Le chinlone, sport-roi de Birmanie

Un mélange entre ballon-volant et kung-fu

Chinlone

Le chinlone, sport préféré des birmans.


22 août 2018 à 9h00

Le chinlone (ou sepak takraw), comme on l’appelle en Birmanie, voilà un sport bien particulier. Il trouve ses origines dans l’Asie du XIe siècle et est très prisé de la population, de par son aspect avant tout convivial, mais également pratique: seuls un filet et une balle sont nécessaires.

Au fil du temps, le sport a beaucoup évolué, à tel point qu’il a aujourd’hui sa fédération internationale, l’International Sepak Takraw Federation, ainsi que sa compétition, la King’s Cup World Sepak Takraw Championship.

La Birmanie est la cinquième nation mondiale dans ce sport en termes de médailles rapportées lors des compétitions, avec 9 d’argents et 10 de bronze.

Ballon-volant et kung-fu

Les mots asiatiques de «sepak» et «takraw» peuvent respectivement se traduire par «coup de pied» et «balle tressée». En anglais, on parle de kick-volleyball.

Vieux de plusieurs centaines d’années, ce sport est très populaire en Asie du Sud-Est, et reste méconnu en Europe, malgré le développement de clubs toujours plus nombreux.

Il voit s’affronter deux équipes séparées par un filet en se lançant une balle tressée. Traditionnellement en rotin, la balle est aujourd’hui fabriquée avec du plastique. Elle mesure une quinzaine de centimètres de diamètre pour un poids de deux cents grammes environ.

Comme le nombre de joueurs n’est pas fixe, tout le monde peut entrer sur le terrain, dans l’équipe de son choix. Du moins, pour les matchs amateurs.

Chinlone
Le chinlone se joue même dans les endroits les plus reculés de Birmanie.

1969

Chaque joueur doit tenter de maintenir la balle en l’air le plus longtemps possible, seulement grâce à ses pieds et ses genoux. Au chinlone, l’utilisation des mains est interdite. Il n’y a pas de limite de temps. C‘est la première équipe à atteindre 21 points qui remporte le match.

La première véritable compétition de chinlone s’est déroulée en 1969, en Birmanie. Il fait maintenant partie des disciplines officielles des South East Asian Games, sortes de jeux olympiques sud-asiatiques dont la première édition a eu lieu en 2013.

Sport acrobatique

Mais ce n’est pas la finalité du sport qui est intéressante, c’est plutôt la manière dont il est joué. Pour les yeux d’observateurs occidentaux, le chinlone apparaît comme un hybride de football, de volley et de kung-fu, un véritable spectacle de danse où les acrobaties s’enchaînent les unes après les autres avec agilité et précision.

Il se distingue des autres jeux de même nature par ses coups de pieds hauts, ses touches rapides et délicates qui donnent l’impression que les joueurs sont de véritables de danseurs de ballet.

En Birmanie, c’est le sport-roi. On le joue partout, même dans la poussière des rues. Et on lui prête des vertus méditatives, de par la grande concentration qu’il requiert. 

Vitesses stupéfiantes

Regarder un match de chinlone est donc quelque chose d’assez fascinant. En plus de démontrer leur agilité dans toutes sortes de figures stupéfiantes, les joueurs font également la preuve de leur force et de leur talent de jeu.

Ainsi, il n’est pas rare de voir les deux équipes s’envoyer la balle à des vitesses stupéfiantes, parfois à plus de cent cinquante kilomètres par heure pour essayer de marquer un point.

Chinlone
N’importe quel endroit est propice à une partie de chinlone.

Le chinlone est également un sport qui est vecteur de valeurs très fortes. Il fait la promotion de la convivialité et de l’entraide entre les joueurs d’une même équipe. L’esprit de communauté et la solidarité sont les bases de ce sport. Chacun a besoin de l’autre pour pouvoir avancer et gagner.

La compétition, dans les villages où le jeu continue à être pratiqué, n’est pas la priorité. On vise plutôt le plaisir du jeu collectif.

Menacé de disparition

Pourtant, le chinlone est menacé de disparition dans les campagnes, alors qu’il de plus en plus populaire dans les villes. La cause de ce déclin: la mondialisation.

Le chinlone est de plus en plus considéré considéré comme un sport «ringard» par les jeunes générations, qui lui préfèrent le foot. En plus de susciter l’intérêt des jeunes, le soccer attire également l’attention des élites politiques et économiques du pays. Le foot représente le train de la modernité, qu’il ne faut surtout pas rater.

Mais le chinlone a encore de beaux jours devant lui, toujours considéré comme une part importante de la culture birmane.


D’autres trouvailles sur le blogue de Mathieu Guilleminot Voyages et Regards.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Quiz : Jean-Paul 1er

23 septembre
Vrai ou Faux: Jean-Paul 1er demeure, à ce jour, le dernier pape de nationalité italienne? Et d'autres questions sur ce pape assez spécial.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 7h00

Difficile retour à la vie civile après l’Afghanistan

L'Aquilon
Le capitaine Jocelyn Démétré a écrit son histoire pour exorciser ses démons
En lire plus...

22 septembre 2018 à 11h00

Les écoles des Franco-Colombiens coûtent trop cher?

Après un procès lancé en 2013 et un appel qui s’est soldé en juillet par une défaite, l’ultime recours est la Cour suprême du...
En lire plus...

22 septembre 2018 à 9h00

Crêpe Street, le vendeur de crêpes itinérant à Toronto

food truck
Le camion Crêpe Street, crée par un jeune Français et sa compagne torontoise, sillonne les rues de Toronto depuis deux mois.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 13h00

Une croisée des mots pancanadienne à Toronto

Bibliothèque de Yorkville
Blaise Ndala le 18 octobre à la Bibliothèque de référence, puis à Didier Leclair le 15 novembre à Yorkville.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 11h25

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur