L’appli Alerte COVID obligatoire serait un moindre mal

L'application Alerte COVID vous avertit si vous avez été en contact avec une personne ayant contracté le coronavirus.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Si cette deuxième vague de pandémie est aussi grave qu’on nous le dit, et si nos gouvernements peuvent fermer entreprises, écoles, lieux culturels et autres, ainsi que limiter nos mouvements et rassemblements, pourquoi ces mêmes gouvernements ne peuvent-ils pas rendre obligatoire le téléchargement de l’appli Alerte COVID sur les appareils mobiles de tous les Canadiens?

Contenir la transmission communautaire du virus à l’aide de l’appli n’est possible que si elle est largement adoptée et si les utilisateurs font le suivi après un diagnostic positif.

alerte COVID

 La carotte

Jusqu’à présent, l’approche «carotte» a lamentablement échoué, et les résultats de l’application pour contenir la propagation du virus sont pitoyables. La Colombie-Britannique et l’Alberta n’ont pas même embarqué.

Pendant ce temps la crise des opioïdes, associée aux difficultés personnelles causées par les mesures de confinement, s’aggrave.

alerte COVID
Le total des cas connus de CoViD-19 au Canada en date du 14 novembre.

Le bâton

Si des services publics tels que la santé, les transports en commun ou même la bibliothèque peuvent être refusés à ceux qui ne portent pas de masque (l’approche «bâton»), pourquoi ne peut-on pas refuser certains services à ceux qui n’ont pas fait l’effort de télécharger l’appli sur leur appareil?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pourquoi ne pas prévoir rationner les services de traitement covid, lorsque les soins intensifs déborderont, si une personne n’a pas inscrit dans son appli son diagnostic positif?

Dans le passé, les gouvernements, en collaboration avec les compagnies de téléphonie cellulaire, ont fourni le service ou la mise à niveau requise, telle qu’un répondeur de messagerie vocale, aux personnes moins fortunées ou moins motivées à adopter une technologie.

alerte COVID
En date du 15 novembre en Ontario: les hospitalisations (en jaune) et les patients aux soins intensifs (ligne noire) depuis le début de la pandémie.

Moins pire que d’autres mesures

Les messages contradictoires et les vœux pieux sur l’application doivent cesser. Il faut rappeler aux bureaucraties qu’elles sont là pour servir le public. L’urgence doit devenir réelle pour tout un chacun. Le leadership requis doit répondre au défi.

Nos dirigeants doivent comprendre que rendre l’application Alerte COVID obligatoire est un bien moindre mal que l’accroissement des confinements et des verrouillages, compte tenu du potentiel de l’appli et sa capacité de protection de la vie privée.

Le moindre mal d’une appli rendue obligatoire ouvre la porte à une solution de distanciation sociale assistée de l’appareil mobile. Mieux vaut prévenir que guérir, et tellement moins onéreux. Changement de cap?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur