Jacques Flamand, poète et bâtisseur, n’est plus

Jacques Flamand
Partagez
Tweetez
Envoyez

La communauté littéraire de l’Ontario français et de l’Outaouais québécois vient de perdre un de ses plus grands bâtisseurs et poètes. Jacques Flamand s’est éteint le 18 octobre à l’Hôpital Saint-Vincent d’Ottawa, après une longue maladie et un coma d’environ un an.

Son épouse Monique Bertoli, directrice générale des Éditions du Vermillon, que Jacques Flamand avait fondées en 1982, venait le voir tous les jours à l’hôpital. «Homme de conviction», a-t-elle déclaré ce vendredi, «il a toujours défendu les causes de la francophonie».

Yves Turbide, directeur général de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français, que Jacques Flamand a cofondée en 1988, exprime son «immense tristesse» suite au décès de cet «auteur prolifique et infatigable travailleur en faveur de la littérature de langue française».

«Humaniste, connaisseur, profond, méticuleux et styliste, il cisèle ses textes avec art, puissance et conviction», poursuit M. Turbide. «Tout lecteur ne peut qu’admirer son écriture si marquée de cet élan qui distingue tant sa belle plume énergique.»

Né le 12 juillet 1935 à Le Puy-en-Velay (France), Jacques Flamand arrive au Canada en 1966. Professeur à l’Université d’Ottawa, puis chef traducteur au Conseil des Arts du Canada (1975-1987), il a consacré tout son temps et toutes ses énergies à la vie littéraire, tant en Ontario qu’en Outaouais.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Poète, essayiste, conteur et nouvelliste, Jacques Flamand est un philosophe et amant de la nature qui publie plus d’une trentaine d’ouvrages de fiction et de non-fiction, en plus de diriger des collectifs et de traduire des ouvrages poétiques.

Ses propres recueils de poésie incluent, entre autres, Été d’aube (1980), Nasse et feu (1983), Boire ta soif (1993), L’étreinte de la pierre (1997), Lithochronos ou le premier vol de la pierre, avec Andrée Christensen (Prix Trillium, 1999) et Du vide au silence (2001). Parmi ses contes pour enfants, on retrouve Donatien et Noblika (1987) et Les Métiers du ciel (1988).

Jacques Flamand est aussi coéditeur, avec Hédi Bouraoui, d’Écriture franco-ontarienne d’aujourd’hui (1989) et d’Écriture franco-ontarienne 2003 (2004). Pendant plusieurs années, il a animé de nombreux ateliers d’écriture, tant auprès des jeunes que des adultes.

En 2002, il a reçu le Prix du Consulat général de France pour l’ensemble de son œuvre. L’Ordre de l’Ontario lui a été décerné en 2010, de même que le Prix Hommage lors du premier Gala de reconnaissance des auteurs de l’Outaouais en 2013.

Jacques Flamand
Jacques Flamand

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur