Morts et résurrections de la Grande Barrière de corail

Le corail s'adapte aux cycles climatiques. (Photo: Pxhere)


11 juin 2018 à 8h00

La Grande Barrière de corail, qu’on dit menacée par un hypothétique réchauffement de la planète, a aussi été mise à mal dans un lointain passé par le refroidissement. À deux reprises, il y a entre 22 000 et 30 000 ans, elle est même «morte».

C’est l’époque où le climat de la Terre évoluait vers ce que nous appelons la dernière ère glaciaire. Pour les coraux, l’effet fut tout autant dévastateur que pourrait l’être un réchauffement de plusieurs degrés: à mesure que les glaces avançaient, le niveau des eaux s’abaissait, exposant à l’air libre une plus grande partie du récif et entraînant sa mort.

Si la Grande Barrière est encore là aujourd’hui, c’est parce que les récifs survivants ont «migré» vers la haute mer.

Mais pas trop: à mesure que les glaces reculaient et que le niveau des eaux remontait, il y a entre 10 000 et 17 000 ans, certains de ces coraux se retrouvaient trop submergés pour que le Soleil ne les atteigne, et ils allaient dépérir à leur tour, selon une analyse parue cette semaine dans Nature Geoscience.

La morale de ces allers et retours, c’est que si une petite partie de l’actuelle Grande Barrière réussit à survivre aux aléas de notre époque, ses «descendants» pourront récupérer et reprendre du terrain… dans plusieurs siècles.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur