La nourriture «bio» aurait peu d’impacts sur la santé

C'est le mode de vie sain qui fait la différence

Un survol de la littérature sur les impacts de l'alimentation «bio» sur la santé conclut qu’il n’existe pas suffisamment de preuves pour affirmer qu’elle fait une différence.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’agriculture biologique vit actuellement l’une des plus grosses croissances de l’ensemble de l’industrie de l’alimentation, une croissance alimentée en bonne partie par une opposition aux pesticides ou une méfiance à leur égard.

Mais un survol de la littérature sur les impacts de l’alimentation «bio» sur la santé conclut… qu’il n’existe pas suffisamment de preuves pour affirmer qu’elle fait une différence.

L’adoption d’un régime bio réduit effectivement le niveau d’exposition aux pesticides, ce qui n’est pas une surprise.

Mais bien que ces consommateurs semblent effectivement être, en moyenne, en meilleure santé, rien ne permet d’affirmer que c’est à cause de l’absence de pesticides, écrit une équipe de quatre chercheurs en agronomie, toxicologie et génétique dans cette méta-analyse parue le 19 novembre dans Current Opinion in Toxicology.

Meilleures habitudes

«La consommation de nourriture biologique est multifactorielle.» En d’autres termes, elle s’accompagne souvent d’un mode de vie différent. Ces consommateurs font en moyenne plus d’exercice et surveillaient davantage leur alimentation, parfois longtemps avant de passer au mode «bio».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On parle ici d’une «plus grande consommation de fruits, de légumes et de produits de grains entiers et une plus faible consommation de viande, comparativement à d’autres consommateurs. Ils mangent également moins d’aliments transformés et pourraient être ainsi moins exposés aux additifs, ou aux plastifiants, ou aux deux.»

De plus, les consommateurs de nourriture bio sont en général plus actifs physiquement et moins susceptibles de fumer.

Question de pesticides

La seule façon de déterminer avec précision l’impact du bio, recommandent les chercheurs, serait de mener l’équivalent des études «en double aveugle» dont la médecine a l’habitude: deux groupes de gens, l’un nourri d’aliments conventionnels et l’autre d’aliments bio, sans que personne ne sache qui reçoit quoi.

Ils rappellent de plus que la demande des consommateurs pour les produits bio repose avant tout «sur la croyance voulant qu’ils soient plus sains parce qu’ils sont moins contaminés par les pesticides» — une croyance appuyé sur l’argument voulant qu’un pesticide synthétique serait nécessairement nocif, alors qu’un pesticide naturel ne le serait pas.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur