La 3e langue: des discours alternatifs au Labo

Jusqu'au 12 décembre au 401 rue Richmond

Le Labo 3e langue

Denis Traman Bradette et son installation pour La 3e langue.


23 octobre 2018 à 11h00

Religion, sexualité, histoire, parenté, c’est autant de thèmes qui sont abordés dans la nouvelle exposition du Labo, au 401 rue Richmond.

Organisée par la commissaire Carolina Reis, La 3e langue, visible jusqu’au 12 décembre prochain, se focalise sur la langue des personnes en situation minoritaire.

Mais plus qu’une perspective linguistique, l’exposition aborde les questions d’identités de genre, de race ou de classe.

Hybridité, non-binarité

Carolina Reis a voulu mener une réflexion sur le langage en tant qu’institution qui véhicule des perspectives unilatérales et détermine les canons de normalité.

Ainsi, en proposant de découvrir une 3e langue, Le Labo ouvre ses portes aux projets de deux artistes qui ne se revendiquent pas d’une identité classique.

Le Labo 3e langue
Les artistes Marie Dauverné et Denis Traman Bradette et, au centre, la commissaire Carolina Reis.

Denis Taman Bradette, l’un des deux artistes de l’exposition, vient d’une famille mixte. Sa mère est Irlandaise et son père Franco-ontarien.

«Le langage que j’utilise vient de l’hybridité des cultures de mes parents, ainsi que de la culture homosexuelle et de mes propres mythologies: le surréalisme et l’histoire des arts», explique-t-il.

De son côté, Marie Dauverné est originaire de Savoie, région de l’est de la France, et a immigré au Québec. «Je me suis toujours sentie non-binaire car je ne sais pas me situer entre les deux genres. En France, ça m’a posé problème, donc j’ai décidé de venir ici il y a plusieurs années.»

«Lorsque Carolina m’a parlé de La 3e langue, ça collait vraiment à mon profil donc je me suis lancée», nous confie l’artiste.

Détourner des objets connus de tous

«Bien qu’ils travaillent sur des supports différents, ils réalisent tous les deux des micro-récits auto-fictionnels à l’aide d’objets existants qu’ils détournent pour recréer une histoire», analyse la commissaire.

En effet, chacun dans son style réalise des collages avec des matériaux connus de tous. Ils mettent un point d’honneur à faire de l’art accessible à tous.

Denis Taman Bradette réalise des installations à l’aide d’objets divers dénichés chez Dolorama, de peintures et de photos personnelles. C’est surtout à l’enfance qu’il rend un hommage dans cette exposition. Il s’amuse d’ailleurs à qualifier son installation de «musimaison», où résonnent de nombreuses voix de sa famille.

Le Labo 3e langue
Collage réalisé par Denis Traman Bradette où l’on voit une photo de sa mère petite, collée sur une assiette de sa grand-mère ornée de bijoux lui ayant appartenu.

Le collage de Marie Dauverné est, lui, informatique, puisqu’il s’agit d’une vidéo intitulée: «pêcher sous les jupes […]». Elle y a intégré des images d’archives, des éléments trouvés sur internet et des créations personnelles. «Je m’inspire de la tradition du mashup des années 60-70», explique-t-elle.

«J’aime y rajouter une voix de petite fille pour faire entendre mes réflexions sur des sujets qui me touchent. De cette façon, je m’adresse à la voix de l’enfance que l’on a tous en nous, à notre subjectivité. C’est une façon plus naïve et plus directe de parler aux gens.»

La nature avant tout

Originaire du nord-est de l’Ontario, Denis Taman Bradette est né dans une famille de pêcheurs et de chasseurs. C’est la raison pour laquelle on retrouve de nombreuses références à la nature dans son installation.

Au sol, les bois d’un renne, sur les murs, des morceaux de bois, chêne, hêtre, qu’il a pris soin de sélectionner. «En faisant des recherches, je me suis rendu compte que d’un point de vue spirituel, le chêne renvoie à l’immortalité et la sagesse, et cela me plaît. Je m’inspire beaucoup des théories de l’écologie queer qui proposent de développer des relations différentes avec la nature».

En prenant du recul, on peut voir que l’artiste a recréé un autel composé de ses objets divers. «C’est comme une religion païenne, une forme hybride de la religion catholique et de mes propres interprétations de la religion.»

Le Labo 3e langue
L’autel réalisé par Denis Traman Bradette.

Pointer des clichés

Le travail de Marie Dauverné est une réflexion plus large sur la société. «Je n’ai pas la prétention de connaître tout sur tout, ni de pouvoir m’adresser à tout le monde. J’évoque seulement des anecdotes de ma vie personnelle pour les gens qui appartiennent à ma communauté, c’est-à-dire les blancs privilégiés», explique l’artiste. Elle travaille sur de nombreux sujets «clichés».

L’un d’entre eux est la religion catholique. «Ça allait de soi dans ma famille, même si j’ai rapidement compris que la binarité exclusive du mariage, ce n’était pas pour moi», nous confie-t-elle. Elle exprime alors, de sa voix d’enfant, les aspects sombres de la religion dont elle a été témoin.

Le Labo 3e langue
Image fixe tirée de la vidéo «pêcher sous les jupes […]» de Marie Dauverné.
Par ailleurs, en se renseignant sur l’histoire du Québec, elle a été frappée par le sort que les grandes puissances ont réservé aux autochtones. Sa vidéo comporte en conséquence de nombreuses références au racisme, et à la colonisation, française notamment.

L’atteinte de l’homme sur la nature est également évoquée, mais de façon détournée. En effet, elle a fait le choix d’intégrer de nombreux bruits de personnes, comme pour signifier qu’il n’y a plus de place pour les bruits de l’environnement naturel.

Sa vidéo commence et se termine par une voix d’homme blanc, afin de souligner la vision ethnocentrée qu’ont les Occidentaux sur le monde.

Le Labo 3e langue
Image fixe tirée de la vidéo «pêcher sous les jupes […]» de Marie Dauverné.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur