La maîtrise psychologique d’Éric-Emmanuel Schmitt

Éric-Emmanuel Schmitt, La Vengeance du pardon, nouvelles, Montréal, Éditions Albin Michel, 2017, 336 pages, 31,95 $.


14 janvier 2018 à 10h00

Le sublime et prolifique Éric-Emmanuel Schmitt a récemment publié quatre nouvelles, dont l’une donne son titre au recueil La Vengeance du pardon. Avec un redoutable sens du suspens psychologique, l’auteur franco-belge explore les sentiments les plus violents et les plus secrets qui gouvernent nos existences.

Jumelles

La première nouvelle met en scène deux sœurs jumelles. L’aînée de 30 minutes est généreuse, aimable et serviable; l’autre «appelait amour son envie, sa convoitise, sa rancune, ses désirs de vengeance […], sa haine tenace de son aînée».

Le style de Schmitt est toujours finement ciselé. Pour nous dire que les deux jumelles ne peuvent pas engendrer, il écrit: «Tel le lierre qui enlace Tristan et Yseult dans la tombe pour l’éternité, leur stérilité les liait, signe de leur destin, engagement à ne jamais se séparer.»

Cette histoire de presque 100 pages revêt des accents de thriller ou de polar. Il y aura procès, car lorsqu’une jumelle est plus gentille, plus intelligente, plus douée que l’autre, «deux, c’est une de trop»…

Finance

La deuxième nouvelle oscille entre la haute finance et la haute trahison. Un jeune homme abuse d’une paysanne candide, rejette l’enfant qu’il lui a donné, pour le récupérer quand cela fait son affaire.

Dans plus de 100 pages, Schmitt jongle allègrement avec l’appât, le gain, la générosité et le don de soi pour finalement illustrer à quel point «l’homme est ainsi fait que la culpabilité appartient aux émotions fugitives, le sentiment permanent demeurant l’estime de soi».

Dans cette nouvelle intitulée «Madame Butterfly», l’auteur ne manque pas de souligner que, «en amour, le mérite réside dans celui qui aime, pas dans celui qui est aimé».

Assassin

C’est la troisième nouvelle qui donne son titre au recueil. Elle est centrée sur une femme qui rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille (et de quatorze autres victimes) pour tenter de comprendre la mécanique criminelle, mais surtout pour échafauder «La vengeance du pardon».

Le criminel se compare à un tigre qui chasse une proie. Son comportement a pour effet de placer sa visiteuse dans une cellule. «Sa geôle, c’était l’insensibilité» du tueur.

Pendant près de 80 pages, l’auteur nous amène à nous demander si mourir de chagrin vaut mieux que vivre avec le chagrin. Comment retrouver une part d’humanité quand la vie nous entraîne dans l’indifférence et le crime?

Questions

La quatrième nouvelle, d’une quarantaine de pages seulement, est la plus touchante. Avec un titre comme «Dessine-moi un avion», il est évidemment question du Petit Prince et de Saint-Exupéry. Mais attendez-vous à voir comment «une légende se nourrit davantage d’inconnu que de connu».

Un homme presque centenaire rencontre une fillette qui lui pose des questions d’une étonnante spontanéité. Le vieillard est dès lors placé devant la vérité. «Il la subit, il ignore comment l’apprivoiser, elle le gêne.»

Ordinairement, je préfère des nouvelles plutôt courtes. Mais Éric-Emmanuel Schmitt a réussi à me tenir en haleine pendant 47, 78, 88 et 105 pages grâce à sa maîtrise psychologique des personnages et à son sens aigu du suspens.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une escapade de deux jours à Chicago, ça vous tente?

À seulement 1h30 de vol de Toronto, Chicago est la destination idéale pour s'offrir une petite escapade de quelques jours. Petit tour d'horizon. 
En lire plus...

12 décembre 2018 à 11h00

Défauts latents et patents: acheteurs et vendeurs, faites attention!

Vices cachés
Les vendeurs doivent révéler les vices cachés (latents) mais ne sont pas tenus de divulguer les défauts évidents (patents) à des acheteurs potentiels.
En lire plus...

12 décembre 2018 à 9h00

Les Chinois veulent faire pousser des plantes sur la Lune

Si tout va bien, en 2019, des plantes pousseront sur la Lune: dans un environnement scellé, mais soumis à la faible gravité de notre...
En lire plus...

12 décembre 2018 à 7h00

Nouvelle-Alliance amasse 9 200 $ contre le cancer

cancer
La communauté de l’école secondaire catholique Nouvelle-Alliance, à Barrie, a pris part à l’initiative The Inside Ride contre le cancer chez les jeunes.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 19h00

Une tempête de mercis sur le territoire de Viamonde

Pour lancer l’hiver, le Conseil scolaire Viamonde a déclenché ce mardi 11 décembre «une tempête de mercis» dans ses 53 écoles sur son territoire...
En lire plus...

11 décembre 2018 à 17h00

Gilets jaunes: une culture de dévalorisation du travail

La montée du mouvement des «gilets jaunes», c’est l’aboutissement d’un demi-siècle de complaisance envers une culture de dévalorisation du travail.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 15h00

Le Prix Rosa Parks à l’AFO

L’AFO a reçu le 10 décembre à Québec le Prix du 105e anniversaire de Rosa Parks.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 13h00

Le nouveau service Accès Tout Antidote

Avec la parution d’Antidote 10, Druide a introduit le service Accès Tout Antidote, ou service ATA, qui permet de maximiser l'utilisation du célèbre correcteur...
En lire plus...

11 décembre 2018 à 11h00

L’amour nous aveugle

Jean E. Pendziwol
Une aînée aveugle et une jeune femme délinquante se croisent, puis s’entraident dans une maison de retraite du Nord ontarien.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 9h00

Seuls sur leur île: contacter ou ne pas contacter?

La mort d’un jeune Américain, tué par les habitants d’une île qu’il rêvait «d’évangéliser», a relancé un vieux débat.
En lire plus...

11 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur