Histoire d’immigration: la passion du théâtre à Vancouver

théâtre, Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin (à g.) a joué à travers le pays la pièce pour jeune public «Clémentine – Une histoire (vraie)», qui parle de séparation. Photo: Gaëtan Nerincx
Partagez
Tweetez
Envoyez

Il y a cinq ans, Anaïs Pellin a quitté sa Belgique natale pour s’installer à Vancouver, en Colombie-Britannique. La comédienne, auteure et metteure en scène pensait alors sacrifier sa carrière théâtrale.

Elle a, au contraire, connu de beaux succès depuis son arrivée, allant même jusqu’à fonder en mars 2020 sa propre entreprise théâtrale, la Kleine Compagnie.

Près de deux ans plus tard, l’artiste déplore le manque de ressources humaines et financières qui afflige le théâtre en milieu francophone minoritaire.

théâtre, Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin, originaire de Bruxelles en Belgique, s’est installée en Colombie-Britannique il y a cinq ans. Photo: Gaëtan Nerincx

Une envie de se rassembler autour des arts

«La communauté francophone de Vancouver est animée d’une véritable envie de se rassembler autour des arts, d’une vie culturelle qui se démarque de la vie culturelle anglophone et qui apporte un autre regard», partage Anaïs Pellin.

«J’ai été surprise de découvrir un milieu culturel francophone foisonnant, d’une grande richesse», témoigne la trentenaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin. Photo: Gaëtan Nerincx

Apprendre l’anglais et servir du café

Anaïs s’installe à Vancouver en juillet 2016 avec le projet d’apprendre l’anglais, tandis que son compagnon commence un postdoctorat à l’Université de Colombie-Britannique.

«On avait toujours eu envie de vivre une expérience à l’international, c’était une occasion unique pour nous deux», résume-t-elle.

À ses débuts, l’artiste prend contact avec La Seizième, le théâtre francophone de Vancouver, tout en travaillant comme vendeuse et barista.

Succès à travers le pays

À peine deux mois après son emménagement, elle décroche ses premiers «petits» contrats dans le milieu théâtral. Elle anime des ateliers, rejoint une troupe d’improvisation semi-professionnelle.

Puis, en février 2017, elle devient assistante à la mise en scène de la pièce Bonjour, là, bonjour (Leméac Éditeur, 1974) de Michel Tremblay.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elle découvre alors le théâtre québécois et rencontre de nombreux acteurs installés à Vancouver. Ce sera sa porte d’entrée dans la communauté artistique de C.-B.

Rapidement, elle a la possibilité de monter ses propres projets. Elle collabore avec l’Alliance française de Vancouver et plusieurs compagnies de théâtre d’objets à travers le pays.

théâtre, Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin, comédienne, auteure et metteure en scène, a fondé sa compagnie de théâtre jeune public, la Kleine Compagnie, en mars 2020. Photo: Émilie Leclerc

Une pièce de théâtre sur la séparation

Sa pièce pour jeune public Clémentine – Une histoire (vraie), qui parle de séparation, se joue ainsi à La Seizième mais aussi à Montréal, en partenariat avec la troupe La Pire Espèce.

Dans un autre spectacle pour enfant présenté à la rencontre biennale Zones théâtrales, à Ottawa, Anaïs, seule en scène, s’entoure de multiples objets pour raconter à sa façon La petite sirène, le célèbre conte danois de Hans Christian Andersen.

Depuis deux ans, elle est également soutenue par la compagnie anglophone Presentation House Theatre (PHT), basée à North Vancouver. Ces différents succès l’ont décidée à fonder sa propre compagnie jeune public, la Kleine Compagnie, en mars 2020.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
théâtre, Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin a joué à travers le pays la pièce pour jeune public Clémentine – Une histoire (vraie), qui parle de séparation. Photo: Gaëtan Nerincx

Difficultés de recrutement

Aux yeux de la jeune femme, faire du théâtre en français en milieu minoritaire reste un défi. Trouver des acteurs, des metteurs en scène ou des scénographes francophones constitue la première des difficultés.

«Ils sont peu nombreux et très demandés», explique Anaïs. «On est obligés de faire venir des gens d’autres provinces, de Montréal notamment, ce qui coûte beaucoup plus cher.»

Financement du théâtre insuffisant

À ce problème de recrutement s’ajoute celui du financement insuffisant. Si Anaïs s’estime bien aidée par Ottawa, en particulier par le Conseil des arts du Canada, elle déplore le manque de soutien du gouvernement provincial.

«Il y a déjà très peu de budget pour le domaine artistique, alors il y en a encore moins pour le secteur francophone», souligne-t-elle. «On aimerait que notre province ait une sensibilité plus grande à la culture en milieu minoritaire, qu’elle valorise davantage ses artistes qui parlent français.»

Système complexe

L’artiste pointe par ailleurs les difficultés à atteindre le jeune public francophone. «C’est complexe, car il faut passer par le système des conseils scolaires, qui est assez fermé.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Amener les écoles au théâtre, faire venir les classes dans les salles de spectacle est loin d’être évident», révèle Anaïs.

Elle évoque également le manque de visibilité et le coût prohibitif de la culture en milieu minoritaire.

Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin. Photo: courtoisie Anaïs Pellin

Deux années pandémiques éprouvantes

Malgré ces défis, la fille de Bruxelles affirme s’épanouir sur le plan professionnel, mais aussi social, au Canada. Après cinq années sur la côte ouest, elle se dit parfaitement intégrée à la communauté.

«Les gens sont super accueillants et solidaires. J’ai créé des liens forts avec des francophones du monde entier, notre côté déraciné contribue à nous rassembler», confie l’expatriée.

Anaïs n’a toutefois pas oublié sa Belgique natale — «ses frites et son chocolat» — ni sa famille, restée au «plat pays».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les deux dernières années de pandémie ont été particulièrement éprouvantes pour elle. «Je suis en contact régulier avec mes proches, mais avant l’automne dernier, je n’ai pas pu les voir pendant deux ans.»

Ayant fait sa demande de citoyenneté canadienne, elle n’envisage pas de rentrer en Europe.

Anaïs Pellin, immigration
Anaïs Pellin a eu un coup de foudre pour la Colombie-Britannique et ses paysages spectaculaires, notamment le lac Joffre. Photo: courtoisie Anaïs Pellin

«On a eu un coup de foudre pour le Canada»

«On a eu un véritable coup de foudre pour le Canada, pour la gentillesse et l’ouverture d’esprit des gens qui manquent de l’autre côté de l’Atlantique», raconte-t-elle.

«Le cadre naturel est aussi extraordinaire, avec les montagnes surplombant la ville, la plage à cinq minutes… J’ai le sentiment d’être en vacances toute l’année!»

Jamais à court de projets, la comédienne partira en tournée dans l’Ouest canadien avec la pièce Le merveilleux voyage d’Inès de l’Ouest, de Rébecca Déraspe, au printemps 2022.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur