La Julie d’Hédi Bouraoui


21 février 2006 à 12h16

Sept portes pour une brûlance, le dernier ouvrage d’Hédi Bouraoui nous présente, à la manière de La Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau, les lettres d’une amante passionnée. Mais, à la différence de son illustre prédécesseur, Hédi Bouraoui, ne fait pas dialoguer son héroïne. C’est lui, qui se glisse ça et là dans la narration pour nous apporter quelques précisions sur ce qui se passe autour des amants. Il le fait de manière fort discrète, laissant planer un certain mystère sur l’action, se plaisant plutôt à des commentaires sur l’amour malheureux.

Bouraoui est un auteur prolixe et imaginatif. L’ensemble de sa production féconde est pleine de trouvailles tant sur le plan du contenu que sur celui de l’expression. Le nouvel ouvrage qu’il nous offre est original dans la suite de ses oeuvres. Dans l’imaginaire, ce récit marque le pas, après un début prometteur mais c’est un régal sur le plan stylistique.

L’histoire: l’auteur rencontre un homme qui traîne après lui le lourd secret d’un amour contrarié. Cela se passe en Corse, à une époque pas si lointaine, où les familles des amoureux décident pour eux d’un autre mariage.

Durant des années, la Julie de Bouraoui – on ne saura jamais son nom – écrira des lettres brûlantes à celui qu’elle continue d’aimer. Lui les garde secrètement dans le coffre de sa voiture.

Il sympathise avec l’auteur rencontré par hasard, et lui donne son trésor. On peut imaginer qu’il s’agit pour lui, à la fois d’une libération et de l’espoir de voir immortaliser son amour par un écrivain connu. Il y avait là un scénario en or. On se serait attendu à le voir développer sous forme romanesque.

Mais Bouraoui a choisi une autre piste, toute entière consacrée à l’exposé des lettres d’amour. Ne cherchons pas une intrigue, un suspense dans cette histoire qui aurait pu faire un roman, voire un polar. Tout se passe au plan intérieur. Il y aurait une belle étude psychologique à en faire.

On y trouve l’exaltation, la tristesse, la révolte, l’apaisement, au fur et à mesure des rencontres clandestines des amants.

L’auteur commente, comme dans ce passage: «Il partira bientôt. Que lui importe son destin à elle. Elle s’endort raidie dans ses certitudes de femme. Il se souvient de son départ, de cette longue absence, du retour. Il se souvient de la table dressée pour les invités, des vins rafraîchis dans l’eau du lavoir, de l’accueil du père» (p.79).

Ce style dépouillé se retrouve même dans la narration des lettres passionnées de l’amante. Ainsi: «J’ai une envie folle de vous. Elle me rentre dans les épaules, la nuque, le sexe. Me prend de partout, de la tête aux pieds. Me coupe l’imagination. J’ai l’impression de peser trois cents kilos. Je suis hérissée de désir pour vous. J’ai l’impression d’être une conne plantée là. Il faut bien que je le dise, au fond, c’est mérité» (pp. 45-46).

La syntaxe hachée donne ici le mouvement de révolte. Mais ce qui est remarquable et nouveau dans l’oeuvre de Bouraoui, c’est une prose classique, de belle maturité. On n’est plus dans l’écriture baroque, parfois compliquée, rocailleuse, pleine d’inventions lexicales, de syntaxe torturée de beaucoup des oeuvres précédentes. Malgré la passion parfois violente, l’écriture est ici d’apaisement.

Le roman est ponctué de poèmes dont de jolis extraits du Cantique des Cantiques, ajoutant une touche de religiosité à cet hymne à l’amour que sont ces lettres. Elles sont très agréables à lire. L’absence d’intrigue leur sert, en ce sens qu’on peut ouvrir le livre à n’importe quelle page et y trouver grand plaisir. Un beau cadeau pour la fin de l’année.

Hédi Bouraoui, Sept portes pour une brûlance, Ottawa, Éditions du Vermillon, 2005, 118 p.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Crêpe Street, le vendeur de crêpes itinérant à Toronto

food truck
Le camion Crêpe Street, crée par un jeune Français et sa compagne torontoise, sillonne les rues de Toronto depuis deux mois.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 13h00

Une croisée des mots pancanadienne à Toronto

Bibliothèque de Yorkville
Blaise Ndala le 18 octobre à la Bibliothèque de référence, puis à Didier Leclair le 15 novembre à Yorkville.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 11h25

Un milliardaire (ou deux) dans la Lune

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa ira-t-il vraiment autour de la Lune en 2023? Rien n’est moins sûr...
En lire plus...

21 septembre 2018 à 7h00

Une autre saison de découvertes et de réflexions à l’AFT

La majorité des artistes qui passeront au théâtre ou à la galerie de l'Alliance sont Canadiens.
En lire plus...

20 septembre 2018 à 11h00

25 septembre: une douzaine de rassemblements dans la région

On dit «un lever de drapeau», au masculin...
En lire plus...

20 septembre 2018 à 9h00

Trouvée dans nos crottes : la solution aux pénuries de sang

transfusion
On pourrait transformer tous les groupes sanguins en O
En lire plus...

20 septembre 2018 à 7h00

Chrystine Brouillet, gourmande et fin gourmet

livre
L’amitié se bonifie comme les grands crus pour la romancière la plus prolifique du Québec
En lire plus...

19 septembre 2018 à 17h00

Ambiance parisienne au Coq of the Walk

Liverpool- PSG
Après ceux de l’Équipe de France, qui avaient fêté la victoire, les supporters parisiens ont assisté à une défaite de leur équipe 3-2 contre...
En lire plus...

19 septembre 2018 à 13h50

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur