La Fondation Sylvenie Lindor en panne de financement

Fondation Sylvenie Lindor
Des jeunes de la Fondation Sylvenie Lindor se préparent à nourrir des sans-abri (novembre 2020).
Partagez
Tweetez
Envoyez

La Fondation Sylvenie Lindor, qui mène de front des projets d’aide directe aux plus démunis, de sensibilisation au racisme et de leadership pour les jeunes noirs, est en panne de financement.

Des sources qui appuyaient ses projets en 2019 et 2020 se sont taries – Patrimoine canadien et La Croix-Rouge pour en nommer deux.

«Toutes les réponses ne sont pas négatives», explique le fondateur et président Amikley Fontaine à l-express.ca, «mais les autres se font attendre… Nos projets de décembre et janvier sont donc sur la glace.»

Fondation Sylvenie Lindor
Décembre 2019, au lancement de Toronto Youth Action for Change: Amikley Fontaine avec le député fédéral Garnett Genuis. Derrière eux: le journaliste et activiste Desmond Cole.

Aide aux itinérants

Encore au début le novembre, l’équipe de la Fondation organisait un repas – préparé par le restaurant haïtien La Perle des Antilles – pour plusieurs dizaines d’itinérants dans le sous-sol de l’église Saint Benedict à Etobicoke.

Comme ils l’avaient fait en juillet, ils sont aussi allés au centre-ville distribuer des denrées, ainsi que, cette fois, des masques sanitaires, tuques foulards, gants, aux sans-abris.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous n’avons pas eu de mal à trouver des gens dans le besoin au peu partout», raconte Amikley Fontaine: «installés au coin des rues, dans des parcs, vivant dans des tentes sous l’autoroute…» Depuis le début de la pandémie, environ 1450 plats ont été servis aux itinérants.

Fondation Sylvenie Lindor
Des jeunes de la Fondation Sylvenie Lindor partent distribuer des repas à des sans-abri (novembre 2020).

Une fourgonnette

«Un de nos projets pour 2021 est d’ailleurs d’acheter une fourgonnette pour multiplier ces actions», indique le directeur de la Fondation pour le «secours d’urgence en réponse à la CoViD-19», Daniel Steinhart.

«Car la pandémie a impacté les plus vulnérables de façon disproportionnée.»

Fondation Sylvenie Lindor
Visite à des enfants placés dans des familles d’accueil.

Apporter de la joie

À l’Action de grâce, ils avaient distribué plus de 250 dindes à autant de familles dans le besoin. «Il s’agit surtout ici d’apporter de la joie à ces familles.»

Il arrive aussi à des dirigeants et des bénévoles de la Fondation de visiter quelques jeunes immigrants (haïtiens en ce moment) placés en famille d’accueil, histoire de les encourager.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Fondation Sylvenie Lindor
Un panel virtuel de la Fondation Sylvenie Lindor, le 7 novembre, portait sur la nouvelle Coalition des Noir.e.s francophones de l’Ontario.

Leadership et justice sociale

Avant la pandémie, l’équipe de la Fondation avait organisé des conférences sur le leadership qui ont attiré quelques centaines de jeunes noirs. En ligne par la suite, les débats ont porté sur les enjeux de racisme et de justice sociale.

La Fondation souhaite d’ailleurs participer davantage à ce débat national – en anglais comme en français – qui a pris une grande ampleur cet été et qui est loin d’être terminé. «Il y a aussi toutes ces discussions qu’il faut avoir sur l’accueil des immigrants, la crise du logement, le comportement de la police, etc.»

«Nous plaidons pour une ville plus juste et plus abordable, ainsi que pour une francophonie ontarienne plus inclusive», résume Amikley Fontaine.

Fondation Sylvenie Lindor
Juin 2020: panel de discussion avec l’épidémiologiste Mark Martin, l’historienne Rosemary Sadlier, Amikley Fontaine, le militant contre les armes à feu Louis March, l’éducatrice Danielle Cantave.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur