Hommages à Paul Demers

L'auteur de «l’hymne franco-ontarien» Notre Place est mort samedi

Paul Demers


30 octobre 2016 à 15h48

Le chanteur et musicien Paul Demers, auteur de «l’hymne franco-ontarien» Notre Place, s’est éteint samedi à Orléans à l’âge de 60 ans. Il souffrait d’une forme rare de cancer du poumon.

Composée dans la foulée de l’adoption de la Loi sur les services en français en Ontario il y a 30 ans, Notre Place était devenue un symbole de ralliement dans la lutte pour sauver l’Hôpital Montfort.

Même si elle n’était pas inattendue, la nouvelle de son décès a frappé de plein fouet le congrès annuel de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, à Sudbury.

«Paul Demers a marqué une génération complète d’artistes franco-ontariens, que ce soit par sa poésie, ses prestations musicales marquantes ou dans les salles de classe», a déclaré le nouveau président de l’AFO, Carol Jolin. «Il a largement contribué à renforcer l’identité franco-ontarienne au sein de notre communauté en nous dotant de la chanson Notre Place et en transmettant sa passion de la langue française et de la musique auprès de notre jeunesse.»

Le congrès de l’AFO a observé une minute de silence avant le spectacle de clôture du gala, samedi soir, avant d’entonner Notre Place.

L’Association des professionnels de la chanson et de la musique, dont Paul Demers était membre fondateur, «perd une perle rare», un «visionnaire», a commenté le président Daniel Sauvé. C’était, selon lui, un artiste «dévoué à son art et à sa cause, celle d’une culture inclusive et une famille artistique forte et unie.»

«Nous avons perdu un homme passionné, ouvert, généreux qui a marqué profondément tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer.»

Paul Demers a connu une belle carrière avec son groupe Purlaine, le trio PAD (Paquette, Aymar, Demers) ainsi qu’en solo. L’auteur-compositeur-interprète a produit trois albums de chansons originales. Il a également œuvré dans le milieu scolaire, en Ontario et dans l’Ouest canadien. Récipiendaire du Trille Or pour auteur-compositeur en 2013 et du prix hommage Trille Or en 2007, il a contribué à façonner l’industrie musicale franco-ontarienne.

Les hommages à Paul Demers ont fusé de partout:

«Paul était celui autour duquel on s’est rallié, à tellement de reprises. La voix qui nous appelait à l’action», a partagé le chanteur et musicien Éric Dubeau.

«Je me souviens vivement de la première fois que j’ai rencontré Paul Demers… C’était pendant un week-end FESFO à Timmins au restaurant La Chaumière, il y était pour nous présenter son nouveau vidéoclip, Notre Place… Jamais je n’aurais cru, que 25 and plus tard, je me retrouverais, au CNA, assis à ses côtés, dans le cadre du Gala Trille Or 2015… Mon Paul, tu es et seras toujours plus que juste le gars qui a chanté l’hymne des Franco-Ontariens!» – Stef Paquette sur Facebook.

«Moment émouvant dans une soirée déjà riche en émotions. Merci Paul Demers pour nous avoir aidés à trouver notre place.» – Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau.

«L’équipe de Zesty Gopher s’est fait écraser par un frigo, au Théâtre français de Toronto, a décidé de dédier la représentation de cet après-midi au souvenir de Paul Demers. J’entends Patricia Cano sur scène en ce moment, et je pense à celui qui a changé l’Ontario français à jamais avec sa musique.» – Le directeur artistique du TfT, Joël Beddows.

Le 1er octobre, l’animateur Éric Robitaille et son équipe de l’émission radio-canadienne Grands Lacs Café avait interviewé Paul Demers dans son salon transformé en chambre à coucher – un «bed-in» avait rigolé l’artiste qui acceptait sa maladie avec philosophie.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La fascination méconnue des impressionnistes pour l’industrie

Jusqu'au mois de mai, le musée des Beaux Arts de l'Ontario (AGO) expose les œuvres d’artistes impressionnistes sur le thème de la Révolution industrielle.
En lire plus...

19 février 2019 à 9h00

Quelle langue parle ce chimpanzé?

S’il est exact que les langages humains obéissent à une série de lois mathématiques, alors le langage des signes et des sons qu’utilisent les...
En lire plus...

19 février 2019 à 7h00

Un avenir dystopique dans un club de boulingrin

Arlen Aguayo-Stewart
Un ancien espace fréquenté par les amateurs de boulingrin (bowling sur gazon), le Clubhouse du nouvel East End Arts Space, dans le parc Riverdale,...
En lire plus...

18 février 2019 à 11h00

Les conseils d’un entrepreneur francophone

Atelier entreprenariat CFT Mois de l'histoire des noirs
Dans le cadre de la journée d’ateliers organisée par le Centre francophone de Toronto pour le Mois de l’histoire des Noirs, samedi 23 février,...
En lire plus...

18 février 2019 à 9h00

Cloner des singes pour étudier les maladies du cerveau

Il s’est écoulé à peine un an entre le premier clonage réussi de singes, et le premier clonage réussi de singes génétiquement modifiés. Où...
En lire plus...

18 février 2019 à 7h00

Haïti : la rage des innocents

Des centaines de visages décomposés par la rage apparaissent sur nos écrans: les visages de milliers de jeunes Haïtiens privés d'espoir. Rien ne les...
En lire plus...

17 février 2019 à 17h30

Sur les traces des aventuriers du 80e parallèle

Norvège Aurélie Resch
Il est près de 22h quand le navire Nordstjernen de la compagnie Hurtigruten franchit le 80e parallèle. Passagers et équipage sont réunis sur le...
En lire plus...

17 février 2019 à 13h00

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur