La fin du monde le 21 décembre 2012?


22 mai 2012 à 15h53

Voilà un sujet qui, depuis des mois, suscite débats et controverses dans certains milieux, férus d’ésotérisme ou prêts à «avaler toutes les couleuvres» qui se présentent, c’est-à-dire à accepter comme des vérités n’importe quelles déclarations.

En voici un exemple donné par le site Web «Fin du monde».

«2012, Selon les dires de plusieurs Oracles comme Nostradamus ou encore la Sybille, la fin du monde ou l’apocalypse serait prévue pour le 21 décembre 2012 ! L’un des plus anciens calendriers de l’histoire tire à sa fin. Le 21 décembre de l’an 2012, selon leurs traditions, les Mayas indiquent un changement radical et global à l’échelle mondiale. Au solstice de l’hiver 2012, ils confirment sans équivoque la FIN DU MONDE tel que nous le connaissons aujourd’hui.»

Des prédictions innombrables

Il faut tout d’abord préciser que l’on a prévu la fin du monde un grand nombre de fois depuis des siècles, et qu’il n’y a donc rien de nouveau à en entendre une de plus par les temps qui courent, celle du calendrier maya. Elle ne fera que s’ajouter à la liste déjà longue de toutes celles qui n’ont pas abouti.

L’historien français Luc Mary, spécialiste de l’antiquité gréco-romaine, a répertorié 183 fins du monde depuis la chute de l’Empire romain. On trouve de tels prophètes de malheur en France, en Corée, en Ukraine, au Japon, en Inde, en Allemagne aux États-Unis et au Canada. On l’a échappé belle, jusqu’à présent.

Les calendriers mayas

L’affaire du calendrier maya semblait, pour certains, plus sérieux que ces farfeluteries dont nous n’avons donné que quelques exemples.

De quoi s’agit-il? D’un sujet complexe, et il n’est pas question d’entrer ici dans une explication détaillée des calendriers de la civilisation maya. Les lecteurs intéressé trouveront de nombreux sites sur Internet en consultant «Calendrier maya».

Car les Mayas, pour lesquels le temps avait une très grande importance, utilisaient plusieurs calendriers: un calendrier court de 13 mois de 20 jours, qui servait à des fins divinatoires et religieuses; un calendrier classique de18 mois de 20 jours, suivis de 5 jours vides, correspondant à notre calendrier solaire; et un calendrier long.

Et la fin…

Ce calendrier long est celui qui a donné lieu aux spéculations sur la fin du monde. «Extrêmement précis, et basé sur des cycles bien plus longs que ses deux homologues, ce système calendaire propre aux mayas repose sur leurs croyances cosmogoniques, dans lesquelles les divinités refaçonnent régulièrement le monde.»

Il définit la période de création dans laquelle nous nous trouvons. Un archéologue britannique, spécialiste de la culture maya, a établi en 1950 que l’origine du cycle actuel se situait à une date correspondant au 11 août – 314 de notre ère.

Avec quelques calculs complexes à partir de l’origine de ce cycle d’exactement 1 872 000 jours, «on» en a déduit que la fin de ce cycle correspond avec exactitude au 21 décembre 2012 de notre calendrier… et donc celle de notre monde!

Une erreur d’interprétation

Mais un archéologue de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique, Orlando Casares, a fait savoir que cette prédiction de la fin du monde était une erreur d’interprrtation historique, qu’il a expliqué scientifiquement, d’après le mode de calcul cyclique du temps des Mayas, basé essentiellement sur l’observation des étoiles.

«Pour les Mayas il n’y avait aucune conception de la fin du monde avec cette vision cyclique, a-t-il déclaré. Une ère a 5 125 jours, quand elle se termine, il en commence une nouvelle.

Le calendrier ne prédit pas les catastrophes qui se passeront; seuls les faits de la vie quotidienne, qui peuvent être bonnes ou mauvaises, se répètent.» (Cité par Lastdays 2012.com, http://fr.lastdays2012.com/prediction/calendrier-maya-erreur-interpretation)

On peut se demander, logiquement et rationnellement, comment le calendrier d’une civilisation ancienne pourrait prédire la fin du monde. «En effet, la prédiction maya n’est pas basée sur des découvertes archéologiques, mais des erreurs, intentionnelle ou non, d’interprétation.»

Découvertes récentes

Et de récentes découvertes viennent confirmer ces faits.

Des archéologues étatsuniens ont découvert les plus anciens calendriers mayas connus, sur les murs d’une habitation au Guatemala, rapporte le numéro de Science du 11 mai 2012 : «Ancient Maya Astronomical Tables from Xultun, Guatemala».

«Les anciens Mayas prédisaient que le monde continuerait et que dans 7 000 ans les choses seraient exactement comme elles sont…Certains d’ailleurs dépassent l’an 3500 de notre calendrier… Nous sommes aujourd’hui toujours en quête de signes que le monde va s’arrêter alors que les Mayas recherchaient au contraire des assurances que rien ne changerait, c’est un état d’esprit totalement différent», d’expliquer l’archéologue William Saturno.
Fin d’un monde

Certes, notre monde finira par disparaître, avec la fin de notre soleil, dans quelques millions d’années, sans doute. D’ici là, les humains, s’il en reste, auront peut-être trouvé le moyen de se rendre sur une exo-planète habitable!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Keep Cool, la nouvelle salle de sport innovante

Keep Cool
La salle de sport Keep Cool, exportée à Toronto par un entrepreneur Français, est un club moderne et innovant où il y en a...
En lire plus...

18 octobre 2018 à 11h00

Josée Forest-Niesing, une nouvelle Franco-Ontarienne au Sénat

Sénat du Canada
Le 11 octobre dernier, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la nomination de Josée Forest-Niesing au Sénat du Canada. Portrait de cette nouvelle...
En lire plus...

18 octobre 2018 à 8h00

De nouveaux défis pour la ministre Mélanie Joly

Mélanie Joly et Denis Simard
La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie Mélanie Joly a présenté ses nouveaux défis pour les semaines à venir.
En lire plus...

17 octobre 2018 à 17h00

Nouveau gouvernement québécois, nouveau regard sur le Québec

Infographies Québec
François Legault présentera le premier gouvernement de la Coalition Avenir Québec le jeudi 18 octobre. Pour l’historien Gilles Laporte, c’est un moment on ne...
En lire plus...

17 octobre 2018 à 14h30

Marc Cormier souhaite préserver le patrimoine historique de Toronto

Marc Cormier
Marc Cormier, résident torontois depuis 28 ans, se présente aux élections municipales du 22 octobre dans la circonscription 11 de University-Rosedale. Il évoque pour...
En lire plus...

17 octobre 2018 à 11h00

La «tolérance au lactose» se démocratise universellement

Verre de lait
L’évolution biologique est toujours en marche, même chez les humains : de génération en génération, des Chiliens sont en train de développer la capacité...
En lire plus...

17 octobre 2018 à 7h00

Saveurs, histoire, sport et nature d’octobre à Hamilton

Depuis quelques années, Hamilton sort de l’ombre de Toronto. La ville reine devient tellement grande qu’on aime parfois redécouvrir l’esprit communautaire de la ville...
En lire plus...

16 octobre 2018 à 17h00

Beaucoup d’entreprises se préparent au choc de la légalisation

Lucie Laboisonnière
Beaucoup s’inquiètent des répercussions de la légalisation de la marijuana récréative dans les entreprises. Une chose est certaine, les employeurs doivent s'adapter depuis le...
En lire plus...

16 octobre 2018 à 14h30

La Péninsule-Bruce, des paysages à couper le souffle

Bruce Peninsula
Située à 300 kilomètres au nord de Toronto, la Péninsule-Bruce est l'un des lieux incontournables du patrimoine de l'Ontario.
En lire plus...

16 octobre 2018 à 11h00

Méfiez-vous de l’ADN de vos proches

ADN
Depuis la résolution de nombreuses affaires grâce à l'ADN des membres de la famille des suspects, une troublante question se pose : on approche...
En lire plus...

16 octobre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur