Le burkini fait des vaguelettes

Le burkini (burka/bikini), qui ressemble à une tenue de plongée, vient en plusieurs modèles et couleurs. (Photo: Giorgio Montersino de Milan, Italie [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons)

Le burkini (burka/bikini), qui ressemble à une tenue de plongée, vient en plusieurs modèles et couleurs. (Photo: Giorgio Montersino de Milan, Italie [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons)


23 août 2016 à 4h50

Après la tragédie, une comédie… qui ne fait rire personne.

Dans le sillage de l’attentat de Nice, le soir du 14 juillet, où, au nom d’Allah, un camionneur a tué 84 personnes et en a blessé une centaine d’autres, de tous âges, de toutes races et de toutes religions, quelques municipalités françaises ont interdit le «burkini», la tenue de plage ou de piscine recommandée aux femmes par les islamistes les plus radicaux.

Même si les apparitions de burkini restent rares sur la Côte d’Azur ou sur celles de l’Atlantique, au moins une échauffourée a opposé des baigneurs musulmans et des passants qui les prenaient en photos.

Sans féliciter chaleureusement ces maires de leurs initiatives, le Premier ministre Manuel Valls a refusé de les désapprouver, comme si l’affaire ne relevait que de la politique locale.

Apparemment à l’affût de la dernière mode en France, des élus québécois se sont également penchés sur le burkini. La députée Nathalie Roy de la Coalition Avenir Québec recommande de «trouver une façon de faire interdire ce vêtement qui est un accessoire d’asservissement de la femme, tout comme le tchador, le niqab, la burqa».

«Je ne peux pas croire qu’on en est là», a commenté le Premier ministre Philippe Couillard. «L’État n’a rien à voir avec la façon dont les femmes se vêtent sur les plages.» Allergiques à ce genre de débats, les Libéraux québécois ont tout de même adopté le principe des services gouvernementaux «offerts et reçus à visage découvert», mais ça n’ira pas plus loin.

Le burkini est un signe «d’agressivité identitaire», assène l’intellectuel nationaliste Mathieu Bock-Côté, qui chronique dans Le Journal de Montréal et dans Le Figaro Vox.

J’aime bien MBC, dont le dernier essai Le multiculturalisme comme religion politique a été remarqué en France comme au Québec. Je suis d’accord avec lui et d’autres (Bill Maher, Sam Harris) que l’islam est la plus détestable des religions, mais je n’imposerais pas ma laïcité ou mon athéisme aux autres. À la plage ou dans la rue, on ne peut pas interdire aux gens de s’habiller ou de se déshabiller comme ils le souhaitent (à l’école ou aux comptoirs gouvernementaux, oui). Jusqu’à certaines limites évidemment: sécurité personnelle, décence, propreté, ordre public.

En France, c’est l’ordre public qui est invoqué contre le burkini «provocateur»… Et il faut reconnaître que les symboles religieux ostentatoires,  de toutes les religions, comme d’ailleurs les symboles politiques, ont bel et bien pour but de «promouvoir», «provoquer», «convertir», disons donc «conquérir».

Sauf qu’on ne peut pas logiquement, moralement – on peut tout faire si on a les votes bien sûr – interdire dans l’espace public le burkini mais pas le tatouage d’une croix chrétienne, la barbe d’un musulman mais pas celle d’un hipster, le niqab mais pas le masque de Guy Fawkes… Dans certains pays, on invoquera encore l’ordre public pour interdire les croix gammées ou la visibilité des homosexuels.

C’est une pente liberticide dangereuse. Mieux vaut réformer nos politiques d’immigration (refouler les extrémistes), d’intégration (promouvoir notre culture avant celles des autres) et d’éducation (encourager la modernité).

Selon MBC, tolérer le burkini et d’autres perturbations islamistes, au nom de la liberté, entraîne un risque de «redéfinition minimaliste de la laïcité». «Combattre le burkini s’inscrit dans une longue bataille, qui s’amorce à peine, contre un islamisme conquérant qui veut faire plier les sociétés européennes en imposant ses codes», écrit-il.

À Toronto, le conseiller consulaire Marc Albert Cormier (un des quatre élus des citoyens français vivant en Ontario et au Manitoba, auprès du consul de France) a abordé dans son dernier blogue la «bastonnade médiatique» sur le burkini, qu’il décrit comme un «sac à patates avec ourlet».

«Il est devenu un symbole de peur et de rejet dans une France traumatisée par le terrorisme islamiste des deux dernières années», constate M. Cormier. «L’interdire, pour certains élus locaux, c’est lutter à leur façon contre le terrorisme et l’idéologie fondamentaliste qui cautionnerait ces actes sanguinaires.»

Il se prononce toutefois sans équivoque pour la liberté des femmes de porter le burkini à la plage ou à la piscine: «Cette liberté doit s’exercer jusque dans les pires choix vestimentaires. Défendre le droit de porter le burkini, ce n’est pas approuver ce vêtement affreux. Tout comme défendre la liberté d’expression ne signifie pas approuver la dernière caricature de Charlie Hebdo

Le mensuel satirique français, victime d’une attaque islamiste meurtrière en janvier 2015, a d’ailleurs récemment consacré sa une à la controverse sur le burkini. Son dessin montrant un couple nu courant sur la plage (homme barbu, femme en hijab) était accompagné du titre «Musulmans… dé-coin-cez-vous!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur