Le monde est fou de C.R.A.Z.Y.


2 mars 2006 à 12h51

«C.R.A.Z.Y., c’est une histoire un peu folle», lance Jean-Marc Vallée à la blague. La plaisanterie n’est pas anodine. Auréolé de magie, sur fond de fable mythique, le dernier long-métrage du réalisateur québécois se laisse regarder d’un trait, suspendu, comme dans un rêve.

C’est aussi le grand succès canadien du moment, qui a remporté le Prix du meilleur film canadien au dernier Festival du film à Toronto. Le long-métrage de Vallée, pressenti pour les Génies, représentera le Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film étranger.

Auparavant, avec ses recettes copieuses au box-office, C.R.A.Z.Y. avait pris d’assaut le Québec, remportant l’adhésion non seulement du public, mais également de bon nombre de critiques. À vrai dire, on n’avait jamais vu un tel enthou-siasme depuis Les Invasions barbares de Denys Arcand.

Zachary (Marc-André Grondin) est l’avant-dernier d’une famille de cinq garçons. Né le jour de Noël, il est doté de dons de guérison et possède une sensibilité particulière. C’est aussi un garçon très solitaire, différent des autres, qui, durant toute sa vie, va cacher son homosexualité pour pouvoir conserver l’amour de son père (Michel Côté).

Sur fond d’années 1970 et 80, alors que la société québécoise subit de profondes transformations, C.R.A.Z.Y. recompose avec justesse et vérité le portrait d’une famille québécoise typique. La caméra suit les parcours de Christian, Raymond, Antoine, Zachary et Yvan, qui, entre coups durs et éclats de rire, forment les Beaulieu au complet. Les initiales des cinq garçons donnent d’ailleurs le nom au film.

Jean-Marc Vallée a passé 10 ans à mettre sur pied ce long-métrage. Le résultat est à la mesure de son travail acharné. La bande sonore est superbe, l’image soignée, les décors, parfaitement reconstitués. Quant au jeu des acteurs, ce dernier est criant de vérité. Bref, C.R.A.Z.Y. est un must, très certainement l’un des films de l’année à ne pas rater.

«C’est beau spectacle, un beau film qu’on a pris plaisir à faire pour donner aux spectateurs un bon show», affirmait en septembre Jean-Marc Vallée, de passage à Toronto pour la promotion du film.

«J’aime tellement le cinéma, lance le réalisateur dans un souffle. Quand je vais voir un film, je pense beaucoup à ce que je ressens, à ce que j’aime vivre quand je suis dans une salle. Je me suis fait un film pour me satisfaire moi, pour me faire plaisir, pour faire plaisir au spectateur que je suis», conclut-il.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Un match complètement fou entre Toronto FC et Los Angeles Galaxy

Toronto FC - Los Angeles Galaxy
Le Toronto FC accueillait Los Angeles Galaxy ce samedi soir dans son antre du BMO Field pour une rencontre décisive dans la course aux...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 12h00

Hommage à la «robe Dôme» d’Iris van Herpen au ROM

Stylianos Pangalos
Le musée a accueilli le réalisateur Stylianos Pangalos et l'architecte Philip Beesley pour une ciné-conférence sur le thème de l'art, de la mode et...
En lire plus...

18 septembre 2018 à 11h00

Pénurie d’enseignants : les professionnels de l’immersion prennent les devants

immersion
Campagne de valorisation de la profession et portail de recrutement
En lire plus...

18 septembre 2018 à 9h00

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur