Le choc culturel d’une nouvelle Franco-Torontoise au Fringe de Hamilton

Pardon my French, the Tales of a Parisian Mom in Canada

Iris Gardet-Hadengue partagera ses découvertes et ses déconvenues sur la scène du Fringe de Hamilton.


12 juillet 2016 à 9h47

Iris Gardet-Hadengue, une Parisienne établie avec mari et enfants à Toronto depuis deux ans, a noté ses grandes découvertes et ses petites frustrations, et elle en a fait un spectacle solo qu’elle présentera au festival Fringe de Hamilton du 14 au 22 juillet.

«Le choc culturel a été double», raconte-t-elle à L’Express. «Il m’a fallu m’habituer à un nouveau pays et à une vie de mère au foyer.»

En France, où elle a fait du théâtre en amateur et écrivait pour elle, «je travaillais plutôt intensément (emploi de bureau dans des entreprises culturelles)… et je me retrouve au Canada totalement dédiée à mes enfants (le petit restait avec moi toute la journée) avec un mari qui travaille énormément à l’Université de Toronto.»

Le mode de vie torontois, lui, représente «de nouvelles traditions, façons de se déplacer, de se soigner, de préparer les enfants pour l’école, organiser leurs activités extrascolaires, leurs fêtes d’anniversaire…»

C’est en participant à un atelier au Second City Training Center sur les spectacles solos, en novembre dernier, qu’Iris a «assez naturellement démarré l’écriture en anglais» et fini par créer Pardon my French, the Tales of a Parisian Mom in Canada.

«Depuis mon arrivée, j’avais envie de partager mes découvertes et parfois déconvenues sur un blogue, mais j’étais trop occupée à la maison.» Après l’atelier, elle s’est mise à rêver d’écrire un spectacle humoristique dans lequel elle partagerait ses nouvelles expériences.

Iria a écrit son spectacle cet hiver, «bien souvent en griffonnant des anecdotes au fond de mon lit ou dans le métro», testant son matériel avec ses amis canadiens ou français lors de dîners. Elle l’a retravaillé avec sa metteure en scène Anne-Marie Scheffler au printemps.

Elle a postulé pour le Fringe de Hamilton juste avant la date limite de candidature. «Ils ont tiré mon nom au sort et j’ai longtemps été sur liste d’attente. Puis ils m’ont rappelé il y a un mois et demi pour me dire que j’avais finalement une place, avec 7 spectacles.»

«Jouer la comédie est vraiment quelque chose que j’adore», dit-elle. «C’est la première fois que je présente au public un texte que j’ai écrit.» Le décor est minimal: une chaise, une table haute, quelques accessoires, mais l’affiche promet une «hypochondriac, hysterical, hyper-mom»!

PardonMyFrenchAffiche

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur