La balançoire, un double jeu

Partagez
Tweetez
Envoyez

Une balançoire est un objet étonnant qu’utilisent deux populations complètement différentes et à des heures complètement différentes. En journée, les enfants et leurs parents viennent au parc pour faire de la balançoire tandis que le soir, une faune hétéroclite envahit l’espace, que ce soit pour boire, fumer, ou s’embrasser à l’écart des regards.

L’artiste multidisciplinaire Nathalie Quagliotto a exploré les comportements déviants dans des terrains de jeux publics durant la nuit, en se concentrant sur la balançoire.

Son travail, qui s’est fait dans le cadre du programme de mentorat du Labo, est à voir jusqu’au 22 février au Labo d’art, dans le quartier de la Distillerie. Après plusieurs semaines de réflexion, Nathalie Quagliotto a décidé de se tourner vers la vidéo pour mettre en scène son projet.

La vidéo, Les secrets d’une balançoire a été tournée derrière l’OCAD, l’Ontario College for Arts and Design, proche de l’intersection Dundas et University à l’automne 2012.

Nathalie Quagliotto travaille habituellement dans le domaine de la sculpture et découvrait ici la vidéo, conseillée par Pascal Paquette, artiste visuel urbain et son mentor sur ce projet.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«J’avais ce projet en tête depuis quelques mois et je pensais que c’était le bon moment pour le faire», explique l’artiste diplômée de Concordia et de Waterloo.

«Je voulais montrer les stéréotypes associés à la balançoire pendant la nuit, comme l’amour, la drogue, le combat, la fête…»

Elle a donc installé une caméra et amené des amis pour réaliser le tournage.

Sans trop d’indications, elle leur a ensuite demandé de jouer des rôles, comme un fumeur solitaire, des amoureux, des personnes ivres qui se battent…

Le montage final de cet enregistrement est la vidéo que l’on peut voir au Labo.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’idée de montrer un objet, et comment on peut le détourner pour en faire quelque chose d’autre lié à «l’illégalité», est depuis longtemps un moteur dans le travail de Nathalie.

«Cela fait au moins quatre ans que je fais ça», dit-elle, en entrevue le soir du vernissage de l’installation au Labo d’art.

Nathalie Quagliotto présentera prochainement plusieurs expositions et installations dans la région de Toronto, à la Gallery West par exemple et participera à la Nuit Blanche de Montréal en mars.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur