaux, la production d’anticorps qui, dès lors, se mettent à combattre l’ennemi. Même une fois le virus éliminé, les anticorps continuent de circuler dans le sang, et c’est ainsi qu’ils seront capables de reconnaître le virus, s’il se présente à nouveau. C’est d’ailleurs le secret de la vaccination: on injecte une version affaiblie du virus, de manière à ce que nous produisions des anticorps qui seront plus tard capables de reconnaître et combattre l’ennemi, si jamais il se présente.

Or, dans l’épisode H1N1, c’est presque le contraire qui s’est produit, écrivent le pédiatre Fernando Polack, de l’Université Vanderbilt (Tennessee) et ses collègues. En examinant les anticorps de gens de 30 à 50 ans qui avaient été infectés par le H1N1 en 2009, ils ont découvert que ces anticorps reconnaissaient bel et bien le virus, mais qu’ils attaquaient le corps lui-même, notamment les poumons. En comparaison, chez les gens plus âgés, qui avaient vraisemblablement été en contact avec un proche cousin du H1N1 en 1957, les anticorps faisaient plus correctement leur travail, et c’est ce qui expliquerait que les gens âgés aient été moins affectés par cette grippe, contrairement aux prévisions.

Chez les gens d’âge moyen, que les anticorps «créés» pour combattre la grippe saisonnière n’aient pas reconnu le H1N1, n’est pas la surprise. Ce sont des souches de la grippe assez différentes, et c’est pour cela que les autorités médicales étaient si inquiètes en 2009.

Mais pourquoi ces anticorps se sont-ils retournés contre le malade lui-même? Les anticorps de ces adultes ont manifestement «reconnu» le virus comme une grippe, mais étant incapables de l’arrêter, leur système immunitaire s’est mis à surréagir, à la manière d’une armée qui envoie des anticorps frapper sur tout ce qui bouge. Attaquant, entre autres, les poumons, avec des effets dévastateurs.

Le fait que les enfants infectés n’aient pas connu le même sort ne serait pas anormal. Leur système immunitaire est habitué à rencontrer continuellement des infections qui sont nouvelles pour lui, et en conséquence, il est «programmé» pour fabriquer continuellement des anticorps nouveaux. Entre les plus âgés et les plus jeunes, les adultes étaient donc «programmés» pour être moins chanceux face au H1N1.

www.sciencepresse.qc.ca

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur