Le «grenier» de la Grande Guerre

Peinture représentant un soldat canadien de religion sikh, Kanwar Dhillon, durant la Première Guerre mondiale.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Raconter les histoires de Torontois et de Torontoises qui ont combattu en Europe pendant la Première Guerre mondiale, c’est la mission des 10 courts métrages regroupés sous le titre Toronto’s Great War Attic qui étaient projetés au théâtre de l’Alliance française le 5 avril, dans le cadre du centenaire de la bataille de Vimy.

Produits par le Service des musées et du patrimoine de Toronto, sous la direction de Larry Ostola, ces courts métrages mettent en scène des témoignages de familles de proches envoyés au front pendant ce qu’on a appelé la «Grande Guerre». Ce projet a commencé en 2014, dans le cadre d’une série de 12 évènements publics.

Larry Ostola, directeur des services des musées et du patrimoine de Toronto.
Larry Ostola, directeur des services des musées et du patrimoine de Toronto.

«Nous avons récolté plus de 100 témoignages, mais nous avons dû faire une sélection», indique M. Ostola. «Ce qui est intéressant dans les 10 témoignages choisis, c’est que toutes les histoires sont différentes et que les personnes que l’on voit sont des résidents de Toronto.»

Quand la Première Guerre mondiale commence en 1914, l’Empire britannique fait appel à ses «dominions», dont le Canada. À Vimy, en ce printemps 1917,  les Forces canadiennes combattaient pour la première fois en tant qu’armée distincte sous les ordres d’un commandant canadien.

Les batailles canadiennes de la Grande Guerre (notamment Vimy, Passchendaele, la Somme) ont été particulièrement meurtrières. Les pertes totales de militaires canadiens de 1914 à 1917 sont d’environ 66 000 morts et 170 000 blessés, pour 630 000 militaires envoyés aux fronts.

Il faut savoir qu’en 1914, le Canada ne comptait qu’entre sept et huit millions d’habitants.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Dans le Toronto’s Great War Attic, on découvre l’histoire d’une jeune infirmière canadienne qui avait son propre kit de médecine, avec ses propres aiguilles et seringues. Elle a laissé des photos et des lettres. Lorsque sa petite fille Kathy Poplar raconte son histoire, et découvre avec nous l’utilité de la mallette d’infirmière, on comprend tout de suite que Kathy aussi est infirmière: 100 ans après, les deux femmes partagent le même métier.

Pour Larry Ostola, «100 ans ce n’est pas si loin.»

Au cours de la soirée à l’AFT, son collègue Wayne Reeves, conservateur muséal en chef de la ville de Toronto, a montré des médailles et badges appartenant à des soldats canadiens de l’époque. Sur les contours de chaque médaille militaire canadienne, on peut voir (à la loupe) gravé le nom de son détenteur.

Le prochain évènement de l’AFT consacré à Vimy aura lieu le 20 juin: une exposition de la photojournaliste canadienne Racheal McCaig sur le monument commémoratif de la bataille de Vimy, intitulée Je me souviens, Vimy: 100.

Grenier
Wayne Reeves, conservateur en chef des services des musées et du patrimoine de Toronto.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur