La patate douce de Ontario est loin de suffire à la demande

Partagez
Tweetez
Envoyez

La demande canadienne pour la patate douce a grimpé en flèche, atteignant des sommets qui dépassent largement la petite réserve d’approvisionnement localement cultivée en Ontario.

Les chercheurs du Centre de recherche et d’innovation de Vineland n’épargnent aucun effort pour modifier cela par le développement de nouvelles variétés de patates douces particulièrement adaptées aux conditions climatiques de l’Ontario et à l’état des cultures.

Environ 1500 hectares sont actuellement cultivés dans le sud de l’Ontario – particulièrement dans la région de Simcoe, comté de Norfolk – et la plupart des agriculteurs utilisent une variété appelée Covington, laquelle a été développée en Caroline du Nord.

«La patate douce est une récolte du sud. Ici, nous avons un cycle court. Par conséquent, nous devons avoir des variétés résistantes au froid et à maturation rapide», explique Valerio Primomo, responsable de l’amélioration génétique de la patate douce de Vineland.

«Les patates douces subissent une tendance croissante; elles regorgent de bêta-carotène, sont une bonne source de vitamines B6 et C, de fibres, de potassium, de fer et de magnésium.»

Au cours des cinq dernières années, la consommation canadienne de la patate douce a doublé pour atteindre annuellement 1,5 kg par personne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour répondre à cette demande, le Canada importe annuellement des États-Unis environ 42 millions $ de ce tubercule riche en antioxydants.

Cette année, trois agriculteurs dans le comté de Norfolk et un de la Nouvelle-Écosse, participent aux essais préliminaires de variétés.

«Jusqu’à présent, nous avons eu beaucoup d’intérêt de la part des producteurs et nous étudions également d’autres régions du Canada, comme la Colombie-Britannique, où les conditions de croissance sont similaires à celles de la région de Simcoe. Il y a également un intérêt pour le Québec. Par contre, le climat du Québec est plus froid que le nôtre dans le sud de l’Ontario», dit-il.

Les transformateurs de la patate douce comme Pride Pak et le fabricant de frites McCain attendent également les résultats des recherches de Primomo puisque cela pourrait leur permettre de fournir à leurs clients des produits faits à partir de patates douces de source canadienne.

Le programme d’amélioration génétique de la patate douce de Vineland est appuyé par Agriculture et Agroalimentaire Canada, par l’intermédiaire de son programme AgriInnovation et par le Programme de nouvelles orientations de recherche du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario. Le programme AgriInnovation fait partie de l’initiative fédérale-provinciale-territoriale Cultivons l’avenir 2.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur