La cuisine française sous un nouvel angle au Nord Bistro

Près de la Casa Loma

Nord Bistro

Le chef Bart Pocock, fondateur de Nord Bistro


14 août 2018 à 9h30

Près de la Casa Loma, se trouve un restaurant au nom à la tonalité bien française, Nord Bistro. Entre ces murs, le chef cuisinier canadien Bart Pocock prépare avec passion à ses clients des plats français et européens en général, non sans y ajouter sa touche personnelle.

Bart Pocock a 47 ans et vient d’Ottawa. Sa mère était d’origine hollandaise et son père d’ascendance française et anglaise. Il a découvert la cuisine alors qu’il n’était qu’un adolescent.

Un livre ouvert

«Ma mère était en train de cuisiner pour toute la famille», raconte le chef Bart Pocock. «Elle avait laissé le livre de cuisine ouvert et j’y ai donc jeté un œil. C’est à ce moment que j’ai su que je voulais devenir cuisiner pour préparer tous les plats que je pouvais voir dans le livre.»

Nord Bistro
Dans les cuisines de Nord Bistro

Puis, pendant quelques années, le chef a travaillé dans divers restaurants et bars d’Ottawa, sa ville natale, et c’est là qu’il a vraiment commencé à cuisiner.

«C’était une période très intense pour moi. Il y avait beaucoup de travail à faire, mais j’aimais ça. J’ai préparé quelques plats dans les bars et les pubs pour lesquels j’ai travaillé, et je continuais à m’entraîner chez moi.»

Sommelier

Bart Pocock a ensuite travaillé pour plusieurs restaurants et a enchaîné sur quelques années en temps que sommelier, avant de revenir faire la cuisine. Durant cette période, il n’a cessé de s’entraîner pour améliorer ses compétences et ses techniques, ainsi que tester de nouvelles choses.

Puis, il a intégré le Collège Algonquin à Ottawa, pour des études de cuisines. «C’est là que j’ai commencé à me familiariser avec la cuisine française. C’était la base des cours, et j’ai pu apprendre de nombreuses techniques de chefs français», explique Bart Pocock.

«J’ai par la suite voyagé en France et en Europe pendant quelques mois, afin de me familiariser avec les cultures locales.»

Créations

Quand on lui demande s’il a des modèles, de grands chefs qu’il admire, Bart Pocock répond que non. «Je préfère suivre ma voie plutôt qu’imiter des personnes qui m’ont précédé.»

Nord Bistro
Le restaurant se trouve au 406 rue Dupont

Ce qui caractérise le style et la manière de cuisiner de Bart Pocock, c’est l’inventivité et l’originalité. Ce qu’il apprécie faire, c’est prendre des plats qui ont déjà fait leurs preuves et essayer de leur insuffler un nouveau souffle. «J’aime créer de nouvelles choses», précise-t-il.

«Souvent, je prends quelques plats, et je prends des éléments de chaque et essaye de les mettre ensemble pour créer quelque chose de nouveau». En partant d’une combinaison d’ingrédients en apparence assez classique, il veut créer quelque chose totalement nouveau et orignal, différent. Il insuffle une partie de lui dans chacun de ses plats.

«J’aime être libre et introduire une sorte de chaos dans ma cuisine. Je n’aime pas respecter à la lettre les recettes. Par exemple, au niveau des dosages, j’essaye de tester avec des doses différentes. J’aime les fautes heureuses et je cuisine avec mes sentiments, pas vraiment avec ma tête.»

En d’autres termes, ce cuisinier pas comme les autres veut juste faire ce qu’il veut.

Cuisine française

Bart Pocock a fondé son restaurant, Nord Bistro il y a deux ans et demi. Pourquoi ce nom? «Nous voulions quelque chose de facile à retenir et qui puisse être identifié comme du français.»

De son propre aveu, le français de Bart Pocock est «un peu rouillé». Il travaillé pendant plusieurs années au Québec pour le gouvernement, et il a voyagé en France, mais il fonctionnait surtout en anglais à Ottawa comme aujourd’hui à  Toronto.

Nord Bistro
L’intérieur du restaurant

Mais c’est bien de la cuisine française qu’il prépare dans son restaurant. Française, mais un petit peu spéciale. «Les plats français sont à la base de notre menu, mais on essaye d’en faire quelque chose de différent. On part d’un plat de base, et on y ajoute des saveurs pour l’améliorer et le rendre plus unique», explique Bart Pocock.

«On essaye même de mettre des saveurs et des ingrédients qui ne sont pas français à la base pour rendre le plat encore meilleur. Je pense que mon style est une approche moderne de la cuisine et de la gastronomie française.»

«Ce qui m’épate par-dessus tout dans la gastronomie française», dit-il, «c’est à quel point les sauces y sont importantes. C’est un peu le détail qui va faire si un plat est réussi ou pas.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur