Artiste de l’acier et de l’acide


15 mars 2016 à 9h08

L’artiste James Kennedy travaille l’acier. «Mon intérêt a commencé alors que je travaillais avec l’acier pour ma compagnie de fabrication d’intérieur. J’ai fait l’accueil du Musée d’art contemporain à Montréal, des bureaux d’architectes», nous a-t-il raconté lors du vernissage de son exposition Continents à la galerie Pierre Léon de l’Alliance française de Toronto, mercredi dernier.

«À force de travailler avec l’acier, ça me parlait. Je me suis rendu compte que c’était trop beau pour en faire uniquement du mobilier. J’ai proposé à certaines personnes s’ils étaient ouverts pour que je fasse une œuvre à la place d’un mur en acier. Ça a commencé comme ça. Par la suite, j’ai expérimenté avec mes acides en faisant des portraits.»

Dans son exposition qui se poursuit jusqu’au 2 avril, il explore les thèmes des origines, de l’appartenance et du déplacement à travers des découpés de continents.

Né à Québec et vivant maintenant à Montréal, il a fait des études universitaires en administration. «Je ne le regrette pas, car si j’avais étudié en art, je n’aurais jamais fait la découpe laser et d’autres techniques que j’ai découvert avec mon travail.»

«Je n’ai reçu aucune formation en art. Ma mère est une artiste, on avait un atelier, elle me faisait faire plein de trucs quand j’étais jeune. C’était en moi, j’avais déjà une introduction, un intérêt. C’est venu me chercher. J’ai fait le pont entre le milieu des affaires et le milieu des arts. Je suis profondément en art maintenant, c’est ma passion.»

Dans une approche similaire, James Kennedy a également présenté à la galerie une série de ponts internationaux qui ont une résonance intime en lui rappelant le pont de Québec. «Pour moi, la série sur les ponts est une belle façon de faire le lien entre ma passion pour la matière, le matériau et l’image, la structure, la fabrication des ponts en acier. C’est très personnel.»

«Au départ, le thème était les continents, mais quand les gens de l’AFT ont vu les ponts dans une autre exposition torontoise, il m’ont dit qu’il fallait tout avoir», dit-il en rigolant.

Depuis dix ans qu’il expérimente pour améliorer sa technique, il se dit content de son travail. «C’est moi qui prend toutes les photos de mes œuvres. C’est tout un procédé. L’acier est toujours en premier lieu. Je vais travailler pour voir ce que je vais reproduire de la photographie. Ce sont des acides que j’utilise par la suite pour oxyder l’acier. J’utilise également des techniques de coupe et de gravure au laser.»

Pour l’avenir, il se voit continuer la photographie, le côté industriel, avoir plus de représentations en galerie, et il vise New York et l’Europe comme prochaines destinations.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, enseignante d'histoire et de géographie à la Toronto French School
En lire plus...

16 février 2018 à 12h12

Une campagne de sociofinancement pour l’album de Kyris

Affiche de sociofinancement premier album Kyris
Kyris n’en est pas à son premier projet, mais celui-ci, il le fait seul. La semaine dernière, ce chanteur-auteur-compositeur français établi à Toronto a...
En lire plus...

16 février 2018 à 11h00

«On parle comme des enfants analphabètes»

Roxann Guerrette
Les propos d’une étudiante acadienne enflamme le web
En lire plus...

16 février 2018 à 10h00

Maître Alexandre Blanchard

Alexandre Blanchard avocat
Dans la région de Toronto, il y a un grand nombre de juristes d’expression française. Cette semaine, je vous présente Maître Alexandre Blanchard. Depuis...
En lire plus...

16 février 2018 à 9h00

Irrigation sur commande pour réduire la consommation d’eau

Jared Stoochnoff AgInnovation
Il faut beaucoup de travail, et beaucoup d’eau, pour produire des arbres et des arbustes sains pour le secteur des plantes ornementales du Canada....
En lire plus...

16 février 2018 à 7h00

Objectif: une présence constante des langues officielles sur la place publique

Raymond Theberge CLO
La vision du nouveau CLO Raymond Théberge
En lire plus...

15 février 2018 à 10h00

L’épaulard capable d’apprendre des mots

Épaulard
Épaulards, baleines et dauphins utilisent une variété de sons pour communiquer entre eux
En lire plus...

15 février 2018 à 9h00

Le Roundup aussi cancérigène que l’amiante? On le saurait!

colza_Côte-d'Or_Bourgogne, Roundup, glyphosate
Si cet herbicide était aussi dangereux, on en aurait de meilleures preuves
En lire plus...

15 février 2018 à 7h00

Les écoles laïques réclament des règles d’admission «cohérentes» pour les écoles catholiques

Un Valentin qui n'est pas une déclaration d'amour...
En lire plus...

14 février 2018 à 16h24

Une chanson anglo-franco pour la Saint Valentin

Pour écrire Paris Amoureux, Mackenzie Kristjon a fait appel à la comédienne Iris Gardet-Hadengue
En lire plus...

14 février 2018 à 10h31

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur