Laurence Nerbonne: plongée au coeur de l’homme

À la galerie Thompson Landry de la Distillerie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Elle n’a que 23 ans mais sa peinture fait déjà preuve d’une grande maturité. Au coeur de l’excellente galerie Thompson Landry, derrière les six portraits d’une humanité torturée, angoissée, préoccupée ou simplement songeuse, se cache une jeune artiste québécoise: Laurence Nerbonne.

Les six portraits sont immenses, les visages lumineux, baignés dans une ambiance sombre, intemporelle. L’attention se concentre sur ces visages dont émane une émotion si puissante que tout ce qui entoure le modèle semble disparaître.

«J’aime le portrait, j’aime les gens qui ont une histoire, explique l’artiste. Je prends le temps de les rencontrer, de discuter avec eux puis dans mes tableaux, j’essaie de capturer l’émotion, en la rendant intemporelle. En choisissant un fond noir, je crée une sorte de néant qui permet de concentrer l’intérêt sur l’émotion de la personne, quand tout le reste est aboli. Le portrait est hors contexte et je veux me limiter à cela.»

En regardant ces tableaux, le curieux y décélera sûrement des traces d’Antiquité ou encore d’art chrétien. «J’ai toujours été marquée par le regard de ces personnages que l’on voit dans les églises, par la tension de leur corps, leur souffrance que je ne comprenais pas. Aujourd’hui, je montre une humanité tourmentée, désillusionnée que l’on voit chaque fois que l’humain se trouve face à lui-même.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et l’artiste n’a pas peur de renvoyer encore une fois l’homme à lui-même. Ses toiles ne laissent pas indifférent et renvoient chaque spectateur à ses propres doutes, ses propres souffrances: «Je veux offrir un miroir aux gens, je veux qu’ils se questionnent.»

Pari réussi pour la jeune artiste: on ne peut se contenter de jeter un coup d’oeil distrait sur les toiles de Laurence Nerbonne, au contraire, il est bien difficile de détacher son regard de ces visages que l’on a déjà vu fugitivement, dans la rue, dans le métro ou dans un miroir.

Décidée à continuer d’explorer la voie du figuratif, la peintre développe au fil des ans de nouvelles techniques, tout en admettant qu’elle a encore beaucoup à apprendre. Mais pour sa première exposition à Toronto, Laurence Nerbonne frappe fort. Encore une artiste à suivre de près…

Laurence Nerbonne expose jusqu’au 1er juin six de ses toiles à la galerie Thompson Landry, 55 rue Mill, dans la Distillerie, bâtiment 5, unité 102.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur