Jean-Pierre Charland crée l’inspecteur Eugène Dolan

Jean-Pierre Charland, Père et mère tu honoreras, roman, Montréal, Éditions Hurtubise, 2016, 456 pages, 27,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le romancier Jean-Pierre Charland est bien connu pour des séries historiques comme Les Portes de Québec, Les Folles Années, Félicité et Les Années de plomb. Il se tourne maintenant vers le polar et crée l’inspecteur Eugène Dolan qui mène sa première enquête dans Père et mère tu honoreras. L’action se déroule à Montréal en 1905-1906.

Né d’un père irlandais et d’une mère canadienne-française, l’orphelin Eugène Dolan a passé presque douze ans au petit et au grand séminaire. Juste avant d’être ordonné prêtre, il a reconnu ne pas avoir la vocation.

Muni d’une lettre de recommandation, il est entré au Service de police de Montréal comme inspecteur. Son diplôme en théologie lui permet non pas de traquer d’humbles pécheurs mais d’épingler de crapuleux criminels.

Dès les premières pages du roman, Dolan doit trouver et arrêter Ubald Lacaille qui a tué sa femme et deux de ses trois enfants à coups de hache. Il réussit, seul, à mettre la main au collet du meurtrier et à l’envoyer à la potence. L’arrêt s’effectue dans un bordel, lieu qui fait rougir Dolan, ex-séminariste qui n’a jamais côtoyé une femme.

À 25 ans, Eugène Dolan est toujours vierge. Très timide devant «le sexe faible», il a l’impression d’être un demeuré pour avoir pratiqué l’abstinence jusqu’à ce jour. Sa peur des femmes lui a été instillée «par une vie d’enseignement religieux reçu à l’église, à l’école et dans les confessionnaux». Dolan trouve plus facile d’arrêter un meurtrier comme Lacaille que d’inviter une femme à voir un film au tout nouveau Ouimetoscope.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Au même moment où Lacaille est arrêté, un riche industriel de Montréal disparaît. Archibald McDougall manque à l’appel depuis une semaine avant que la police en soit informée. «Deux frères, une sœur et une épouse pouvaient signaler cette disparition, mais l’initiative venait du fils illégitime.»

McDougall a une maîtresse depuis vingt ans; elle lui a donné un fils appelé André par la mère et Andrew par le père. L’enfant est élevé par sa mère et demeure inconnu de la famille McDougall jusqu’à l’âge de 23 ans. Son père le reconnaît alors officiellement, l’installe au manoir familial, lui donne un emploi à la fonderie et le couche sur son testament.

Inutile de dire que l’arrivée d’«Andy le dandy» crée une vive tension dans la famille McDougall. Sa présence horripile Kenneth et Stanley, les deux fils légitimes, tout autant qu’Octavia, la femme trompée. Seule la cadette de la famille, la belle Éléonore, témoigne une vive sympathie à l’endroit de son demi-frère. Elle saura également écouter Dolan et s’en faire un ami.

L’enquête sur la disparition d’Archibald McDougall est évidemment confiée à Eugène Dolan. Il doit rencontrer la maîtresse du riche industriel et interviewer tous les membres de la famille, de même que le personnel du manoir. La belle Éléonore le fait rougir et lui donne des élancements dans le bas du ventre…

Cheminant entre un bordel miteux, sa modeste maison de chambres, le confortable appartement d’une femme entretenue et le somptueux manoir de l’avenue Cedar, Eugène Dolan mesure l’écart qui sépare les Canadiens français des anglophones, les pauvres des riches. Tous les personnages sont fictifs, sauf le chef de police Olivier Campeau et le Premier ministre Wilfrid Laurier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Je ne vais évidemment pas vous dévoiler le dénouement de cette première enquête de l’inspecteur Eugène Dolan. Je vous dirai tout simplement que presque tous les membres de la famille McDougall semblent «désireux de lui mentir, ou du moins de lui cacher quelque chose».

Le tout aurait pu être raconté en 300 pages, mais l’auteur en a rajouté 150 pour mieux décrire une métropole tour à tour pauvre et prospère, catholique et presbytérienne, anecdotique et historique. Je soupçonne qu’Eugène Dolan sera bientôt de retour.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur