L’AFO pour la santé des gens

Actualisation du Livre blanc sur la santé après quatre ans de changements

Queen's Park
Le président et le directeur général de l'AFO, avec des gens du milieu de la santé qui ont participé à l'élaboration du second Livre blanc sur la santé. De g. à d.: Gilles Marchildon (Reflet Salvéo), Jacinthe Desaulniers (Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario), Bernard Leduc (Hôpital Montfort), Diane Quintas (Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario), Carol Jolin, Estelle Duchon (Entité 4), Peter Hominuk.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Reprenant à son compte le slogan du nouveau gouvernement conservateur de Doug Ford, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario a publié ce 25 septembre son second Livre blanc sur la santé, sous-titré Un plan santé pour les gens, «for the people», capeesh?

C’est aussi le nom d’un parti anti-bilinguisme qui vient de faire une percée au Nouveau-Brunswick: l’Alliance des gens…

Livre blanc 2.0

Mais restons en Ontario: «Collecter plus de données probantes. Améliorer l’offre de services de santé en français. Hausser le nombre de professionnel.le.s de la santé s’exprimant en français.» Ce sont les trois objectifs au coeur de ce Livre blanc «2.0», une première édition ayant été réalisée en 2014.

Santé

Le plan santé avait besoin d’être réactualisé parce que plusieurs choses ont changé dans le système ontarien au cours des quatre dernières années, indique le directeur général Peter Hominuk.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plusieurs pages du Livre blanc permettent de comparer les recommandations de 2014 et les progrès observés. À plusieurs endroits, on lit: «Aucun progrès tangible n’a été observé à ce sujet.»

Consultations

La mise à jour a été effectuée avec des leaders de la santé en français.

Plusieurs d’entre eux participaient mardi, Jour des Franco-Ontariens, au petit-déjeuner réseautage Frenchement bon de l’AFO à Queen’s Park: le patron de l’Hôpital Montfort, Bernard Leduc; Gilles Marchildon et Estelle Duchon des Entités francophones conseillant les RLISS; Jacinthe Desaulniers, du Réseau de l’Est, et Diane Quintas, du Réseau du Nord.

En mars dernier, l’AFO avait également organisé une Journée de réflexion sur la santé en français.

Mêmes objectifs

«Nous sommes confiants qu’un bon partenariat puisse s’établir avec le gouvernement de l’Ontario dans ce dossier», assure le président de l’AFO, Carol Jolin.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le gouvernement a affirmé son intention d’ajouter des lits, d’embaucher des professionnel.le.s de la santé et d’investir en santé mentale. Nous croyons que les objectifs de ce livre blanc vont de pair avec ceux du gouvernement.»

Santé
Une personne, faisant certainement partie des «gens», peut-être même francophone, erre dans un hôpital, tel dans le système de santé ontarien…

Carte santé

Au chapitre des données probantes, l’AFO recommande notamment que l’identité linguistique des Ontariens soit saisie sur la carte Santé, et que tous les fournisseurs de services subventionnés par les RLISS soient tenus de participer à la collecte de données sur les soins de santé en français.

Carrefours multiservices

L’accès aux soins, lui, pourrait être amélioré par la création de carrefours multiservices et des centres de santé communautaire francophones, ainsi que par la télésanté, afin d’assurer un continuum de soins de qualité et sécuritaires et pour désengorger les couloirs des hôpitaux.

Offre active

Enfin, former le personnel et les étudiants à «l’offre active» de services en français, ainsi que recruter et former davantage de professionnels francophones, permettraient d’élargir le bassin des ressources humaines dont «les gens francophones» ont besoin.

Santé
L’hôpital Montfort à Ottawa

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur