Iris Gardet-Hadengue : son coeur balance entre la France et le Canada

How I Became Canadian à Toronto le 30 juin, avant le Fringe de Hamilton

Iris Gardet-Hadengue

Iris Gardet-Hadengue, Française et Canadienne de coeur (photo: Daniel Potoyszky)


27 juin 2018 à 14h00

À mi-chemin entre la France et le Canada, le coeur d’Iris Gardet-Hadengue balance entre ses irréductibles tics français et son amour pour les coutumes canadiennes.

Après Pardon My French, the Tales of a Parisian Mom in Canada en 2017, la comédienne franco-canadienne revient au Fringe de Hamilton du 19 au 29 juillet avec un tout nouveau spectacle.

How I Became Canadian explore la vie d’une Parisienne maintenant bien établie au Canada. «Après le premier spectacle, je n’ai pas pu tout dire et j’avais envie de lui donner une suite», nous explique Iris.

Une comédie attachante sur le fait de devenir un peu quelqu’un d’autre tout en restant attaché à des fondamentaux culturels très profondément ancrés.

Iris Gardet sera au Social Capital Theatre au 154 Avenue Danforth le 30 juin à 20h30 pour le rodage de son spectacle avant le Fringe Festival de Hamilton.

How I Became Canadian
Iris sera à Toronto le 30 juin et au Fringe de Hamilton du 19 au 29 juillet (photo: Daniel Potoyszky)

Goût de France

Le fromage et le vin de sa France natale manquent à la comédienne. La comédienne n’a pas trouvé d’équivalent à la mode à la française en Amérique du Nord. «Pour des pièces originales, j’achète mes vêtements en France. Les habits canadiens sont plus confortables», nous explique-t-elle.

Les Canadiens sont assez ponctuels, mais Iris souligne avec humour que cette pratique n’est pas taillée pour elle. «Je me soigne le plus possible, mais être en retard doit faire partie de ma génétique», nous confie Iris.

Mère de deux enfants, certains comportements parentaux ont attiré l’attention d’Iris. Le mode éducatif en France est plus strict selon elle. «Dans les parcs canadiens, je passais mon temps à faire la police avec les autres enfants qui empêchaient les miens de jouer», raconte la mère-comédienne.

Vie canadienne

Certes, Iris n’a pas pris le pli de certaines habitudes. Cependant, d’autres pratiques ont réussi à se faire une place chez la Parisienne et sont désormais bien ancrées dans sa vie quotidienne.

«J’adore pelleter la neige, j’ai chaud dès qu’il fait 5°C et je fais des barbecues au moindre rayons de soleil», s’amuse Iris, qui arbore fièrement son manteau d’hiver canadien.

Parisienne du 17e arrondissement, Iris avait pris l’habitude de laisser sa voiture au garage. Dans la capitale française, on se démoralise vite à prendre le volant. Depuis qu’elle réside ici, Iris nous avoue qu’elle a retrouvé le goût de la conduite. «Je suis devenue une adepte de la voiture même pour les courtes distances.»

Iris est également devenue plus patiente. La nervosité parisienne a laissé place au calme olympien canadien.

Une artiste qui évolue

Iris avait à coeur de pouvoir chanter sur scène. Ce sera chose faite. «Ça faisait longtemps mais je n’osais pas. Avec les cours de chant, je chante un peu mieux.» Dans son spectacle, nous pourrons retrouver six petites chansons originales de styles différents.

Le spectacle d’Iris n’est pas qu’un spectacle comique, il y a un versant émouvant. Iris ironise sur ses habitudes françaises qui ne la quitte pas, mais cela montre aussi qu’elle n’est pas prête à rompre les ponts avec sa patrie. «Changer de culture c’est une chose, mais arrêter de voir les gens qu’on aime en est une autre», précise-t-elle.

Par manque de temps et tenue par sa volonté de toucher un public le plus large que possible, Iris Gardet interprète sa comédie en anglais. Mais pourtant elle nous le’assure: «j’adorerais jouer mon spectacle en français». Une comédie dans sa langue maternelle, peut-être le prochain projet de la franco-canadienne?

Iris Gardet-Hadengue

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur