L’opposition demande la tête de la ministre de l’Éducation

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les conservateurs ontariens réclament la démission de la ministre de l’Éducation, Liz Sandals, alors que des enseignants du secondaire sont en grève et que leurs collègues du primaire promettent des moyens de pression dès lundi.

Selon le député conservateur Garfield Dunlop, la ministre est incapable de s’entendre avec les enseignants. Mme Sandals répond que l’opposition officielle ne croit pas vraiment à la négociation.

À l’heure actuelle, les écoles secondaires des conseils publics anglais des régions de Peel, de Durham et de Sudbury (Rainbow) sont touchées par des débrayages, privant de cours 67 000 élèves, certains depuis deux semaines et demie.

Mardi, la Fédération des enseignants de l’élémentaire (FEEO) a indiqué que ses membres prendraient des «mesures de grève» à partir de lundi dans l’ensemble des écoles publiques anglaises de la province. La Fédération a précisé qu’elle déciderait d’ici vendredi, après consultation avec ses membres, s’il s’agirait d’une grève du zèle ou d’un débrayage.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Parmi les points en litige: les salaires et la taille des classes.

Par ailleurs, l’opposition de parents à l’éducation sexuelle à l’école élémentaire prend de l’ampleur. Cette semaine, des dizaines de milliers de parents, principalement à Toronto, ont retiré leurs enfants des écoles en guise de protestation contre un enseignement trop précoce, selon eux, des divers aspects de la sexualité.

Certains députés conservateurs appuient ce mouvement, mais d’autres n’ont pas pris position ou ne s’opposent pas au nouveau curriculum.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur