Inspirée par les femmes de sa famille

Le fil d’Ariane d’Anne Nenarokoff-Van Burek

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans Le fil d’Ariane / Ariadne’s thread, récit autobiographique bilingue paru récemment aux éditions du GREF, à Toronto, Anne Nenarokoff-Van Burek fait le portrait des femmes de sa famille qui ont marqué sa vie, de sa plus tendre enfance jusqu’à sa vie d’adulte.

De toutes les femmes racontées, sa mère est la dernière de sa génération encore en vie.

Issue d’une famille russe, mais née à Paris, l’auteure alterne, dans son ouvrage, entre vie française et traditions familiales. Elle nous livre son admiration pour ces figures féminines très importantes pour elle et s’exerce à un travail de rétrospection qui lui a été parfois douloureux.

Professeure de français à la Linden School de Toronto, Anne Nenarokoff est l’épouse de John Van Burek, le fondateur du Théâtre français de Toronto. Elle a d’abord écrit son récit en anglais, avant d’en produire elle-même la version française.

Parfois émouvante, parfois insolente, elle nous livre des anecdotes personnelles, touchantes. «Parler de mon passé a été libérateur», confie-t-elle à L’Express.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les yeux d’une femme

L’auteure de ce livre est donc une femme… Il est important de le souligner, car ce détail aura des répercussions sur son enfance, son adolescence, son parcours scolaire, sur tout.

Déception d’Inka, mère d’Anne Nenarokoff, de n’avoir aucun fils. «Je me sentais le besoin de me dépasser pour me faire pardonner, ma famille aspirait à un grand avenir pour moi. Étudier à la Sorbonne a apaisé ma mère, il y avait chez elle une certaine fierté. Elle voulait que je finisse mon doctorat et que je valide ma thèse, mais j’ai arrêté en cours de route», explique l’auteure, «las des professeurs barbants de l’université».

Son choix d’exil à Toronto vient du fait qu’elle avait besoin de prendre des distances avec sa famille. «J’ai mis beaucoup de temps à comprendre qui j’étais et à savoir où je voulais aller».

Elle nous confie sans détour ses problèmes avec la nourriture, sa rébellion adolescente, le rapport à son corps qu’elle appelle elle-même «objet de honte».

Son regard de femme oscille entre tendresse et intransigeance. Anne Nenarokoff-Van Burek nous offre une vision sans nuance des femmes qui l’entourent, qui ont participé à sa construction, à ses forces et ses faiblesses.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Bienséance russe

«Les nombreuses règles de bienséance russes m’ont aidée à être plus sévère avec mes élèves aujourd’hui», lâche-t-elle dans un sourire.

C’est à travers ce kaléidoscope de sentiments et de portraits que nous découvrons le quotidien français de cette famille russe très soudée, très aimante et… bien nourrie.

La nourriture et l’art seront deux fils conducteurs de l’ouvrage; une place très importante leur est accordée. Selon la tradition russe, ne pas finir son assiette est impoli.

Anne confiera alors que c’est une habitude qu’elle a gardée jusque très tard. Si, parfois, l’affection a un petit goût d’amertume, cette rigueur russe est bien mise en avant, toujours parsemée de bienveillance.

On découvre une jeune fille qui grandit, s’épanouit dans un Paris qu’elle aime et qu’elle considère comme le sien: «Paris était à moi». L’auteure ne boude pas son enfance, mais est pressée de devenir adulte, responsable, et d’être considérée comme telle. «Je m’identifiais beaucoup à mes tantes, je voulais leur ressembler, plus qu’à ma propre mère».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le cœur d’une famille

Entre pauvreté, attachement, Révolution russe et admiration, la famille d’Anne Nenarokoff–Van Burek a su rester soudée.

Les descriptions des femmes affirmées de son quotidien – Baga, Vera, Maroussia ou encore Kyra – nous laissent imaginer les soupers autour de grandes tablées qui avaient une importance presque sacrée, les discussions sur l’art, le goût du luxe qui se développe.

Si les femmes sont le sujet même de cette autobiographie, Anne nous parle de deux hommes ayant marqué sa vie par leur force et leur charisme: son père et son oncle.

Leur perte a été dévastatrice, voyant en eux des partenaires de discussions qu’elle appréciait très particulièrement. Cette reconnaissance est très présente dans son œuvre, de l’avoir traitée comme une égale, comme une adulte très tôt.

C’est donc entre rires et larmes qu’on entre petit à petit dans le passé d’Anne Nenarokoff-Van Burek. Rien n’est caché et c’est un vrai délice que d’aller à la rencontre de ces femmes fortes et indépendantes, qui lui ont appris et permis d’«être là», d’exister.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur