Le MNBAQ met Marcel Barbeau en pleine lumière

MNBAC

Marcel Barbeau devant deux de ses oeuvres. (Photo: Conseil des arts du Canada)


28 octobre 2018 à 11h00

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) consacre une rétrospective majeure et un catalogue magnifiquement illustré à Marcel Barbeau (1925-2016), un artiste audacieux, engagé et sans compromis, une figure notoire de l’art contemporain du Québec.

Le livre qui accompagne cette exposition s’intitule comme celle-ci, Marcel Barbeau. En mouvement. L’exposition en cours se tient jusqu’au 6 janvier 2019.

Elle offre, comme son catalogue, un panorama exceptionnel de la production de l’artiste, grâce à plus d’une centaine d’œuvres, reflets d’une carrière particulièrement foisonnante s’étalant sur sept décennies.

MNBAC
Vers 1959, p. 90.

L’École du meuble

Marcel Barbeau est né à Montréal le 18 février 1925. Après des études classiques et en cherchant sa voie, il se dirige vers l’École du meuble.

L’École du meuble de Montréal était alors un établissement d’enseignement qui relevait du ministère de la Jeunesse du Québec, et qui existait depuis 1935.

Marcel Barbeau va s’y rendre de 1942 à 1947, lorsque cette école était le fleuron de l’avant-garde artistique montréalaise, où il sera formé en ébénisterie et en design.

MNBAC
1964, p. 131.

Borduas, Riopelle, Perron

Paul-Émile Borduas (1905-1960), dont l’influence sera notoire sur le développement de sa pratique initiale, compte parmi ses professeurs.

Le peintre, graveur et sculpteur Jean-Paul Riopelle (1923-2002) et le photographe Maurice Perron (1924-1999) font partie de ses collèges de classe.

Avec eux, il fréquente l’atelier de Borduas, «qui reçoit de jeunes gens issus de divers horizons culturels, sensibles à l’avant-garde, souhaitant s’émanciper du conservatisme des institutions artistiques, un noyau qui formera bientôt le groupe des Automatistes». (MNBAQ)

MNBAC
1965, p. 73.

Période automatiste

On distingue généralement plusieurs périodes dans la production artistique de Barbeau.

La première, qualifiée «d’automatiste», entre 1946 et 1956, est une étape d’expression libre et spontanée. Il s’adonne à des compositions dénommées en anglais all-over. C’est «une pratique… qui consiste à répartir de façon plus ou moins uniforme les éléments picturaux sur toute la surface du tableau.»

À cette époque, on n’avait pas encore vu au Canada de réalisations picturales du genre composé par Barbeau, qui répandait sur ses toiles de la peinture «à la va-comme-je-te-pousse», si l’on ose appliquer cette expression aux projections de peinture que fait alors Barbeau.

MNBAC
1966, p. 136.

Musique nouvelle

À la fin de 1958, Marcel Barbeau assiste à un concert de musique nouvelle à l’Université de Montréal et il y découvre la musique de Stockhausen. C’est «un coup de foudre esthétique!» Ces nouveaux sons vont transformer sa production et le faire s’engager dans des explorations artistiques nouvelles.

En harmonie avec cette passion de Barbeau pour la musique de création, le MNBAQ invite les visiteurs à découvrir l’exposition tout en expérimentant la musicale Formes instants: 51 instants de musique très courts entrecoupés de silence créent à l’improviste des accords subtils entre les œuvres exposées et les sons perçus.

MNBAC
Barbeau en mouvement, 1997, p. 169.

L’art cinétique

Vers le milieu des années 1960, c’est le mouvement de «l’art cinétique» qui devient la nouvelle orientation artistique de Marcel Barbeau.

Cette nouvelle recherche, en écho à la musique contemporaine, est axée sur l’illusion du mouvement. Ses œuvres s’insèrent dans le courant de l’Op art, ou l’art optique, très en vogue à New York et en Europe, et dont il devient l’un des pionniers au Canada.

«Au cours des années 1970, ses performances picturales réalisées en collaboration avec des musiciens et des danseurs, son retour à la sculpture et l’adoption d’une esthétique tachiste, vaguement impressionniste au cours des années 1980 et, plus récemment, le recours à une abstraction géométrique, dynamique.»

MNBAC
Marcel Barbeau fut l’un des signataires du Refus global.

Le Refus global

Le peintre et sculpteur Marcel Barbeau a été un des signataires du manifeste du Refus global (1948). Il est mort le samedi 2 janvier 2016 à l’âge de 90 ans.

«L’artiste, qui a signé plus de 4000 œuvres, a été un pionnier de l’art abstrait au Canada, en constante recherche et évolution. Il laisse une œuvre abondante, diversifiée, témoin de son époque.» (Radio-Canada)

MNBAC
Barbeau, MNBAC, 2018, broché, 25×21,5 cm, 241 illustrations, 250 pages, 49,95 $.

Catalogue illustré

Une publication, que le MNBAQ qualifie de «catalogue foisonnant et audacieux», accompagne cette rétrospective. Cet ouvrage de 242 pages est superbement illustré avec près de 250 photos reproduisant des réalisations de Marcel Barbeau dans la couleur de leur production.

Il comprend aussi quelques textes explicatifs dont un essai d’Ève-Lyne Beaudry, conservatrice de l’art contemporain au MNBAQ et commissaire de l’exposition, un portfolio de toutes les œuvres exposées, un texte témoignage de Ninon Gauthier, PhD, historienne de l’art, sociologue et veuve de l’artiste.

Souvenir d’une visite ou remplacement de celle-ci si l’om ne peut se rendre à Québec, ce livre séduisant permet de connaître Barbeau et son talent, dans les moments de loisirs que l’on a chez soi.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur